Publié le 01 février 2020

ENVIRONNEMENT

[À l’origine] La première loi de protection de la nature a été promulguée au VIIe siècle en Angleterre

Aujourd’hui, protéger la biodiversité et être au chevet des animaux menacés est une évidence… quand bien même certains de ces combats sont difficiles à mener, si ce n’est déjà perdu. Mais cette préoccupation n’est pas si récente. Au VIIe siècle, un évêque anglais avait déjà décidé de protéger les oiseaux.

Saint Cuthbert BritishMuseum
Tryptique de Ernest Ange Duez (1879), exposé au Britrish Musuem, représentant Saint Cuthbert.
@BritishMusuem

Quand on parle des pères historiques de la protection de la nature, c’est souvent Saint François d’Assises qui vient en tête. Au XIIIe siècle, au cœur du Moyen Âge, le saint patron des écologistes appelait à une meilleure cohabitation avec les animaux, les oiseaux en particulier, qu’il appelait ses frères. Pourtant, c’est à un autre religieux que l’on doit la première loi de protection de la nature enregistrée par les historiens, près de six siècles plus tôt.

L’un des saints les plus connus du monde anglo-saxons, Cuthbert de Lindisfarne, s’était engagé dans une retraite religieuse en l’an 676 sur les îles Farne au nord est de l’Angleterre. Sur cet ilot à peine habité où nichent des volatiles, il construira un petit oratoire et une cellule. Il utilisera son statut d’évêque pour promulguer la première loi environnementale connue. Il interdira la chasse et la consommation des oiseaux sur ces îles, en particulier des Eiders à duvet, une espèce de canards marins.

1913 en France

Les oiseaux sont encore aujourd’hui protégés sur ce petit coin de terre. Cela en fait plus ou moins l’un des premiers parcs naturels de la planète. La première zone au monde à avoir pu bénéficier réellement de ce statut, qui protège la nature de toute activité humaine, est le parc du Yellowstone aux États-Unis le 1er mars 1872. D’autres suivront rapidement au Canada, en Australie et en Nouvelle Zélande.

En France, c’est le 31 décembre 1913 qu’apparaîtra le parc domanial forestier de la Bérarde. 4 000 hectares de nature protégés au cœur de l’Isère. Après plusieurs changements de statut et gagnant peu à peu en superficie, il finit par donner naissance au Parc national des Écrins, le 27 mars 1973. 

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Coronavirus venise pollution Massimo Bertolini NurPhoto

Sans bateaux ni touristes, les eaux de Venise retrouvent leur clarté

Alors que l'Italie est confinée depuis le 8 mars dernier, l'absence de touristes et de bateaux de croisière à Venise se fait sentir. Les eaux de la Cité des Doges ont retrouvé leur transparence et les habitants ont remarqué des bancs de poissons dans certaines zones. Il y aura un avant et un après...

Rhinoceros noir bonne nouvelle biodiversite

En voie d’extinction, la population de rhinocéros noir repart à la hausse

C'est une augmentation faible mais elle représente une lueur d'espoir. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) la population de rhinocéros noir, menacée d'extinction, est repartie à la hausse. La lutte contre le braconnage et les mesures de reproduction prises par les...

Chauve souris covid 19 biodiversite

Coronavirus : si nous ne préservons pas la biodiversité, les crises sanitaires vont se multiplier

La destruction des habitats naturels est à l'origine de la pandémie de coronavirus qui frappe actuellement le monde entier. Les humains n'ont eu de cesse de s'installer dans des zones toujours plus reculées, mettant à mal les écosystèmes naturels indispensables à notre survie. En détruisant la...

Drapeaux monde istock

Coronavirus : les événements climat et biodiversité reportés en cascade alors que l’année 2020 devait marquer un tournant

COP15 Biodiversité, Congrès mondial de la Nature, Convention citoyenne pour le climat … Une série d’événements cruciaux pour l’environnement sont reportés en raison de la pandémie de coronavirus. L’année 2020 devait pourtant être charnière pour le climat et la biodiversité.