Publié le 10 août 2019

ENVIRONNEMENT

[Science] L’agriculture peut aider à stocker davantage de CO2 afin d'atteindre la neutralité carbone

Les sols constituent les seuls puits de carbone naturels dont nous disposons pour espérer atteindre la neutralité carbone en 2050 et s’aligner avec l’Accord de Paris. Alors que le Giec a alerté cette semaine sur les impacts du changement climatique sur l'usage des sols, l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) a évalué le potentiel de stockage des terres françaises. En modifiant nos pratiques agricoles dans les grandes cultures et en stoppant l’artificialisation, nous pourrions atteindre l’équilibre.

Profil sol stock carbone inra claude jolivet
Dans les sols français, un stockage de carbone additionnel de 1,9 ‰ pourrait être atteint en modifiant certaines pratiques agricoles, ce qui nous permettrait de s’approcher, voire de dépasser, la cible d’une augmentation de 4‰ par an.
@INRA / Claude Jolivet

En 2015, la communauté internationale réunie à Paris pour la COP21 a adopté l’initiative internationale "4 pour 1000" qui a pour but d’améliorer la captation du carbone par l’agriculture. Les experts estiment en effet qu’augmenter tous les ans d’un quatre millième (4/1000 ou 0,4%) le potentiel de stockage des sols suffirait à compenser l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre de la planète. Quatre ans plus tard, dans un rapport (1), l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) a évalué comment la France pouvait atteindre cet ambitieux objectif.

À l’échelle du pays, les sols et forêts représentent 38 % du stock total de carbone, un levier par conséquent pertinent à activer pour lutter contre le changement climatique. Au rythme actuel, et sans changement d’usage des sols, l’évolution des stocks de carbone est estimée à 2,3 ‰ par an avec une forte incertitude (-0,2 ‰ à +3,2 ‰ par an). Mais un stockage additionnel de 1,9 ‰ pourrait être atteint, estiment les chercheurs, en modifiant certaines pratiques agricoles, ce qui nous permettrait de s’approcher, voire de dépasser, la cible d’une augmentation de 4‰ par an.

Couverts intermédiaires, agroforesterie, haie, compost, prairies…

C’est en grandes cultures – où le stock actuel est le plus faible – que réside le plus fort potentiel de stockage additionnel (86 % du total). L’Inra a identifié cinq pratiques à développer : la mise en place de couverts intercalaires et intermédiaires (35 % du potentiel total pour un coût modéré), l’agroforesterie (19 % du potentiel total, avec un coût élevé), les prairies temporaires dans les rotations culturales (13 % du potentiel total, avec un coût élevé, l’apport de composts (coût négatif) et la plantation de haies (coût élevé).

Pour les prairies permanentes, un stockage additionnel de l’ordre de 12 % du potentiel de la France peut être atteint par un apport de fertilisant ou bien par une extension du pâturage plutôt que la fauche. Pour les forêts, aucune pratique agricole plus "stockante" qu’actuellement n’a pu être identifiée : l’enjeu est donc de maintenir le stock existant et les pratiques permettant de l’entretenir.

L’étude montre ainsi "l’importance de politiques publiques pour favoriser le maintien des prairies permanentes, des zones humides et des forêts, où les sols ont généralement des stocks de carbone élevé, ainsi que pour stopper l’artificialisation des sols". "Mais ces résultats ne doivent pas laisser penser que la réduction des émissions devient facultative. Elle reste même l’objectif principal", précisent les auteurs. Réduire avant de compenser pour atteindre la neutralité carbone reste la règle.  

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir le rapport de l'Inra


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde 01

Flambée des matières premières agricoles : la crise qui monte dans l’ombre de la pandémie

Blé, soja, maïs, colza... les prix des matières premières agricoles ont flambé en 2020 et la hausse se poursuit cette année. Si l'appétit de la Chine, qui reconstitue ses stocks à prix fort, explique en partie cette envolée, la pandémie de Covid-19 déstabilise le système alimentaire mondial au...

Grippe aviaire Alain Pitton NurPhoto NurPhoto via AFP

Grippe aviaire transmis à l’humain en Russie : comment l’élevage industriel favorise les pandémies

Pour la première fois, la souche H5N8 de la grippe aviaire a franchi la barrière interespèce en contaminant plusieurs hommes en Russie. Si la France, qui a abattu trois millions de volailles pour limiter la propagation du virus, affirme qu'il n'y a "pas de risque de transmission à l'Homme" sur le...

Legumes pixabay

Repas sans viande dans les cantines de Lyon : une polémique sans fondement

Le maire écologiste de Lyon a imposé un seul plat, sans viande, aux enfants de la cantine créant une vive polémique. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est ainsi ému d'une mesure "excluant les classes populaires" dont les enfants mangeraient moins de viande. De nombreuses études montrent...

Petit cochon pixabay

Comment le bien-être animal est devenu un enjeu économique pour l’agroalimentaire

Face à la pression des consommateurs et des associations, les entreprises cherchent à améliorer les conditions d'élevage, de transport ou encore d'abattage des animaux. Plusieurs expérimentations sur la castration des porcs ou le pâturage des vaches liant éleveurs, distributeurs et chercheurs ont...