Publié le 10 août 2019

ENVIRONNEMENT

[Science] L’agriculture peut aider à stocker davantage de CO2 afin d'atteindre la neutralité carbone

Les sols constituent les seuls puits de carbone naturels dont nous disposons pour espérer atteindre la neutralité carbone en 2050 et s’aligner avec l’Accord de Paris. Alors que le Giec a alerté cette semaine sur les impacts du changement climatique sur l'usage des sols, l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) a évalué le potentiel de stockage des terres françaises. En modifiant nos pratiques agricoles dans les grandes cultures et en stoppant l’artificialisation, nous pourrions atteindre l’équilibre.

Profil sol stock carbone inra claude jolivet
Dans les sols français, un stockage de carbone additionnel de 1,9 ‰ pourrait être atteint en modifiant certaines pratiques agricoles, ce qui nous permettrait de s’approcher, voire de dépasser, la cible d’une augmentation de 4‰ par an.
@INRA / Claude Jolivet

En 2015, la communauté internationale réunie à Paris pour la COP21 a adopté l’initiative internationale "4 pour 1000" qui a pour but d’améliorer la captation du carbone par l’agriculture. Les experts estiment en effet qu’augmenter tous les ans d’un quatre millième (4/1000 ou 0,4%) le potentiel de stockage des sols suffirait à compenser l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre de la planète. Quatre ans plus tard, dans un rapport (1), l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) a évalué comment la France pouvait atteindre cet ambitieux objectif.

À l’échelle du pays, les sols et forêts représentent 38 % du stock total de carbone, un levier par conséquent pertinent à activer pour lutter contre le changement climatique. Au rythme actuel, et sans changement d’usage des sols, l’évolution des stocks de carbone est estimée à 2,3 ‰ par an avec une forte incertitude (-0,2 ‰ à +3,2 ‰ par an). Mais un stockage additionnel de 1,9 ‰ pourrait être atteint, estiment les chercheurs, en modifiant certaines pratiques agricoles, ce qui nous permettrait de s’approcher, voire de dépasser, la cible d’une augmentation de 4‰ par an.

Couverts intermédiaires, agroforesterie, haie, compost, prairies…

C’est en grandes cultures – où le stock actuel est le plus faible – que réside le plus fort potentiel de stockage additionnel (86 % du total). L’Inra a identifié cinq pratiques à développer : la mise en place de couverts intercalaires et intermédiaires (35 % du potentiel total pour un coût modéré), l’agroforesterie (19 % du potentiel total, avec un coût élevé), les prairies temporaires dans les rotations culturales (13 % du potentiel total, avec un coût élevé, l’apport de composts (coût négatif) et la plantation de haies (coût élevé).

Pour les prairies permanentes, un stockage additionnel de l’ordre de 12 % du potentiel de la France peut être atteint par un apport de fertilisant ou bien par une extension du pâturage plutôt que la fauche. Pour les forêts, aucune pratique agricole plus "stockante" qu’actuellement n’a pu être identifiée : l’enjeu est donc de maintenir le stock existant et les pratiques permettant de l’entretenir.

L’étude montre ainsi "l’importance de politiques publiques pour favoriser le maintien des prairies permanentes, des zones humides et des forêts, où les sols ont généralement des stocks de carbone élevé, ainsi que pour stopper l’artificialisation des sols". "Mais ces résultats ne doivent pas laisser penser que la réduction des émissions devient facultative. Elle reste même l’objectif principal", précisent les auteurs. Réduire avant de compenser pour atteindre la neutralité carbone reste la règle.  

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir le rapport de l'Inra


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...

Coronavirus Paris particules fines

Coronavirus : les Parisiens découvrent l'odeur des champs... et ce n'est pas une bonne nouvelle

En confinement, les Parisiens se sont étonnés de sentir une odeur de ferme dans la capitale. Ces effluves proviennent de l'épandage agricole des exploitations alentour. Or, plusieurs études montrent que ces particules fines aggravent les impacts sanitaires lors de la contagion du Coronavirus. Alors...

Alimentation coronavirus masque SEBASTIEN BOZON AFP

[Coronavirus, le jour d’après] Retrouver une souveraineté alimentaire en France

Alors que la crise sanitaire liée au Coronavirus oblige la France au confinement, la question de la souveraineté alimentaire n'a jamais été aussi importante. Si le gouvernement assure qu'il n'y aura pas de pénurie, il est temps pour l'Hexagone de questionner son modèle : un fruit et légume sur deux...

Nouveau label equitable bio guerre des prix

Pour contrer la guerre des prix dans le bio, les agriculteurs lancent un label plus équitable

Face à la guerre des prix que mène la grande distribution dans la filière bio, les agriculteurs du secteur viennent de lancer le label Bio Français Equitable (BFE) qui intègre un volet social impliquant une juste rémunération des paysans. Alors que la filière bio change d'échelle à grande vitesse,...