Publié le 16 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

[Science] Dans les champs de colza, les abeilles sont plus rentables que les pesticides

Pour gagner plus, mieux vaut miser sur les abeilles. Des chercheurs de l'INRA et du CNRS viennent de publier une étude dans laquelle ils affirment que miser sur les pollinisateurs pour accroître les rendements dans les champs de colza est plus rentable économiquement que d'utiliser des pesticides dans le même cadre. L'agriculteur gagnerait 119 euros en moyenne, par hectare, faisant de l'agroécologie un modèle alternatif viable.

Champs de colza abeille rentabilite
Les résultats de l'étude ont suscité la réaction de deux ingénieurs de Terres Inovia qui dénoncent "des limites méthodologiques fondamentales".
CC0

C’est une étude qui apporte de nouveaux éléments quant aux bienfaits de l’agroécologie. Des chercheurs de l’INRA et du CNRS ont comparé deux stratégies adoptées par les agriculteurs pour augmenter leur rendement. D’un côté, l’usage de produits phytopharmaceutiques qui permet de réduire les bio agresseurs comme les ravageurs, les plantes adventices (les mauvaises herbes) ou les agents pathogènes. De l’autre, la forte présence de pollinisateurs, ce qui suppose d’utiliser le moins possible de pesticides.

119 euros de plus par hectare 

Les scientifiques ont scruté pendant trois ans, de 2013 à 2016, des centaines de parcelles de colza dans une plaine agricole des Deux Sèvres. Ils ont pris en compte les types de sols, les variétés de colza, les engrais et pesticides utilisés, etc. Il en résulte que la stratégie liée aux pesticides est bien moins rentable que les pollinisateurs. "Les deux stratégies permettent d’obtenir des rendements élevés. Mais la pollinisation par les abeilles permet une rentabilité économique plus élevée", notent les chercheurs.

L’étude indique une augmentation de marge brute en moyenne de 119 euros par hectare. Celle-ci peut aller jusqu'à 289 euros dans les parcelles ayant une forte abondance de pollinisateurs par rapport aux parcelles dépourvues d’abeilles. "Ceci s’explique par l’absence des coûts des solutions fondées par la nature par rapport aux produits phytopharmaceutiques, et ces derniers n’augmentant pas suffisamment les rendements pour contrebalancer leur coût", soulignent les chercheurs.

Des conclusions controversées

Pour les auteurs de l’étude, pas de doute, l’agroécologie peut être un modèle agricole alternatif "gagnant-gagnant" assurant production agricole, revenu aux agriculteurs et protection de l’environnement. Encore faut-il convaincre les agriculteurs. Car malgré ces résultats probants, les blocages persistent. "Les verrous ne sont pas qu’économiques : quand bien même on éprouve leur rentabilité, les solutions fondées sur la nature paraissent plus risquées", expliquent les agro-écologues Vincent Bretagnolle, directeur de recherche au CNRS, et Sabrina Gaba, directrice de recherche pour l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), dans Libération, "C’est lié à des freins psychologiques, une aversion au risque mais aussi à l’emprise des filières agro-industrielles".

Cette étude ne fait cependant pas l’unanimité dans le milieu scientifique. Deux ingénieurs de Terres Inovia estiment ainsi que ses conclusions "souffrent de plusieurs limites méthodologiques fondamentales, qui amènent à considérer qu’elles sont peu interprétables et exploitables en l’état". Selon eux, "les chiffres mis en avant dans la communication reprennent les valeurs extrêmes des observations, dont l’impact maximal des pollinisateurs en colza. Le bénéfice réel que peuvent attendre que les producteurs sera généralement moindre et très variable", préviennent-ils. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde 01

Flambée des matières premières agricoles : la crise qui monte dans l’ombre de la pandémie

Blé, soja, maïs, colza... les prix des matières premières agricoles ont flambé en 2020 et la hausse se poursuit cette année. Si l'appétit de la Chine, qui reconstitue ses stocks à prix fort, explique en partie cette envolée, la pandémie de Covid-19 déstabilise le système alimentaire mondial au...

Grippe aviaire Alain Pitton NurPhoto NurPhoto via AFP

Grippe aviaire transmis à l’humain en Russie : comment l’élevage industriel favorise les pandémies

Pour la première fois, la souche H5N8 de la grippe aviaire a franchi la barrière interespèce en contaminant plusieurs hommes en Russie. Si la France, qui a abattu trois millions de volailles pour limiter la propagation du virus, affirme qu'il n'y a "pas de risque de transmission à l'Homme" sur le...

Legumes pixabay

Repas sans viande dans les cantines de Lyon : une polémique sans fondement

Le maire écologiste de Lyon a imposé un seul plat, sans viande, aux enfants de la cantine créant une vive polémique. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est ainsi ému d'une mesure "excluant les classes populaires" dont les enfants mangeraient moins de viande. De nombreuses études montrent...

Petit cochon pixabay

Comment le bien-être animal est devenu un enjeu économique pour l’agroalimentaire

Face à la pression des consommateurs et des associations, les entreprises cherchent à améliorer les conditions d'élevage, de transport ou encore d'abattage des animaux. Plusieurs expérimentations sur la castration des porcs ou le pâturage des vaches liant éleveurs, distributeurs et chercheurs ont...