Publié le 04 septembre 2019

ENVIRONNEMENT

Épandages de pesticides : La révolte des maires

C'est la fronde des maires. La suspension de l'arrêté pris par Daniel Cueff, maire de Langouët, sur l'épandage de pesticides à moins de 150 mètres d'une habitation a créé une vague de soutien inédite dans les communes. Au-delà des manifestations citoyennes, une quarantaine de maires ont désormais pris des arrêtés en ce sens. Face à la révolte des élus, Emmanuel Macron a dit vouloir changer la loi. 

Daniel Cueff revolte maire pesticide AFP SEBASTIEN SALOM GOMIS
Le 22 août, Daniel Cueff a été applaudi par des centaines de manifestants venus le soutenir devant le tribunal administratif de Rennes.
SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP

Il a mis le feu aux poudres. Le 18 mai dernier, Daniel Cueff, maire de Langouët, village breton de 600 habitants, décide d’interdire les produits phytosanitaires à 150 mètres "de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel". Le maire écologiste, qui défend un arrêté allant "dans le sens de l’histoire", est alors convoqué devant la justice. Le 27 août, son arrêté est suspendu par le juge des référés du tribunal administratif.

Un effet boule de neige chez les maires

À sa sortie du tribunal, des centaines de personnes l’applaudissent, des dizaines de pétitions pullulent sur le web en soutien au maire résistant. "Parfois il faut désobéir pour faire bouger les lignes. Surtout lorsque c'est un enjeu de santé publique", croit-il. Par son geste, Daniel Cueff a semé les graines de la révolte des maires contre les pesticides. Près d’une quarantaine a désormais pris des arrêtés d’éloignement des produits phyto près des habitations.

"Son arrêté m’a boostée, il était argumenté. J’ai décidé de le suivre dans sa démarche et de pallier une carence de l’État", avance Brigitte Reynaud, maire de Revest des Bousses dans les Alpes Hautes Provence. "L’État n’applique pas le principe de précaution et la directive européenne qui impose à la France depuis 2009 de prendre des mesures pour protéger les habitations de l’épandage des pesticides. C’est mon rôle de le faire", croit la maire.

Bientôt un collectif 

Face à la fronde de ces élus qui ne se sentent plus écoutés, Emmanuel Macron dit "soutenir" Daniel Cueff "dans ses intentions". "Mais je ne peux pas être d’accord quand on ne respecte pas la loi, c’est normal, et ça, on va le changer vite", a-t-il poursuivi sans donner davantage de détail. En attendant ce possible changement législatif, le rang des maires frondeurs grossit. Des villes plus importantes comme Sceaux, Gennevilliers, Antony... commencent à entrer dans la danse. 

"Dans ma ville, il n'y a pas d'agriculteur. L'arrêté pèse surtout sur les copropriétés et la RATP qui utilise des pesticides pour entretenir ses voies", explique Philippe Laurent (UDI), maire de Sceaux. Les édiles ont décidé de créer un collectif pour "faire pression et aller plus vite". Un site web dédié sera lancé dès la fin de semaine. Il permettra de rétablir les choses : "Nous n’attaquons pas les agriculteurs, mais le produit", défend Daniel Cueff. 

Le grand écart entre Elisabeth Borne et Didier Guillaume

Entre la Présidente de la FNSEA, principal syndicat agricole, et les maires qui ont pris ces arrêtés, la hache de guerre est déterrée. "Pourquoi pas la même chose pour les voitures qui n'auraient plus le droit de se garer dans sa commune ?", s’est interrogée Christiane Lambert sur les ondes de Radio Classique. "Chaque maire ne peut pas, comme ça, décider de lui-même sur des sujets très complexes et qui relèvent de l'autorité de l'État", juge-t-elle. La présidente du puissant syndicat milite pour des solutions au cas par cas.

Même au sein du gouvernement, la question de la distance sur laquelle les agriculteurs ne peuvent épandre près des habitations crée des émules. Selon les informations d’Europe 1, le cabinet de la ministre de la Transition écologique et solidaire, Élisabeth Borne, miserait plutôt sur une distance de 100 mètres alors que du côté du ministère de l’agriculture, Didier Guillaume, on pencherait pour une bande de 3 à 5 mètres. Les maires eux, vont continuer leur action devenue très populaire en France. Ils viennent de recevoir le soutien de dizaine d'associations et de Nicolas Hulot qui exhortent l'État à renoncer à poursuivre ces "maires courage". 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

[À l’origine] Le glyphosate, de détergent pour canalisation à herbicide le plus vendu au monde

La naissance du glyphosate est une histoire peu commune. Le premier usage de cette molécule, agent actif du Roundup, devenu l'herbicide le plus vendu au monde, est en réalité celui de détergent capable de détartrer les chaudières et les canalisations. C'est Monsanto, en 1974, qui comprendra ses...

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

En un an, la déforestation a doublé en Amazonie

C'est une véritable explosion. La déforestation de l'Amazonie au Brésil a augmenté de 92 % entre janvier-août et la même période 2018. Si Jair Bolsonaro aggrave la situation depuis son arrivée au pouvoir, la déforestation est déjà repartie à la hausse depuis déjà quelques années. Or les feux...

Pandage pesticide agriculture pixabay

Distance d’éloignement des pesticides : la mesure du gouvernement ne satisfait ni les écologistes ni les agriculteurs

Alors qu'une quarantaine de maires ont pris des arrêtés pour interdire l'épandage de pesticides à 150 mètres des habitations, le gouvernement, lui, propose une distance de 5 à 10 mètres selon les cultures. Il va par ailleurs lancer une consultation citoyenne de trois semaines sur le sujet. Un...

Deforestation amazonie soja greenpeace

Emmanuel Macron veut la souveraineté protéinique de la France pour ne plus dépendre du soja brésilien

Emmanuel Macron a reconnu que la France avait une "part de complicité" dans la déforestation en Amazonie. Le Vieux continent est dépendant du soja brésilien qu'il utilise pour nourrir ses animaux d'élevage. Pour y remédier, le Président souhaite que l'Europe assure elle-même sa souveraineté...