Publié le 12 décembre 2017

ENVIRONNEMENT

One Planet Summit : les villes au coeur de l'action climatique

Les villes étaient très mobilisées lors du sommet One Planet organisé à Paris. Elles ont pris plusieurs engagements pour amplifier leurs actions climatiques et réduire significativement leur empreinte carbone. Le point sur trois grandes annonces.

Anne Hidalgo, la maire de Paris, avec Jim Yonk Kim, le président de la Banque mondiale, lors du One Planet Summit du 12 décembre.
Philippe Lopez / AFP

Global Urbis, pour simplifier l'accès aux financements

Le plan Global Urbis doit permettre aux villes du monde entier d’avoir accès plus facilement à des financements, privés ou publics, pour mettre en œuvre leur plan climat et accélérer ainsi leur transformation vers des villes durables.

"Des conseils gratuits et une assistance technique vont ainsi être délivrés  aux municipalités par des experts pour les aider à trouver les financements adéquats", résume Maros Sefcovic, vice-président de la Commission Européenne.

Il s’agit d’une initiative de la Commission européenne, du Pacte mondial des maires (qui regroupe 7 400 villes à travers le monde), de la BEI (Banque européenne d'investissement) et de la Berd (Banque européenne pour la reconstruction et le développement). 1,5 milliard d’euros doivent être mobilisés.

U20 pour mettre la pression sur le G20 de Buenos Aires

Dans le cadre du C40 (coalition de villes pour le climat), Urban 20 (U20) vise à faire pression pour que le prochain G20, organisé en Argentine en 2018, mette l'agenda climatique des villes à la table des discussions. Lancée par Paris et Buenos Aires, l'initiative va au-delà du changement climatique. Elle vise également à adresser des messages collectifs et à faire émerger des solutions en matière d’avenir du travail et d’intégration sociale. Elle réunira 30 grandes villes mondiales. 

"Le monde d’aujourd’hui est plus urbanisé que jamais, et les transformations engendrées par l’urbanisation pourraient améliorer le bien-être des habitants, nous permettre d’être plus efficaces dans notre consommation énergétique et favoriser la croissance économique. C’est pourquoi j’espère que le Sommet que nous organiserons à Buenos Aires pourra ouvrir un nouveau dialogue entre les dirigeants mondiaux et les maires de grandes villes. J’espère également que l’U20 deviendra un événement régulier dans les années à venir", a déclaré  Horacio Rodríguez Larreta, maire de Buenos Aires. 

4,5 milliards de dollars débloqués par la Banque mondiale

La Banque mondiale va prêter 4,5 milliards de dollars sur trois ans à 150 villes pour mettre en œuvre des initiatives visant à accroître leur résilience et à lutter contre le changement climatique. Ces fonds devraient ainsi leur permettre de lever des fonds privés, grâce à la structuration de partenariats public-privé.  

"Alors que la force des catastrophes naturelles s'intensifie, nous devons mieux planifier et construire des villes plus résilientes", a déclaré Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale. "Nous sommes fiers de collaborer avec le Pacte Mondial des Maires pour faire exactement cela. Avec l'investissement de 4,5 milliards de dollars de la Banque mondiale dans les villes, nous pouvons aider les dirigeants locaux à protéger les populations contre les effets du changement climatique."

La première phase débutera avec plus de 30 villes, et le but est de toucher plus de 500 villes au cours de la prochaine décennie.  

Concepcion Alvarez @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Pas d’avantage fiscal pour l’huile de palme : le business model de la Mède de Total remis en question

Total va-t-il continuer d'importer de l'huile de palme pour faire tourner sa bio-raffinerie de la Mède ? Le Conseil constitutionnel vient de rejeter un recours du groupe pétrolier et valide ainsi la suppression d'une exonération fiscale pour les biocarburants à base d'huile de palme. Une décision...

L agriculture en berne incendie usine lubrizol LOU BENOIST AFP

Lubrizol : le cauchemar des agriculteurs se prolonge dix jours après l’incendie

Il y a dix jours, une "marée noire" survolait le ciel de Rouen et ses alentours à la suite de l'incendie de l'usine de produits chimiques Lubrizol. Depuis, les agriculteurs ont interdiction de vendre leurs récoltes et les éleveurs doivent jeter des millions de litres de lait. Les pertes financières...

Films crise agricole

Du film "Au nom de la Terre" à "Tout est possible", la crise agricole n’est pas une fatalité

Il y a d’un côté cet agriculteur épuisé, surendetté, qui décide d’en finir en buvant des litres de glyphosate et de fipronil. Et de l’autre ce couple de citadins qui se lance dans la création d’une ferme agroécologique et qui, loin de tout angélisme, vont découvrir que la nature ne se dompte pas....

L agriculture en berne incendie usine lubrizol LOU BENOIST AFP

Usine Lubrizol : une "marée noire" tombée du ciel qui inquiète les agriculteurs

Les bêtes et les sols sont-ils pollués ? Après le grave incendie de l'usine chimique Lubrizol à Rouen, la préfecture de Seine-Maritime a gelé la récolte des agriculteurs au nom du principe de précaution. Certains éleveurs doivent jeter des centaines de litres de lait, denrée périssable. Le manque à...