Publié le 08 février 2019

ENVIRONNEMENT

McDonald’s, KFC, Burger King : les géants de la malbouffe interpellés par un groupe d’investisseurs sur le climat

Investir dans la restauration rapide pourrait bientôt se révéler aussi risqué que d’investir dans le charbon ou le tabac. Un groupe de 80 investisseurs, représentant 6 500 milliards de dollars d’actifs, vient d’interpeller plusieurs Big Food (McDonalds, Burger King, Domino’s Pizza…) pour les pousser à s’engager plus activement dans la lutte contre le changement climatique.

Selon le réseau Fairr, plus de 70 % des entreprises dépendant de la viande et du bétail ne se sont pas fixé d'objectifs pour réduire les émissions dans leurs chaînes d'approvisionnement.
©CC0

Tous les secteurs, y compris les plus polluants comme celui de l’automobile, du pétrole et du gaz, commencent à se fixer des objectifs ambitieux en matière de lutte contre le changement climatique. Mais qu’en est-il de l’industrie agro-alimentaire ? Et plus précisément des Big Food que représentent McDonald’s, Burger King, KFC ou encore Pizza Hut ?

Pour le savoir, un groupe de 80 investisseurs, pesant 6 500 milliards de dollars d’actifs et réunis sous la bannière du Ceres (Coalition for Environmentally Responsible Economies) et de Fairr (Farm Animal Investment Risk and Return), a interpellé ces géants de la restauration rapide dans une lettre ouverte publiée le 29 janvier dernier. Ils souhaitent que les multinationales s'engagent dans un plan d’action claire sur la façon dont ils vont réduire les risques liés à leurs chaînes d'approvisionnement en viande et produits laitiers et se fixent des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d'utilisation de l'eau. Leur réponse est attendue pour mars 2019.

Demande croissante des consommateurs pour des aliments d'origine végétale

Selon le réseau Fairr, plus de 70 % des entreprises dépendant de la viande et du bétail ne se sont pas fixées d'objectifs pour réduire les émissions dans leurs chaînes d'approvisionnement. "L'incapacité à s'attaquer à ces problèmes environnementaux majeurs dans les chaînes d'approvisionnement des entreprises compromet la viabilité financière à long terme de ces marques", s’inquiète Jeremy Coller, fondateur de Fairr et directeur des investissements de Coller Capital.

Et par extension, cela constitue également un risque pour les portefeuilles des investisseurs. "Ceux-ci ne peuvent ignorer les vents contraires auxquels le secteur de la viande et du lait est confronté. L'augmentation de la réglementation environnementale, la demande croissante des consommateurs pour des aliments d'origine végétale et les craintes de pollution de l'eau par les fermes intensives sont autant d'ingrédients qui constituent une menace croissante pour la valeur à long terme des multinationales de la restauration rapide", note Alice Evans, co-chef de l'investissement responsable à BMO Gestion mondiale d'actifs.

Au-delà des risques climatique et financier, il existe aussi un risque réputationnel à continuer de financer ces géants. Selon une récente étude publiée par la revue médicale britannique The Lancet et la fondation EAT, "un régime alimentaire malsain représente un risque plus élevé de morbidité et de mortalité prématurées que celui causés par la somme des rapports sexuels non protégés, l’alcool, les drogues et le tabac tout compris". La malbouffe risque ainsi de se transformer bien vite en un actif échoué au même titre que le tabac, le charbon ou les armes.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Tri des déchets : le gouvernement pose un ultimatum aux chaînes de fast-food

Convoquées par la Secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire, les chaînes de restauration rapide ont jusqu'à la fin du mois de mars pour proposer "un plan de mise en conformité" en matière de tri des déchets. Outre un rappel à l’ordre, elles risquent des sanctions...

Le régime idéal pour nourrir sainement 10 milliards d'êtres humains sans détruire la planète

Après "Fumer tue", indiquera-t-on bientôt que "Manger tue" sur les hamburgers ? Selon une nouvelle étude, avec 11 millions de morts par an, un régime alimentaire malsain est un risque plus important que l'alcool, le tabac, les rapports sexuels non protégés et la drogue réunis. Pour y...

Tobacco-Free Finance Pledge : Plusieurs grands investisseurs arrêtent le tabac

Plusieurs géants de la finance, gérant 6 400 milliards de dollars, rejoignent ce mercredi 26 septembre le Tobacco-Free Finance Pledge pour lutter contre le tabac. Ensemble, ils s’engagent à arrêter de financer cette industrie. Cette annonce a été rendue publique dans le cadre de la...

"Fast and good", la nouvelle tendance des fast-foods sains et abordables pour lutter contre la malbouffe

Pour lutter contre la malbouffe, de plus en plus de chefs ouvrent des fast-food plus sains et responsables que les McDonald's, Quick ou Burger King. C'est le cas du célèbre chef Thierry Marx qui va en ouvrir un, bio, sur les Champs-Élysées. Aux États-Unis, c'est une tendance qui prend de...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Intoxication de l'agriculteur Paul François : Monsanto définitivement condamné après 13 ans de combat

C'est une décision qui marque la fin de plus de 13 ans de combat. La Cour de cassation vient définitivement de condamner Monsanto dans l'affaire l'opposant à l'agriculteur Paul François. Ce dernier, intoxiqué depuis 2004 après avoir inhalé les vapeurs de l'herbicide Lasso commercialisé par le géant...

Agriculture PAC

Les États européens font un premier pas vers une PAC plus verte pour orienter l'agriculture de demain

Après de longues heures de négociations, les ministres de l'Agriculture européens ont trouvé un accord sur la réforme de la PAC. Elle doit guider l'agriculture européenne pour les sept prochaines années. 20 % des aides directes seront conditionnées à des critères environnementaux et climatiques....

Betterave sucriere

Betteraves : Les députés réautorisent les néonicotinoïdes pour sauver une filière à l'avenir incertain

La filière betterave est soulagée. Elle pourra continuer à utiliser des néonicotinoïdes pour faire face à la jaunisse qui ravage les cultures. C'est ce qu'ont décidé les députés dans la nuit du 5 octobre. Reste que la crise que traverse la filière va bien au-delà du virus auquel elle fait face. Avec...

Betterave neonicotinoides pixabay 01

L’Assemblée nationale doit trancher sur la réautorisation des néonicotinoïdes sur les betteraves

C'est un sujet particulièrement explosif dont vont débattre les députés aujourd'hui. L'Assemblée va se pencher sur la réautorisation temporaire des néonicotinoïdes sur les betteraves. Les députés, divisés, devront à la fois satisfaire la filière, ravagée par la jaunisse et une perte de rendements...