Publié le 12 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

Le gouvernement ne va pas interdire les vaches à hublot (au contraire)

Ce n'est pas une pratique nouvelle mais le grand public l'a découvert récemment dans une vidéo L214. On y voit des vaches dont l'estomac a été perforé par un trou et dans lequel un hublot a été posé pour étudier leur digestion. Le groupe Avril, mis en cause, défend un procédé utilisé exclusivement à des fins de recherche.Il est, en ce sens, soutenu par le gouvernement. 

Ce procédé, légal, permet de déposer des aliments directement dans l'estomac de l'animal, ou de faire des prélèvements.
@L214

"C’est affreux", "révoltant", "horrible". Les réactions outrées se sont multipliées après la diffusion, fin juin, d’une vidéo d’une "vache à hublot" par L214, une association qui défend les droits des animaux. Les estomacs des six vaches filmées ont été perforé d’un trou de 15 cm dans lequel un hublot a été posé pour étudier leur digestion. Les images ont été tournées entre février et mai 2019 dans un centre expérimental du groupe agro-industriel Avril dans la Sarthe.

"Les manipulations sont nombreuses : en période d’expérimentation on peut ouvrir et refermer leur hublot six fois en l’espace de 48 heures pour y faire des prélèvements", décrit L214, "Sans compter la pose même du hublot, une opération invasive qui génère des douleurs postopératoires et nécessite une prise de médicaments durant plusieurs jours - des antibiotiques durant deux semaines-, selon un opérateur du centre".

Une pratique déjà appliquée en 1970

Le groupe Avril mis en cause, déplore "la manipulation d’images montées, tournées de nuit à des fins sensationnalistes". Et de poursuivre : "Ce procédé est utilisé dans le monde entier exclusivement à des fins de recherche. Il s’accompagne d’un suivi vétérinaire extrêmement rigoureux et représente à l’heure actuelle l’unique solution permettant d’étudier la digestion des protéines végétales".

De fait, l’Institut national de recherche agronomique (INRA) a déclaré à l’AFP utiliser également cette technique sur une trentaine de vaches. Et le Monde a retrouvé dans les archives de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) un documentaire datant de 1970 décrivant cette technologie : "les fistules sont un livre ouvert sur les mystères de la genèse de nos plats favoris".

La science contre le bien-être animal

Mais cette pratique, aussi vieille soit-elle, le grand public vient, lui, de la découvrir. Et il est sous le choc. Au fil des années, le bien-être animal a pris une place grandissante dans le débat public, notamment sous l’impulsion des vidéos chocs de L214. Les marques ont dû s’adapter à ce nouveau paradigme et s’imposer des meilleures pratiques. Panzani, Système U, Monoprix, Casino… plusieurs entreprises ont ainsi décidé, sous la pression des consommateurs, de ne plus vendre d’œufs de poule en batterie à des échéances allant de 2020 à 2025. Les vaches à hublot suivront-elles la même issue ?

L’INRA, tout comme le groupe Avril, ont annoncé vouloir mettre fin à cette pratique d’ici 2025. Mais le gouvernement, lui, la défend. "C’est choquant", a reconnu la secrétaire d’État à la Transition écologique Brune Poirson chez Public Sénat mais "ce sont des pratiques scientifiques et qui ne font pas souffrir l’animal. On en est sûr car on sait mesurer le stress chez les animaux". Même son de cloche chez le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume qui défend la recherche. Des arguments qui font suite au discours politique générale d’Edouard Philippe à l'Assemblée nationale. Le Premier ministre avait alors déclaré : "Je crois en la science. Je voudrais qu'elle ait plus de place dans le débat public et que nos choix sont dictés par elle".

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Lait d amande biodiversite impact

[La mondialisation dans l’assiette] Le succès du lait d’amande, un massacre pour les abeilles

C'est un véritable plébiscite. Entre les laits de soja, de noisette, de riz, les laits végétaux rencontrent un succès fulgurant. Le lait d'amande est particulièrement apprécié, mais son impact sur la biodiversité est lourd. Alors que plus des trois quarts des amandes sont produites en Californie,...

Mondialisation dans l assiette tomates

[La mondialisation dans l’assiette] La tomate industrielle, un concentré de dérives

La tomate industrielle, qui représente un quart du marché mondial de ce fruit rouge, est devenue le symbole des dérives de la mondialisation. Entre des concentrés de tomates frelatés, des sauces "Made in Italy" envoyées depuis la Chine, des migrants sous-payés et des systèmes mafieux intenses,...

Champs de betterave Tereos

Le gouvernement veut sauver la filière betterave mais doit autoriser un insecticide dangereux pour les abeilles

Le ministère de l'Agriculture veut autoriser de nouveau l'utilisation de néonicotinoïdes dans la culture de la betterave pour sauver la filière. Cette filière est la première en Europe net emploi 46 000 personnes en France. Mais plusieurs ONG alertent sur un risque pour les abeilles.

Bien etre animal poulet

Des grands patrons de la tech, dont Xavier Niel, souhaitent un référendum sur la maltraitance animale

Plusieurs grands patrons de la tech, comme Xavier Niel de Free et Marc Simonci de Meetic, soutiennent le lancement, avec plusieurs personnalités, journalistes et associations, comme L214, d'un Référendum d'initiative partagée (RIP) sur la cause animale. Interdiction de l'élevage en cage,...