Publié le 12 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

Le gouvernement ne va pas interdire les vaches à hublot (au contraire)

Ce n'est pas une pratique nouvelle mais le grand public l'a découvert récemment dans une vidéo L214. On y voit des vaches dont l'estomac a été perforé par un trou et dans lequel un hublot a été posé pour étudier leur digestion. Le groupe Avril, mis en cause, défend un procédé utilisé exclusivement à des fins de recherche.Il est, en ce sens, soutenu par le gouvernement. 

Ce procédé, légal, permet de déposer des aliments directement dans l'estomac de l'animal, ou de faire des prélèvements.
@L214

"C’est affreux", "révoltant", "horrible". Les réactions outrées se sont multipliées après la diffusion, fin juin, d’une vidéo d’une "vache à hublot" par L214, une association qui défend les droits des animaux. Les estomacs des six vaches filmées ont été perforé d’un trou de 15 cm dans lequel un hublot a été posé pour étudier leur digestion. Les images ont été tournées entre février et mai 2019 dans un centre expérimental du groupe agro-industriel Avril dans la Sarthe.

"Les manipulations sont nombreuses : en période d’expérimentation on peut ouvrir et refermer leur hublot six fois en l’espace de 48 heures pour y faire des prélèvements", décrit L214, "Sans compter la pose même du hublot, une opération invasive qui génère des douleurs postopératoires et nécessite une prise de médicaments durant plusieurs jours - des antibiotiques durant deux semaines-, selon un opérateur du centre".

Une pratique déjà appliquée en 1970

Le groupe Avril mis en cause, déplore "la manipulation d’images montées, tournées de nuit à des fins sensationnalistes". Et de poursuivre : "Ce procédé est utilisé dans le monde entier exclusivement à des fins de recherche. Il s’accompagne d’un suivi vétérinaire extrêmement rigoureux et représente à l’heure actuelle l’unique solution permettant d’étudier la digestion des protéines végétales".

De fait, l’Institut national de recherche agronomique (INRA) a déclaré à l’AFP utiliser également cette technique sur une trentaine de vaches. Et le Monde a retrouvé dans les archives de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) un documentaire datant de 1970 décrivant cette technologie : "les fistules sont un livre ouvert sur les mystères de la genèse de nos plats favoris".

La science contre le bien-être animal

Mais cette pratique, aussi vieille soit-elle, le grand public vient, lui, de la découvrir. Et il est sous le choc. Au fil des années, le bien-être animal a pris une place grandissante dans le débat public, notamment sous l’impulsion des vidéos chocs de L214. Les marques ont dû s’adapter à ce nouveau paradigme et s’imposer des meilleures pratiques. Panzani, Système U, Monoprix, Casino… plusieurs entreprises ont ainsi décidé, sous la pression des consommateurs, de ne plus vendre d’œufs de poule en batterie à des échéances allant de 2020 à 2025. Les vaches à hublot suivront-elles la même issue ?

L’INRA, tout comme le groupe Avril, ont annoncé vouloir mettre fin à cette pratique d’ici 2025. Mais le gouvernement, lui, la défend. "C’est choquant", a reconnu la secrétaire d’État à la Transition écologique Brune Poirson chez Public Sénat mais "ce sont des pratiques scientifiques et qui ne font pas souffrir l’animal. On en est sûr car on sait mesurer le stress chez les animaux". Même son de cloche chez le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume qui défend la recherche. Des arguments qui font suite au discours politique générale d’Edouard Philippe à l'Assemblée nationale. Le Premier ministre avait alors déclaré : "Je crois en la science. Je voudrais qu'elle ait plus de place dans le débat public et que nos choix sont dictés par elle".

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde 01

Flambée des matières premières agricoles : la crise qui monte dans l’ombre de la pandémie

Blé, soja, maïs, colza... les prix des matières premières agricoles ont flambé en 2020 et la hausse se poursuit cette année. Si l'appétit de la Chine, qui reconstitue ses stocks à prix fort, explique en partie cette envolée, la pandémie de Covid-19 déstabilise le système alimentaire mondial au...

Grippe aviaire Alain Pitton NurPhoto NurPhoto via AFP

Grippe aviaire transmis à l’humain en Russie : comment l’élevage industriel favorise les pandémies

Pour la première fois, la souche H5N8 de la grippe aviaire a franchi la barrière interespèce en contaminant plusieurs hommes en Russie. Si la France, qui a abattu trois millions de volailles pour limiter la propagation du virus, affirme qu'il n'y a "pas de risque de transmission à l'Homme" sur le...

Legumes pixabay

Repas sans viande dans les cantines de Lyon : une polémique sans fondement

Le maire écologiste de Lyon a imposé un seul plat, sans viande, aux enfants de la cantine créant une vive polémique. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est ainsi ému d'une mesure "excluant les classes populaires" dont les enfants mangeraient moins de viande. De nombreuses études montrent...

Petit cochon pixabay

Comment le bien-être animal est devenu un enjeu économique pour l’agroalimentaire

Face à la pression des consommateurs et des associations, les entreprises cherchent à améliorer les conditions d'élevage, de transport ou encore d'abattage des animaux. Plusieurs expérimentations sur la castration des porcs ou le pâturage des vaches liant éleveurs, distributeurs et chercheurs ont...