Publié le 15 octobre 2017

ENVIRONNEMENT

[LE CHIFFRE] Artificialisation des sols : l'équivalent de six fois la surface de Paris disparaît chaque année en France

Cette semaine a été agitée par la mise en place d’une éventuelle "taxe béton" sur les nouvelles constructions. La piste avancée par Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, a finalement été invalidée par le gouvernement qui dit vouloir se laisser un temps de réflexion. L’objectif est de lutter contre l’artificialisation des sols qui grignote toujours plus de terrain. Chaque année, c’est l’équivalent de six fois la surface de Paris qui disparaît.

Les surfaces agricoles ne représentent plus que la moitié du territoire français.

Maisons individuelles, routes, parkings, centres commerciaux… L’artificialisation des sols est repartie à la hausse depuis 2015. Chaque année, ce sont entre 50 000 et 60 000 hectares de surfaces agricoles qui sont transformées. C’est l’équivalent de six fois la surface de Paris qui disparaît chaque année et d’un département français tous les cinq à six ans. "À ce rythme, un cinquième du potentiel agricole français aura été perdu entre 1960 et 2060", alerte la fédération nationale des Safer (Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural).

"Cette consommation de terres agricoles est irraisonnée, réagit Emmanuel Hyest, son président. Nous protégeons d’ores et déjà les forêts et les espaces de biodiversité remarquable. Nous devons, de même, protéger les sols agricoles, en priorité ceux qui présentent le meilleur potentiel. C’est indispensable pour s’adapter au réchauffement climatique et réduire le déficit européen de terres agricoles."

Les maisons individuelles dans le viseur

Le nombre de transactions notifiées aux Safer, qui portent sur des terrains agricoles qui deviennent constructibles ou aménageables, est en hausse de 22 % en 2016, après une croissance de 3,8 % en 2015. Les constructions individuelles sont responsables de l’artificialisation de près d’un hectare sur deux. Cela tient à la croissance de la population, et, en partie, à des choix privilégiant la maison individuelle. Viennent ensuite les réseaux routiers, puis les infrastructures agricoles.

Selon les dernières données, les surfaces artificialisées représentent désormais 9,3 % du territoire, contre 39,3 % pour les espaces naturels (parcs, forêts…) et 51 % pour les sols agricoles. Cette part a diminué d'environ 10 % en 20 ans. L’artificialisation des sols nuit également à leur capacité d’absorber de l’eau de pluie. Or, selon le dernier bilan du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), environ deux tiers des nappes phréatiques françaises affichent un niveau modérément bas à très bas.

Pas de taxe béton en 2018

Face à ce constat, Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé dans une interview à La Gazette des Communes puis au Parisien, qu’il étudiait "une nouvelle source de financement avec un intérêt double : lutter contre l’artificialisation des sols et contribuer notamment à financer la préservation de la biodiversité. C’est une réflexion que j’ai proposée au Premier ministre, qui m’a invité à y travailler".

Tout de suite baptisée de "taxe béton" par la presse, le ministère a précisé que ce n’était pour l’instant qu’une piste de réflexion. Et le secrétaire d'État à la Cohésion des territoires a dû intervenir pour assurer qu’il n’y aurait aucun dispositif en 2018. "En 2018 il n'y aura aucun mécanisme de quelque sorte que ce soit, parce qu'en 2018 nous réfléchirons avec Nicolas Hulot et les autres ministres à comment régler ce sujet", a affirmé Julien Denormandie au micro de France Info. Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture, vient par ailleurs de commander un rapport sur l'artificialisation des terres agricoles.

Au niveau européen, une pétition intitulée “Appel du sol” est portée par 400 organisations afin d’aboutir à une directive-cadre sur les sols. En France, la loi Alur permet aux communes de déterminer sur une parcelle la surface réservée à la biodiversité. Le sujet préoccupe en tout cas les citoyens. Selon un sondage Ifop dévoilé par le WWF France, 78 % des Français se disent ainsi favorables à un moratoire sur l'artificialisation des terres agricoles dès 2020.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Champs de colza abeille rentabilite

[Science] Dans les champs de colza, les abeilles sont plus rentables que les pesticides

Pour gagner plus, mieux vaut miser sur les abeilles. Des chercheurs de l'INRA et du CNRS viennent de publier une étude dans laquelle ils affirment que miser sur les pollinisateurs pour accroître les rendements dans les champs de colza est plus rentable économiquement que d'utiliser des pesticides...

Poussins broyes vivants interdiction

En 2021, les poussins mâles ne seront plus broyés vivants, promet le gouvernement

Ils sont plus de 50 millions à subir ce sort chaque année. Les poussins mâles, trop peu rentables, sont broyés, gazés et même jetés, agonisants, dans des sacs-poubelles. Le gouvernement entend mettre fin à cette pratique d'ici 2021, d'autant que des alternatives existent. Cette mesure est l'occasion...

L’agriculture française n’est pas prête à encaisser les coûts élevés liés à la suppression du glyphosate, alertent des parlementaires

Un rapport parlementaire, qui doit être rendu public cette semaine, tire le signal d’alarme sur l’interdiction du glyphosate. À un peu plus d’un an de son interdiction, le gouvernement doit clarifier qui sera concerné par cette disposition car la viabilité de plusieurs activités serait remise en...

Loi alimentation echec agriculteur

La loi alimentation, "un chèque en bois" pour les producteurs, un "chèque en blanc" pour les distributeurs

La loi alimentation cumule les échecs. Un an après sa publication, un rapport sénatorial liste les effets pervers de ses mesures phares, notamment sur les PME. Alors que l'objectif était de mieux rémunérer les agriculteurs, ce sont les distributeurs qui semblent en profiter. L'expérimentation doit...