Publié le 08 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

La loi alimentation, "un chèque en bois" pour les producteurs, un "chèque en blanc" pour les distributeurs

La loi alimentation cumule les échecs. Un an après sa publication, un rapport sénatorial liste les effets pervers de ses mesures phares, notamment sur les PME. Alors que l'objectif était de mieux rémunérer les agriculteurs, ce sont les distributeurs qui semblent en profiter. L'expérimentation doit encore se poursuivre une année, mais les sénateurs ont déjà proposé des mesures d'urgence pour éviter que certaines PME ne mettent tout simplement la clé sous la porte. 

Loi alimentation echec agriculteur
La loi ne permet toujours pas un rapport de force équilibré entre agriculteurs, industriels et distributeurs.
CC0

"Un chèque en blanc de 1,6 milliard d’euros à la grande distribution" et un "chèque en bois pour les agriculteurs". La Confédération paysanne et UFC Que Choisir ont la dent dure contre la loi alimentation, un an après sa publication. Et ils ne sont pas les seuls. Plus d’une vingtaine d’organisations ont publié un bilan d’étape. Pour elles, "le compte n’y est pas" avec cette loi issue des États généraux de l’alimentation dont le but était de rendre accessible à tous une alimentation saine et durable et d’améliorer l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole dont les producteurs pâtissent.

Le groupe de suivi de cette loi au Sénat a publié un rapport sans ambiguïté le 5 novembre. "La loi Egalim a suscité un espoir immense dans nos campagnes pour régler le problème du revenu de l’agriculteur, tout en ne concernant qu’une petite partie de ses recettes annuelles", explique Sophie Primas, présidente de la commission des affaires économiques. "Elle a troqué une hypothétique hausse des recettes au bon vouloir des industriels et de la grande distribution contre une augmentation certaine des charges des exploitants".

Les PME touchées de plein fouet 

Les PME sont particulièrement touchées par les effets pervers de la loi. L’encadrement des promotions, censé atténuer la pression sur les prix, "créé un biais anticoncurrentiel au détriment des PME positionnées sur des marchés dominés par des grands groupes", note le Sénat. "Une PME ne peut pas se payer un spot publicitaire en prime time !", explique le rapporteur Michel Raison. De même, la hausse de 10 % du seuil de revente à perte (SRP) n’a pas l’effet escompté.

Le mécanisme défendu par le gouvernement semblait pourtant logique. Aujourd’hui, les produits d’appels comme le Coca-Cola ou le Nutella par exemple sont vendus sans marge. Pour compenser, les produits agricoles sont surmargés. Le gouvernement voulait imposer à la distribution d'augmenter ses marges sur les produits d’appels et faire baisser celles des produits agricoles. Mais la hausse de prix s’est traduite par une baisse des tarifs sur les produits d’appels de marques de distributeurs et non les produits agricoles, déplaçant seulement la guerre des prix au lieu d’y mettre un terme.

L'expérimentation poursuivie pour un an

Le principal syndicat agricole, la FNSEA, qui avait défendu ces dispositifs met en garde contre les conclusions hâtives. "La FNSEA rappelle que l'ensemble des outils ne sont disponibles que depuis la fin du mois d'avril et la publication des dernières ordonnances", note le syndicat. "L'enjeu est donc bien de transformer l'essai durant la phase de négociations commerciales qui vient de s'ouvrir. Plus aucune excuse ne peut être brandie pour ne pas appliquer la loi."

Les outils de cette loi doivent de toute façon être expérimentés pendant deux ans. Mais pour limiter la casse et "éviter que des entreprises alimentaires ne ferment avant fin 2020", les sénateurs ont déposé une proposition de loi. Quant à Didier Guillaume, le ministre de l’Agriculture, il a menacé de renforcer les contrôles pour surveiller les comportements pendant les négociations commerciales qui fixent les prix pendant une année. 

"Quand un éleveur vend son litre de lait à 34 centimes et qu’il est en vente à un euro en grande surface, les 70 centimes vont bien dans la poche de quelqu’un", a-t-il relevé sur France Inter.  La loi prévoyait d’ailleurs que la construction du prix se fasse à partir du coût de production donc en partant de l’amont pour remonter jusqu’aux distributeurs. Mais sur le terrain, la Confédération paysanne a noté que le prix de revient calculé par les producteurs n’avait jamais été pris en compte par les industriels ou distributeurs. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Champs de colza abeille rentabilite

[Science] Dans les champs de colza, les abeilles sont plus rentables que les pesticides

Pour gagner plus, mieux vaut miser sur les abeilles. Des chercheurs de l'INRA et du CNRS viennent de publier une étude dans laquelle ils affirment que miser sur les pollinisateurs pour accroître les rendements dans les champs de colza est plus rentable économiquement que d'utiliser des pesticides...

Poussins broyes vivants interdiction

En 2021, les poussins mâles ne seront plus broyés vivants, promet le gouvernement

Ils sont plus de 50 millions à subir ce sort chaque année. Les poussins mâles, trop peu rentables, sont broyés, gazés et même jetés, agonisants, dans des sacs-poubelles. Le gouvernement entend mettre fin à cette pratique d'ici 2021, d'autant que des alternatives existent. Cette mesure est l'occasion...

L’agriculture française n’est pas prête à encaisser les coûts élevés liés à la suppression du glyphosate, alertent des parlementaires

Un rapport parlementaire, qui doit être rendu public cette semaine, tire le signal d’alarme sur l’interdiction du glyphosate. À un peu plus d’un an de son interdiction, le gouvernement doit clarifier qui sera concerné par cette disposition car la viabilité de plusieurs activités serait remise en...

Loi alimentation echec agriculteur

La loi alimentation, "un chèque en bois" pour les producteurs, un "chèque en blanc" pour les distributeurs

La loi alimentation cumule les échecs. Un an après sa publication, un rapport sénatorial liste les effets pervers de ses mesures phares, notamment sur les PME. Alors que l'objectif était de mieux rémunérer les agriculteurs, ce sont les distributeurs qui semblent en profiter. L'expérimentation doit...