Publié le 29 juin 2019

ENVIRONNEMENT

Tout juste signé, l’accord UE-Mercosur soulève la colère des écologistes et des agriculteurs

L'accord entre l'Union européenne et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay, Venezuela) a été signé vendredi 28 juin. Plus de 340 associations environnementales mettent en garde Bruxelles sur les conditions environnementales et le respect des droits de l'Homme bafoués depuis l'arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro au Brésil. Les agriculteurs européens sont également inquiets de l'apparition d'une agriculture à deux vitesses.

Le Président Emmanuel Macrons'est félicité depuis le G20 de la signature de l'accord commercial négocié entre l'Union européenne et le Mercosur.
@Elysée

Ouvertes il y a 20 ans, les discussions entre l'Union européenne et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) ont abouti. Il s'agit de l'un des plus vastes accords de libre-échange jamais conclu avec en jeu plus de 770 millions de consommateurs et 18 000 milliards d'euros de PIB. "Je mesure mes paroles avec soin car c'est un accord réellement historique", a réagi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, depuis le Japon où il participait au sommet du G20.

La conclusion de ce pacte envoie "un réel message en soutien à un commerce ouvert, équitable, durable", a-t-il insisté. "Cela montre que dans ces temps turbulents (...), des compromis peuvent être trouvés". Le président argentin Mauricio Macri a aussi salué à Osaka un "jour historique", tandis que le Brésil se félicitait de l'engagement des deux blocs, à une époque "de tensions et d'incertitudes dans le commerce international, en faveur de l'ouverture économique". 

Même s'il se dit vigilant, Emmanuel Macron juge que "Cet accord, à ce stade, est bon compte tenu du fait que toutes les demandes que nous avions formulées ont été intégralement prises en compte par les négociateurs". Un avis qui n'est pas partagé par plus de 340 organisations issues de la société civile, parmi lesquelles une trentaine d’organisations françaises.

Avant la signature, elles dénonçaient la détérioration des droits humains et des conditions environnementales au Brésil, depuis l’arrivée au pouvoir en janvier dernier du climatosceptique Jair Bolsonarao. Les associations pointent aussi du doigt les risques qu’un tel accord de libre-échange entraînerait pour les entreprises et les pays qui ont des engagements en matière de climat, d'environnement et de droits humains.

Une agriculture à deux vitesses

"L'Union européenne constitue un marché important pour le soja et le bœuf brésiliens, dont la production est largement responsable de la déforestation et des violations des droits de l'homme à grande échelle observées au Brésil. L’UE a donc une responsabilité vis-à-vis des choix agricoles et industriels de son partenaire sud-américain", écrivent les 340 organisations. Une étude réalisée pour la Commission européenne en 2013 montre ainsi que plus de la moitié de la déforestation associée aux produits exportés par le Brésil était liée aux importations européennes.

Outre les défenseurs de l’environnement, les agriculteurs s’inquiètent eux aussi. "Quelques semaines après l'élection européenne, inacceptable signature d'un accord Mercosur-UE qui va exposer les agriculteurs européens à une concurrence déloyale et les consommateurs à une tromperie totale", a twitté la patronne du premier syndicat agricole français FNSEA, Christiane Lambert sur le slogan "n'importons pas l'agriculture et l'alimentation que nous ne voulons pas chez nous".

"A quoi bon demander en France et en Europe une montée en gamme en termes de qualité et de respect de l'environnement si c'est pour importer des produits contraires à cet effort ?" s'interroge le syndicat Jeunes Agriculteurs (JA). Le commissaire européen à l'Agriculture Phil Hogan a promis vendredi soir "une aide financière" jusqu'à un milliard d'euros "en cas de perturbation du marché".

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Cop desertification objectif neutralite en 2030

COP désertification : les États s'engagent sur la neutralité en matière de dégradation des sols d'ici 2030

Les 196 États membres de la Convention de lutte contre la désertification se sont engagés à atteindre la neutralité en matière de dégradation des terres en 2030. Une avancée alors que le dernier rapport du Giec mettait en évidence l'influence néfaste des activités humaines sur l'état des terres.

[À l’origine] Le glyphosate, de détergent pour canalisation à herbicide le plus vendu au monde

La naissance du glyphosate est une histoire peu commune. Le premier usage de cette molécule, agent actif du Roundup, devenu l'herbicide le plus vendu au monde, est en réalité celui de détergent capable de détartrer les chaudières et les canalisations. C'est Monsanto, en 1974, qui comprendra ses...

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

En un an, la déforestation a doublé en Amazonie

C'est une véritable explosion. La déforestation de l'Amazonie au Brésil a augmenté de 92 % entre janvier-août et la même période 2018. Si Jair Bolsonaro aggrave la situation depuis son arrivée au pouvoir, la déforestation est déjà repartie à la hausse depuis déjà quelques années. Or les feux...

Pandage pesticide agriculture pixabay

Distance d’éloignement des pesticides : la mesure du gouvernement ne satisfait ni les écologistes ni les agriculteurs

Alors qu'une quarantaine de maires ont pris des arrêtés pour interdire l'épandage de pesticides à 150 mètres des habitations, le gouvernement, lui, propose une distance de 5 à 10 mètres selon les cultures. Il va par ailleurs lancer une consultation citoyenne de trois semaines sur le sujet. Un...