Publié le 08 février 2021

ENVIRONNEMENT

En Inde, la révolte des paysans symbole d’une politique agricole à bout de souffle

Depuis le mois de novembre, des dizaines de milliers de paysans protestent, en Inde, contre la libéralisation du marché agricole. Les manifestants ont reçu le soutien de Rihanna ou encore Greta Thunberg. En 30 ans, plus de 300 000 agriculteurs se sont suicidés. Si une réforme de la politique agricole est nécessaire, le gouvernement de Narendra Modi a fait le choix, très critiqué, de miser sur la concurrence entre industriels pour faire monter les prix. 

Manifestations agriculteurs inde Arun KUMAR AFP
Depuis novembre, des dizaines d'agriculteurs manifestent contre la réforme du marché agricole entamé par le gouvernement.
ARUN KUMAR / AFP

Cela fait des mois qu’ils manifestent. Depuis le 26 novembre dernier, des dizaines de milliers d’agriculteurs indiens protestent dans les rues de Dehli contre la libéralisation du marché agricole. Alors que la situation s’envenime et que le gouvernement de Narendra Modi a répondu par la force, des voix à l'international se font entendre. Un tweet de la star américaine Rihanna a mis le feu aux poudres : "Pourquoi ne parlons-nous pas de cela ?! #FarmersProtest", a-t-elle écrit en mettant un lien un article de CNN relatant comment le gouvernement indien tente de faire taire les manifestants en coupant Internet et en supprimant les comptes Twitter d’agriculteurs et de journalistes indiens. 

À la suite de Rihanna, d’autres célébrités ont fait écho à ces manifestations. Greta Thunberg, symbole de la jeunesse luttant contre l’inaction climatique a elle aussi posté un tweet proclamant "Nous sommes solidaires de la #farmerprotest en Inde". De l’autre côté de l’Atlantique, c’est la nièce de de Kamala Harris, la vice-présidente américaine d’origine jamaïco-indienne, qui s’est indignée : "Nous devrions TOUS être scandalisés par les fermetures d’Internet en Inde et la violence de paramilitaires contre les agriculteurs qui manifestent ", a tweeté l’écrivaine Meena Harris.

Le ministre de l’intérieur indien, Amit Shah a riposté. Sans nommer les célébrités, il a dénoncé la "propagande" de certains. Si l’affaire fait autant de bruit c’est qu’en Inde, le secteur agricole pèse plus de 15 % du PIB et fait vivre 58 % de la population soit environ 800 millions de personnes. Or depuis des années, le nombre de paysans suicidés ne cesse d’augmenter. En 30 ans, ce sont 300 000 agriculteurs indiens qui se sont donné la mort. D’où la révolte qui se joue aujourd’hui. Les agriculteurs estiment que la nouvelle réforme du marché agricole va les rendre encore plus pauvres.

Promotion d'une agriculture à haut rendement

Pour bien comprendre, il faut savoir que dans les années soixante, pour assurer l’autosuffisance alimentaire de l’Inde, les autorités ont lancé la "révolution verte". Pendant des décennies, le concept a consisté à promouvoir une agriculture intensive basée sur des semences à haut rendement comme le blé le riz. L’état a mis en place un prix de soutien minimal sur une vingtaine de denrées permettant aux petits exploitants de se maintenir. Mais cette agriculture nécessite une irrigation intensive et une utilisation massive d’engrais chimiques et de pesticides entraînant les agriculteurs dans un cercle d’endettement. Aujourd’hui, il devient nécessaire d’un point de vue environnemental et social de réformer ce système. Mais la voie prise par Narendra Modi pourrait en réalité aggraver la situation. 

Le Premier ministre nationaliste mise en effet sur la libéralisation des marchés agricoles et la concurrence entre les industriels pour faire remonter les prix. Pour les opposants, cette réforme va surtout permettre aux conglomérats indiens de contrôler les prix et de les baisser au maximum, aggravant encore plus la crise agricole. La Cour suprême a ordonné le 12 janvier la suspension des trois lois agricoles à l’origine des manifestations mais les protestants ne s’arrêteront seulement lorsqu’une abrogation complète sera annoncée. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde 01

Flambée des matières premières agricoles : la crise qui monte dans l’ombre de la pandémie

Blé, soja, maïs, colza... les prix des matières premières agricoles ont flambé en 2020 et la hausse se poursuit cette année. Si l'appétit de la Chine, qui reconstitue ses stocks à prix fort, explique en partie cette envolée, la pandémie de Covid-19 déstabilise le système alimentaire mondial au...

Grippe aviaire Alain Pitton NurPhoto NurPhoto via AFP

Grippe aviaire transmis à l’humain en Russie : comment l’élevage industriel favorise les pandémies

Pour la première fois, la souche H5N8 de la grippe aviaire a franchi la barrière interespèce en contaminant plusieurs hommes en Russie. Si la France, qui a abattu trois millions de volailles pour limiter la propagation du virus, affirme qu'il n'y a "pas de risque de transmission à l'Homme" sur le...

Legumes pixabay

Repas sans viande dans les cantines de Lyon : une polémique sans fondement

Le maire écologiste de Lyon a imposé un seul plat, sans viande, aux enfants de la cantine créant une vive polémique. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est ainsi ému d'une mesure "excluant les classes populaires" dont les enfants mangeraient moins de viande. De nombreuses études montrent...

Petit cochon pixabay

Comment le bien-être animal est devenu un enjeu économique pour l’agroalimentaire

Face à la pression des consommateurs et des associations, les entreprises cherchent à améliorer les conditions d'élevage, de transport ou encore d'abattage des animaux. Plusieurs expérimentations sur la castration des porcs ou le pâturage des vaches liant éleveurs, distributeurs et chercheurs ont...