Publié le 31 août 2018

ENVIRONNEMENT

Pour sauver les abeilles, les néonicotinoïdes sont interdits en France depuis le 1er septembre

[actualisé le 3/09/2018] Depuis le 1er septembre, cinq néonicotinoïdes néfastes pour les abeilles sont interdits en France. Mais le gouvernement peut prévoir des dérogations jusqu'en 2020. Pire pour les apiculteurs : deux pesticides, qui ont le même mode d'action que les néonicotinoïdes, échappent à l'interdiction. Or, en 20 ans, la mortalité des abeilles est passée de 5 à 30 % par an. 

Abeilles mortalite neonicotinoides
En 20 ans, la mortalité des abeilles est passée de 5 à 30 % par an.
@Pixabay

Bonne nouvelle pour les abeilles. Depuis le 1er septembre, cinq néonicotinoïdes sont interdits en France. Il s’agit de la clothianidine, l’imidaclopride, le thiaméthoxame, la thiaclopride et l’acétamipride. Surnommés les "pesticides tueurs d’abeilles", les néonicotinoïdes attaquent leur système nerveux, les désorientent et les affaiblissent.

Or, chaque année, 30 % des colonies d’abeilles disparaissent contre 5 % il y a 20 ans. On est dans "une phase cruciale", expliquait en mars Delphine Batho, députée et ancienne ministre de l’Environnement, "les abeilles sont les lanceuses d’alerte de l’effondrement de la biodiversité. Nous devons fermement appliquer la loi".

La crainte de dérogation 

Ce que craignent les associations environnementales, ce sont les dérogations que le gouvernement pourrait accorder. Car le décret, publié le 1 er août, en donne la possibilité jusqu’en 2020 même si ces dernières seront "rares", affirmait alors Nicolas Hulot, avant sa démission, alors soutenu par le ministre de l'Agriculture. "Cette interdiction n’aura pas de sens si des dérogations sont accordées. Même en très faible quantité, les néonicotinoïdes restent hautement toxiques pour les abeilles. Il faut donc les interdire complètement", défend François Veillerette, directeur et porte-parole de Générations futures.

Les agriculteurs se plaignent eux d’être "dans l’impasse". "Le Président de la République et le gouvernement s’étaient engagés à ne laisser aucun producteur sans solution, un très grand nombre d’entre eux se retrouvent désormais dans une impasse technique dramatique", affirme la FNSEA, principal syndicat agricole.

Des alternatives tout aussi néfastes 

Reste que deux autres pesticides ne font pas partie de la liste : le sulfoxaflor et la flupyradifurone. Une étude publiée dans la prestigieuse revue Nature vient de démontrer que le sulfoxaflor a la même "mode d’action biologique" que les néonicotinoïdes et qu’il a un impact négatif sur les bourdons. Les apiculteurs souhaitent donc leur interdiction.

Une décision que Nicolas Hulot soutenait. Il comptait en effet étendre l’interdiction des néonicotinoïdes aux substances chimiques ayant des modes d’action identiques. La démission du ministre fait craindre aux apiculteurs une reculade en la matière. D'autant que les géants des pesticides comme Bayer et Syngenta, qui commercialisent ces néonicotinoides, ne comptent pas se laisser faire. Bayer a déjà fait appel, le 27 juillet dernier, de l’interdiction de trois néonicotinoïdes par la justice européenne. Il a été débouté en mai par le Tribunal de l’Union européenne . 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Les agriculteurs savent ce qu ils doivent a l europe pixabay

[Europe] "Les agriculteurs savent ce qu’ils doivent à l’Europe"

La politique agricole commune (PAC) de l'Union européenne est très décriée. Elle a pourtant su, à sa création, définir un cap commun pour subvenir aux besoins alimentaires des États membres et créer un marché unique, symbole d'une zone unie. Elle doit aujourd'hui se renouveler pour répondre à une...

La sncf ne trouve pas d alternative miracle au glyphosate

La SNCF, gros consommateur de glyphosate, ne trouve pas d'alternative miracle

En 2021, la France va interdire le glyphosate sur le territoire. C'est en tout cas la promesse d'Emmanuel Macron. Et les agriculteurs ne sont pas les seuls concernés par cette mesure, la SNCF, qui consomme 0,4 % du désherbant en France, cherche des alternatives. Or "aujourd'hui, on n'est pas capable...

Artificialisation des sols betons

Artificialisation des sols : en France, on bétonne même quand ce n'est pas nécessaire

L'artificialisation des terres progresse plus vite que la croissance démographique et économique. Autrement dit, en France, même quand il n'y a pas de besoin spécifique, les sols sont bétonnés. À ce rythme d'ici la fin du siècle, 18 % du territoire sera artificialisé, prévient l'Iddri. Une situation...

Agriculture bio plainte etat pixabay

Les agriculteurs bio attaquent l'État après un retard considérable dans le paiement des aides

Depuis quelques années, la situation est chaotique. L'État accumule le retard de paiement des aides aux agriculteurs bio censées compenser les surcoûts pendant les cinq années de transition. Face à l'ampleur du retard, trois agriculteurs ont décidé de porter plainte contre l'État. Et leur plainte...