Publié le 31 août 2018

ENVIRONNEMENT

Pour sauver les abeilles, les néonicotinoïdes sont interdits en France depuis le 1er septembre

[actualisé le 3/09/2018] Depuis le 1er septembre, cinq néonicotinoïdes néfastes pour les abeilles sont interdits en France. Mais le gouvernement peut prévoir des dérogations jusqu'en 2020. Pire pour les apiculteurs : deux pesticides, qui ont le même mode d'action que les néonicotinoïdes, échappent à l'interdiction. Or, en 20 ans, la mortalité des abeilles est passée de 5 à 30 % par an. 

En 20 ans, la mortalité des abeilles est passée de 5 à 30 % par an.
@Pixabay

Bonne nouvelle pour les abeilles. Depuis le 1er septembre, cinq néonicotinoïdes sont interdits en France. Il s’agit de la clothianidine, l’imidaclopride, le thiaméthoxame, la thiaclopride et l’acétamipride. Surnommés les "pesticides tueurs d’abeilles", les néonicotinoïdes attaquent leur système nerveux, les désorientent et les affaiblissent.

Or, chaque année, 30 % des colonies d’abeilles disparaissent contre 5 % il y a 20 ans. On est dans "une phase cruciale", expliquait en mars Delphine Batho, députée et ancienne ministre de l’Environnement, "les abeilles sont les lanceuses d’alerte de l’effondrement de la biodiversité. Nous devons fermement appliquer la loi".

La crainte de dérogation 

Ce que craignent les associations environnementales, ce sont les dérogations que le gouvernement pourrait accorder. Car le décret, publié le 1 er août, en donne la possibilité jusqu’en 2020 même si ces dernières seront "rares", affirmait alors Nicolas Hulot, avant sa démission, alors soutenu par le ministre de l'Agriculture. "Cette interdiction n’aura pas de sens si des dérogations sont accordées. Même en très faible quantité, les néonicotinoïdes restent hautement toxiques pour les abeilles. Il faut donc les interdire complètement", défend François Veillerette, directeur et porte-parole de Générations futures.

Les agriculteurs se plaignent eux d’être "dans l’impasse". "Le Président de la République et le gouvernement s’étaient engagés à ne laisser aucun producteur sans solution, un très grand nombre d’entre eux se retrouvent désormais dans une impasse technique dramatique", affirme la FNSEA, principal syndicat agricole.

Des alternatives tout aussi néfastes 

Reste que deux autres pesticides ne font pas partie de la liste : le sulfoxaflor et la flupyradifurone. Une étude publiée dans la prestigieuse revue Nature vient de démontrer que le sulfoxaflor a la même "mode d’action biologique" que les néonicotinoïdes et qu’il a un impact négatif sur les bourdons. Les apiculteurs souhaitent donc leur interdiction.

Une décision que Nicolas Hulot soutenait. Il comptait en effet étendre l’interdiction des néonicotinoïdes aux substances chimiques ayant des modes d’action identiques. La démission du ministre fait craindre aux apiculteurs une reculade en la matière. D'autant que les géants des pesticides comme Bayer et Syngenta, qui commercialisent ces néonicotinoides, ne comptent pas se laisser faire. Bayer a déjà fait appel, le 27 juillet dernier, de l’interdiction de trois néonicotinoïdes par la justice européenne. Il a été débouté en mai par le Tribunal de l’Union européenne . 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Poussins broyes vivants interdiction

En 2021, les poussins mâles ne seront plus broyés vivants, promet le gouvernement

Ils sont plus de 50 millions à subir ce sort chaque année. Les poussins mâles, trop peu rentables, sont broyés, gazés et même jetés, agonisants, dans des sacs-poubelles. Le gouvernement entend mettre fin à cette pratique d'ici 2021, d'autant que des alternatives existent. Cette mesure est l'occasion...

L’agriculture française n’est pas prête à encaisser les coûts élevés liés à la suppression du glyphosate, alertent des parlementaires

Un rapport parlementaire, qui doit être rendu public cette semaine, tire le signal d’alarme sur l’interdiction du glyphosate. À un peu plus d’un an de son interdiction, le gouvernement doit clarifier qui sera concerné par cette disposition car la viabilité de plusieurs activités serait remise en...

Loi alimentation echec agriculteur

La loi alimentation, "un chèque en bois" pour les producteurs, un "chèque en blanc" pour les distributeurs

La loi alimentation cumule les échecs. Un an après sa publication, un rapport sénatorial liste les effets pervers de ses mesures phares, notamment sur les PME. Alors que l'objectif était de mieux rémunérer les agriculteurs, ce sont les distributeurs qui semblent en profiter. L'expérimentation doit...

Quels re gimes alimentaires plane te sante

Les pays en développement face au défi de la lutte contre la malnutrition et de l'impact carbone de l'alimentation

La lutte contre la crise climatique et celle de la malnutrition sont parfois contradictoires. Une nouvelle étude qui définit les régimes alimentaires idéaux en prenant en compte ces deux facteurs révèle que dans les pays en développement, comme en Inde, lutter contre la malnutrition augmenterait...