Publié le 31 août 2018

ENVIRONNEMENT

Pour sauver les abeilles, les néonicotinoïdes sont interdits en France depuis le 1er septembre

[actualisé le 3/09/2018] Depuis le 1er septembre, cinq néonicotinoïdes néfastes pour les abeilles sont interdits en France. Mais le gouvernement peut prévoir des dérogations jusqu'en 2020. Pire pour les apiculteurs : deux pesticides, qui ont le même mode d'action que les néonicotinoïdes, échappent à l'interdiction. Or, en 20 ans, la mortalité des abeilles est passée de 5 à 30 % par an. 

En 20 ans, la mortalité des abeilles est passée de 5 à 30 % par an.
@Pixabay

Bonne nouvelle pour les abeilles. Depuis le 1er septembre, cinq néonicotinoïdes sont interdits en France. Il s’agit de la clothianidine, l’imidaclopride, le thiaméthoxame, la thiaclopride et l’acétamipride. Surnommés les "pesticides tueurs d’abeilles", les néonicotinoïdes attaquent leur système nerveux, les désorientent et les affaiblissent.

Or, chaque année, 30 % des colonies d’abeilles disparaissent contre 5 % il y a 20 ans. On est dans "une phase cruciale", expliquait en mars Delphine Batho, députée et ancienne ministre de l’Environnement, "les abeilles sont les lanceuses d’alerte de l’effondrement de la biodiversité. Nous devons fermement appliquer la loi".

La crainte de dérogation 

Ce que craignent les associations environnementales, ce sont les dérogations que le gouvernement pourrait accorder. Car le décret, publié le 1 er août, en donne la possibilité jusqu’en 2020 même si ces dernières seront "rares", affirmait alors Nicolas Hulot, avant sa démission, alors soutenu par le ministre de l'Agriculture. "Cette interdiction n’aura pas de sens si des dérogations sont accordées. Même en très faible quantité, les néonicotinoïdes restent hautement toxiques pour les abeilles. Il faut donc les interdire complètement", défend François Veillerette, directeur et porte-parole de Générations futures.

Les agriculteurs se plaignent eux d’être "dans l’impasse". "Le Président de la République et le gouvernement s’étaient engagés à ne laisser aucun producteur sans solution, un très grand nombre d’entre eux se retrouvent désormais dans une impasse technique dramatique", affirme la FNSEA, principal syndicat agricole.

Des alternatives tout aussi néfastes 

Reste que deux autres pesticides ne font pas partie de la liste : le sulfoxaflor et la flupyradifurone. Une étude publiée dans la prestigieuse revue Nature vient de démontrer que le sulfoxaflor a la même "mode d’action biologique" que les néonicotinoïdes et qu’il a un impact négatif sur les bourdons. Les apiculteurs souhaitent donc leur interdiction.

Une décision que Nicolas Hulot soutenait. Il comptait en effet étendre l’interdiction des néonicotinoïdes aux substances chimiques ayant des modes d’action identiques. La démission du ministre fait craindre aux apiculteurs une reculade en la matière. D'autant que les géants des pesticides comme Bayer et Syngenta, qui commercialisent ces néonicotinoides, ne comptent pas se laisser faire. Bayer a déjà fait appel, le 27 juillet dernier, de l’interdiction de trois néonicotinoïdes par la justice européenne. Il a été débouté en mai par le Tribunal de l’Union européenne . 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde 01

Flambée des matières premières agricoles : la crise qui monte dans l’ombre de la pandémie

Blé, soja, maïs, colza... les prix des matières premières agricoles ont flambé en 2020 et la hausse se poursuit cette année. Si l'appétit de la Chine, qui reconstitue ses stocks à prix fort, explique en partie cette envolée, la pandémie de Covid-19 déstabilise le système alimentaire mondial au...

Grippe aviaire Alain Pitton NurPhoto NurPhoto via AFP

Grippe aviaire transmis à l’humain en Russie : comment l’élevage industriel favorise les pandémies

Pour la première fois, la souche H5N8 de la grippe aviaire a franchi la barrière interespèce en contaminant plusieurs hommes en Russie. Si la France, qui a abattu trois millions de volailles pour limiter la propagation du virus, affirme qu'il n'y a "pas de risque de transmission à l'Homme" sur le...

Legumes pixabay

Repas sans viande dans les cantines de Lyon : une polémique sans fondement

Le maire écologiste de Lyon a imposé un seul plat, sans viande, aux enfants de la cantine créant une vive polémique. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est ainsi ému d'une mesure "excluant les classes populaires" dont les enfants mangeraient moins de viande. De nombreuses études montrent...

Petit cochon pixabay

Comment le bien-être animal est devenu un enjeu économique pour l’agroalimentaire

Face à la pression des consommateurs et des associations, les entreprises cherchent à améliorer les conditions d'élevage, de transport ou encore d'abattage des animaux. Plusieurs expérimentations sur la castration des porcs ou le pâturage des vaches liant éleveurs, distributeurs et chercheurs ont...