Publié le 01 septembre 2014

ENVIRONNEMENT

Allemagne : indigestion générale due aux élevages de porcs

36 000. C’est le nombre de cochons que l’investisseur néerlandais Harry van Gennip veut élever dans un ancien kolkhoze situé dans l’ex-RDA. Loin d’être un précédent, ce projet d’étable géante vient s’ajouter aux nombreuses fermes industrielles d’élevage de porcs et de volailles qui ont déjà vu le jour en Allemagne. La méga-étable de trop ? L’exaspération enfle dans le pays et nourrit un mouvement de contestation fédéré autour d’un mot d’ordre : "On en a ras le bol". 

Elevage intensif de porcs - Photo d'illustration
© iStock

Le projet d’élevage industriel de 36 000 porcs à Hassleben, situé à quelque 80 kilomètres de Berlin, pourrait bientôt devenir la version allemande de la ferme des 1000 vaches, la méthanisation des déjections en moins. "Il s’agit tout simplement d'élever le plus grand nombre possible de porcs dans un espace le plus petit possible. Avec toutes les conséquences connues pour les animaux, l’environnement et les êtres humains", s’insurge Sybilla Keitel, à l’origine de l’initiative citoyenne "Contre les porcs industriels".

En juin 2013, le gouvernement du Land de Brandebourg, où se trouve Hassleben, a donné son feu vert au projet, animé par la promesse de création d’emplois dans cette région hautement défavorisée. Sauf que la mobilisation des habitants, exploitants de petites surfaces agricoles et militants écologistes a pris de court le gouvernement régional et l’investisseur néerlandais.

Les nombreux recours déposés bloquent toujours le projet. Et leurs actions ne s’arrêtent pas là : les opposants ont multiplié les démarches de sensibilisation, notamment via une pétition qui a recueilli plus de 28000 voix en quatre mois, et ont réussi à faire de Hassleben un thème majeur du débat politique régional. Un point crucial pour eux, les prochaines élections dans le Brandebourg auront lieu le 14 septembre prochain: ils veulent déloger l’actuel ministre régional de l’Agriculture, favorable aux étables géantes.

 

Une étable de ... 65 000 porcs !

 

C’est un fait : à l’heure où le débat en France sur les fermes industrielles bat son plein, elles sont depuis longtemps une réalité en Allemagne. Sybilla Keitel rapporte ainsi que le nombre de méga-étables en ex-RDA est passé de 300 à 500 en l’espace de quatre ans. "Harry van Gennip n’est pas un novice en matière d’élevage industriel. Il possède déjà une étable de 65 000 porcs dans le Land de Saxe-Anhalt", poursuit-elle.

Les chiffres relatifs à l’élevage de porcs montrent à quel point l’industrialisation a été poussée: 58 millions de porcs sont abattus chaque année en Allemagne, ce qui fait du pays le premier producteur européen de viande de porc.

 

"Le symbole d’une politique agricole complètement ratée"


 
Ces établissements sont disséminés sur tout le territoire allemand, ce qui alimente une contestation de plus en plus large. L’opposition aux implantations de ces méga-étables, au début dispersée, s’articule aujourd’hui autour d’un mouvement qui se nomme "Mon agriculture" et qui organise de manière régulière des manifestations placées sous le mot d’ordre "On en a ras le bol" (également traduisible par "Ça nous gave").

"Hassleben est sur le point de devenir le symbole d’une politique agricole complètement ratée en Allemagne et nous voulons le faire savoir", déclare Jochen Fritz, coordinateur du mouvement "Mon agriculture". Ils se feront entendre lors des quatre manifestations d’ores et déjà prévues dans le pays d’ici à janvier prochain. D’autres sont en cours de préparation. 
 

 

Claire Stam, coreespondant en Allemagne
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Les agriculteurs savent ce qu ils doivent a l europe pixabay

[Europe] "Les agriculteurs savent ce qu’ils doivent à l’Europe"

La politique agricole commune (PAC) de l'Union européenne est très décriée. Elle a pourtant su, à sa création, définir un cap commun pour subvenir aux besoins alimentaires des États membres et créer un marché unique, symbole d'une zone unie. Elle doit aujourd'hui se renouveler pour répondre à une...

La sncf ne trouve pas d alternative miracle au glyphosate

La SNCF, gros consommateur de glyphosate, ne trouve pas d'alternative miracle

En 2021, la France va interdire le glyphosate sur le territoire. C'est en tout cas la promesse d'Emmanuel Macron. Et les agriculteurs ne sont pas les seuls concernés par cette mesure, la SNCF, qui consomme 0,4 % du désherbant en France, cherche des alternatives. Or "aujourd'hui, on n'est pas capable...

Artificialisation des sols betons

Artificialisation des sols : en France, on bétonne même quand ce n'est pas nécessaire

L'artificialisation des terres progresse plus vite que la croissance démographique et économique. Autrement dit, en France, même quand il n'y a pas de besoin spécifique, les sols sont bétonnés. À ce rythme d'ici la fin du siècle, 18 % du territoire sera artificialisé, prévient l'Iddri. Une situation...

Agriculture bio plainte etat pixabay

Les agriculteurs bio attaquent l'État après un retard considérable dans le paiement des aides

Depuis quelques années, la situation est chaotique. L'État accumule le retard de paiement des aides aux agriculteurs bio censées compenser les surcoûts pendant les cinq années de transition. Face à l'ampleur du retard, trois agriculteurs ont décidé de porter plainte contre l'État. Et leur plainte...