Publié le 24 décembre 2018

ENVIRONNEMENT

[Alerte rouge sur le vin] Le vignoble français de plus en plus menacé par le réchauffement climatique

Avec des vins plus alcoolisés à l’équilibre aromatique moins complexe et des raisins plus sucrés, les conséquences du réchauffement climatique se font déjà sentir dans les vignes. D'ici la fin du siècle, les vignobles traditionnels, comme le Bordeaux, pourraient même avoir totalement disparu. À l’occasion des fêtes de fin d’année, Novethic vous propose toute la semaine de plonger sans modération dans le monde du vin. 

Les vendanges se font de plus en plus tôt, avec les fortes chaleurs, les raisins mûrissent plus vite et changent le goût du vin.
©CC0

Produira-t-on encore du champagne en France en 2050 ou du Bordeaux dans la région bordelaise ? Rien n’est moins sûr. Depuis plusieurs années, le viticole français subit les effets du changement climatique. Avec des épisodes de canicules, d'inondations, de sécheresses, de gel, la production de vin a baissé de 19 % en 2017 par rapport à 2016.

En 30 ans, les vendanges ont avancé de 3 semaines

Et l’Hexagone n’est pas isolé. "Les principaux pays viticoles d’Europe occidentale ont subi les mêmes aléas climatiques que la France : gel de printemps, épisode de grêle, canicule en début d’été et sécheresse en fin d’été, ce qui a conduit à limiter les volumes vendangés", explique France Agrimer.

Et plus les années sont chaudes, plus les vendanges se font tôt. Selon l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), en trente ans, les vendanges ont été avancées de deux à trois semaines en moyenne dans l’Hexagone. Cet été 2018, les premiers coups de sécateur ont même débuté mi-août en Alsace, la pluie et les fortes chaleurs ayant accéléré la maturité du raisin.

Des vins plus alcoolisés et moins équilibrés

Ces événements ont une incidence sur la qualité du fruit. Les raisins sont plus sucrés et moins acides. Résultat, les vins sont plus alcoolisés. Le taux d’alcool moyen est ainsi passé de 11,5 % dans les années quatre-vingt à 14 % aujourd’hui. Or, pour profiter de l’appellation, les vins ne doivent pas dépasser les 15 %, limite avec laquelle flirtent aujourd’hui plusieurs vins du sud de la France. Mais surtout, leur goût risque de changer.

"Les vins plus alcooleux vont perdre une partie de leur composante d’arômes frais complexes", explique Philippe Darriet, professeur d’œnologie à l’université de Bordeaux. "Ils vont tendre vers des arômes de fruits mûris avec un risque, c’est que leur potentiel de vieillissement s’amenuise au cours du temps".

D'ici 2100, les vignobles traditionnels pourraient disparaître

Le sujet a même été évoqué dans les discussions de la COP 24. Un viticulteur a en effet conçu un vin de Bordeaux dans les conditions climatiques de 2050. Cette cuvée du futur est buvable mais éloignée des crus bordelais d'aujourd'hui. 

 

 

Et la situation risque d’empirer. Si les températures augmentaient de 4 à 6 degrés d’ici 2100, "une grande partie des vignobles traditionnels pourraient disparaître", alertait Greenpeace en 2009. Or ces prévisions ne sont pas surréalistes. Selon les experts de l’ONU sur le climat, le GIEC, il y a 90 % de chance que les températures mondiales augmentent de 2 à 4,9 °C d’ici la fin du siècle. Le pire scénario évoque même une hausse de 6 degrés. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Cop desertification objectif neutralite en 2030

COP désertification : les États s'engagent sur la neutralité en matière de dégradation des sols d'ici 2030

Les 196 États membres de la Convention de lutte contre la désertification se sont engagés à atteindre la neutralité en matière de dégradation des terres en 2030. Une avancée alors que le dernier rapport du Giec mettait en évidence l'influence néfaste des activités humaines sur l'état des terres.

[À l’origine] Le glyphosate, de détergent pour canalisation à herbicide le plus vendu au monde

La naissance du glyphosate est une histoire peu commune. Le premier usage de cette molécule, agent actif du Roundup, devenu l'herbicide le plus vendu au monde, est en réalité celui de détergent capable de détartrer les chaudières et les canalisations. C'est Monsanto, en 1974, qui comprendra ses...

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

En un an, la déforestation a doublé en Amazonie

C'est une véritable explosion. La déforestation de l'Amazonie au Brésil a augmenté de 92 % entre janvier-août et la même période 2018. Si Jair Bolsonaro aggrave la situation depuis son arrivée au pouvoir, la déforestation est déjà repartie à la hausse depuis déjà quelques années. Or les feux...

Pandage pesticide agriculture pixabay

Distance d’éloignement des pesticides : la mesure du gouvernement ne satisfait ni les écologistes ni les agriculteurs

Alors qu'une quarantaine de maires ont pris des arrêtés pour interdire l'épandage de pesticides à 150 mètres des habitations, le gouvernement, lui, propose une distance de 5 à 10 mètres selon les cultures. Il va par ailleurs lancer une consultation citoyenne de trois semaines sur le sujet. Un...