Publié le 24 juin 2021

ENVIRONNEMENT

Agriculture : La PAC soutient des pratiques "climaticides", selon la Cour des comptes européenne

En pleine négociation de la nouvelle Politique agricole commune (PAC) au sein de l'Union européenne, la Cour des comptes européenne tacle sévèrement les résultats climatiques de la dernière version, de 2014 à 2020. Alors qu'un tiers du budget de la PAC était dédié à la lutte contre le changement climatique, les émissions de gaz à effet de serre d'origine agricole n'ont pas baissé au cours de la dernière décennie. Pire, la PAC a soutenu des "pratiques climaticides", estime l'institution.

Agriculture pac climat bence balla schottner unsplash
La dernière Politique agricole commune n'a pas réussi à réduire les émissions de gaz à effet de serre d'origine agricole.
Bence Balla-Schottner de Unsplash

Plus de 100 milliards d’euros. C’est la somme que la Politique agricole commune a dédiée à la lutte contre le changement climatique de 2014 à 2020 soit un quart de l’ensemble des dépenses agricoles de l’Union européenne. Or, dans un nouveau rapport, la Cour des comptes européenne dresse un bilan catastrophique des impacts des mesures de la PAC dans l’atténuation du changement climatique. De fait, les émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole n’ont pas baissé depuis 2010. 

Alors que l’élevage, notamment les cheptels bovins, représente la moitié des émissions d’origine agricole, la PAC n’a pas prévu de limitation du cheptel, ni d’incitation à le réduire. Au contraire, "certaines de ses mesures de marché promeuvent la consommation de produits d’origine animale, qui n’a pas baissé depuis 2014. Ce faisant, elles contribuent davantage au maintien des émissions de gaz à effet de serre qu’à leur réduction", écrit la Cour des comptes européenne. 

Pas de réduction des émissions

Concernant les engrais chimiques et les effluents, qui comptent près d’un tiers des émissions, leur utilisation ont augmenté entre 2010 et 2018. Même si la PAC a soutenu l’agriculture biologique par exemple, les auteurs estiment que l’incidence de ces pratiques sur les émissions de gaz à effet de serre n’est pas établie. "En revanche, des pratiques indéniablement plus efficaces, telles que les méthodes d'agriculture de précision consistant à adapter l'application d'engrais aux besoins des cultures, ont été moins financées", expliquent les auteurs de l’étude.

La Cour des comptes regrette également que la PAC soutienne des "pratiques climaticides" en finançant des agriculteurs qui cultivent des tourbières asséchées, lesquelles émettent 20 % des gaz à effet de serre d’origine agricole de l’UE, pour seulement moins de 2 % des surfaces agricoles. "L’argent destiné au développement rural aurait pu servir à financer la restauration de ces tourbières, mais cela a rarement été le cas", tacle la Cour des comptes européenne. Ces zones humides de matières végétales en décomposition sont en effet de véritables puits de carbone. 

Lobbying pour une nouvelle PAC plus verte

La date de publication de ce rapport n’est pas un hasard. La Cour des comptes européenne espère orienter la nouvelle PAC, actuellement en négociation entre le Conseil européen, représentant les 27 États membres, et le Parlement. "Nous estimons que nos constatations seront utiles dans le contexte de l’objectif de neutralité climatique de l’Union à horizon 2050", espère Stefan Viorel, auteur principal du rapport. "La nouvelle PAC devrait accorder plus d’importance à la réduction des émissions d’origine agricole et renforcer l’obligation de rendre compte et la transparence sur sa contribution d’atténuation du changement climatique", ajoute-t-il. 

C’est justement sur le volet climatique les négociations patinent. Le principal point de désaccord réside dans la redistribution des écorégimes, primes accordées aux agriculteurs participant à des programmes environnementaux exigeants. Les eurodéputés réclament initialement qu’ils représentent au moins 30 % des paiements directs aux agriculteurs alors que les 27 demandent de les abaisser à 20 %. Les négociations pourraient aboutir à un accord ce vendredi 25 juin mais les associations regrettent déjà un manque d’ambition.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Neonicotinoides abeilles pixabay

Néonicotinoïdes : la France se résigne à ne plus autoriser ces pesticides "tueurs d'abeilles"

C'est une victoire de taille pour les associations écologistes. Par la voix de son ministre de l'Agriculture, le gouvernement a annoncé qu'il renonçait à prolonger, pour la troisième année consécutive, les dérogations d'utilisations des néonicotinoïdes pour la filière betterave. Le gouvernement a dû...

Chlordecone manifestation avril 2021 LIONEL CHAMOISEAU AFP

Non-lieu dans le scandale sanitaire du chlordécone : "On est en colère, on veut des coupables"

La justice vient d'ordonner un non-lieu dans l'affaire du chlordécone, cet insecticide qui a empoisonné le sol de Guadeloupe et Martinique pendant des décennies. Alors que le taux de cancer de la prostate est parmi le plus élevé au monde dans ces îles, les juges ont reconnu un "scandale sanitaire"...

Elevage poules pixabay stux

La grippe aviaire dévaste les élevages de volailles, sans que le modèle intensif ne soit remis en cause

L’année 2022 aura connu l’épidémie de grippe aviaire la plus dévastatrice de l’histoire, selon un rapport de trois autorités européennes. Plus de 50 millions de volailles ont été abattues pour tenter d’endiguer le virus, sans succès. Les stratégies publiques consistant à abattre les animaux infectés...

Terre terre ferme urbaine agroecologie agriculture

À la découverte de Terre Terre, la ferme qui remet le vivant (et le collectif) au cœur de la ville

Au pied des immeubles d’Aubervilliers, Terre Terre fait le bonheur des jardiniers amateurs. Cette "ferme urbaine à partager" met à disposition des potagers et un jardin collectif pour sensibiliser les habitants à l’agroécologie. Prêts à mettre les mains dans la terre ? On vous emmène.