Publié le 11 février 2015

ÉNERGIE

Transition énergétique : banques et assurances peuvent mieux faire

Jusqu’où les banques et assurances européennes contribuent-elle au financement d’une économie plus verte ? Novethic a essayé de répondre à cette question en analysant les informations publiées par les 32 principaux groupes bancaires et d’assurance européens. S’ils reconnaissent que leur responsabilité environnementale concerne les activités qu’ils financent, les informations sur leurs contributions vertes sont encore rares et morcelées. L’accent est mis sur la gestion des risques environnementaux.

Charbon banques manifestation bizi devant la societe generale AFP
Les ONG mettent la pression sur les banques pour qu'elles cessent de financer des projets fortement émetteurs de gaz à effet de serre, comme le montre la manifestation de Bizi devant la Société Générale en juin 2014.
Nicolas Mollo / AFP

500 milliards de dollars d’ici à 2020. C'est le montant nécessaire au financement de la transition vers une économie bas carbone, compatible avec une hausse maximale de 2° de la température globale, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Pour parvenir à cet objectif, les investissements doivent être massivement réorientés vers des financements verts. Où en sont les principales banques et assurances dans ce domaine? Pour le savoir, le centre de recherche de Novethic a épluché la communication publique (rapport annuel, rapport RSE et site Internet) des 32 plus gros groupes bancaires et d’assurance européens.

Il publie ce 11 février.

Par leurs activités de services financiers, de prêts et de financements de projets, les banques peuvent soutenir les projets d’énergies renouvelables et de technologies vertes ou empêcher la construction de nouvelles usines fortement émettrices de gaz à effet de serre (GES).

Quant aux assurances, elles peuvent également contribuer à la transition énergétique, par le biais de leurs investissements mais aussi de leurs offres de produits d’assurance plus incitatives pour les activités faiblement émettrices.

Les acteurs financiers sont d'ailleurs activement encouragés à développer des financements verts par des ONG qui développent des guides d’information, comme l’organisation américaine CERES, avec "Investing in the Clean Trillion" ou le WWF, avec "ESG integration for banks".

Mais pour le centre de recherche de Novethic, on est encore loin du compte. "L’analyse des rapports des grandes banques européennes montre qu’elles sont encore loin de jouer un rôle moteur dans ce domaine", détaillent les auteurs de l’étude.

 

Plus de communication mais encore peu de stratégie

 

En 2014, les trois quarts des institutions financières analysées ont publié un indicateur sur leurs financements verts (efficacité énergétique, énergies renouvelables, transport durable, gestion de l’eau ou des déchets…).

Il porte principalement sur les énergies renouvelables, mais les méthodologies de calcul étant extrêmement variées, toute comparaison entre les acteurs est difficile. De plus, la part des investissements alloués aux projets d’énergies renouvelables n’a pas forcément augmenté depuis l’étude précédente de Novethic en 2012.

Elle a même parfois diminué. Seules 7 entreprises déclarent vouloir augmenter leur part de financements environnementaux.

Autre difficulté, ces financements verts ne sont pas mis en perspective avec le financement des énergies fossiles, ce que dénoncent plusieurs rapports d’ONG, comme celui des Amis de la Terre et de Bank Track.

Selon Novethic, seule la banque RBS se distingue en communiquant sur son exposition aux énergies fossiles pour ses financements de projet et une partie de ses prêts.

Globalement, les principales banques et assurances européennes ont encore du chemin à parcourir pour disposer de véritables reportings exhaustifs conformes à la logique de transition vers une économie bas carbone.

 

Une prise de conscience de leur responsabilité environnementale

 

Le point le plus important de cette étude réside dans la reconnaissance de leur responsabilité environnementale indirecte par 28 des 32 institutions financières analysées.

Cette prise de conscience a amené plus particulièrement les banques françaises a adopter des politiques de gestion des risques environnementaux pour les secteurs les plus sensibles, énergie en tête. Elles définissent des standards minimaux en deçà desquels les entreprises n’investissent pas. Cela conduit par exemple Crédit Agricole CIB à exclure les projets d’exploration pétrolière offshore en Arctique.

Si les enjeux environnementaux restent apparemment secondaires pour les établissements financiers analysés, ils devraient prendre de l’importance dans les mois et les années à venir. Les gouvernements savent que c’est en finançant la lutte contre le changement climatique et les dispositifs prévus par les négociations sur le climat pour aider les pays en développement qu’on parviendra à un accord.

Cela suppose que les financements privés prennent le relais des financements publics qui se font rares et, donc, un changement de paradigme. Ce changement de modèle sera le sujet du Finance Day organisé le 22 mai prochain à Paris à l’Unesco par la Caisse des Dépôts et Paris Europlace pour préparer la conférence sur le climat de fin 2015 (COP21).

 

Classement des financements verts

 

 

Classement des risques environnementaux

 

La rédaction
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Eoliennes petrole transition energetique pixabay

Climat : Oxfam appelle le gouvernement à contraindre les banques à se désengager des énergies fossiles

L'ONG Oxfam appelle le gouvernement à prendre des mesures contraignant les banques à ne plus investir dans les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) pour respecter l'Accord de Paris sur le climat. Selon l’ONG, sur la période 2016-2017, les six plus grandes banques françaises ont consacré la...

Mine de charbon McArthur australie BHPBilliton BHP

La plus grande entreprise minière au monde BHP va tourner le dos au charbon

Le charbon est loin d’être mort mais il perd de plus en plus d’alliés. Après les investisseurs qui s’éloignent de ce secteur, ce sont désormais les entreprises minières qui montrent leur désamour. À la suite de Rio Tinto et Glencore, c’est au tour de BHP d’annoncer une stratégie de retrait du...

Turbine gaz a Belfort general Electric SebastienBozon AFP

GE met les suppressions d’emplois annoncées en France sur le dos d’une transition énergétique mal anticipée

Les difficultés globales rencontrées par GE pèsent lourdement sur la France. Confronté à un marché énergétique qui s’est montré peu favorable au gaz, le groupe continue de couper dans ses capacités de production, en particulier à Belfort. Pour le PDG, il s’agit de s’adapter sa production à la...

La sortie du charbon va couter 40 milliards d euros a l allemagne

L'Allemagne va débourser 40 milliards d'euros pour accompagner socialement sa transition énergétique

40 milliards d’euros. C’est le prix à payer pour reconvertir les quatre principales régions allemandes dépendantes des mines et centrales à charbon, le gouvernement souhaitant abandonner cette énergie polluante d'ici 2038. Et l’enjeu est de taille, il s’agit de "créer de nouveaux empois avant que...