Publié le 17 septembre 2021

ÉNERGIE

Traité sur la charte de l'énergie : la cour de justice européenne veut protéger la transition énergétique des États

La Cour de justice de l'Europe a tranché. Non, le mécanisme permettant à un investisseur d'attaquer un État sur sa politique climatique n'est pas applicable. C'est une victoire pour les organisations environnementales. Peu connu, le Traité sur la charte de l'énergie est accusé aujourd'hui de "protéger les pollueurs". L'avis pourrait influer sur l'issue des procès en cours et permettre à terme des politiques de transition énergétique plus ambitieuses.

bruxelles tce @Friendsofearth
Alors qu'un cycle de négociations s'ouvrait à Bruxelles pour faire évoluer le TCE, des militants écologistes se sont mobilisés pour demander une sortie de l'Union européenne du Traité.
@Friendsofearth

La décision pourrait faire date. Dans un avis rendu le 2 septembre, la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) a estimé qu’un investisseur européen ne pouvait pas attaquer un État sur sa politique climatique en s’appuyant sur le Traité sur la Charte de l’Energie (TCE). Initialement conçu à la sortie de la guerre froide pour protéger et donc faciliter les investissements dans le secteur de l’énergie au sein des pays considérés à risque, comme ceux de l’ex-URSS, il permet aujourd’hui aux acteurs de l’industrie fossile de contester la politique de sortie des énergies polluantes menées par les États.

L’avis du CJUE a été rendu dans le cadre de l’affaire opposant la Moldavie à la société Komstroy. La Cour de justice a estimé que le dispositif de règlement des différends entre investisseurs et États établi par le Traité n’est pas "applicable" au sein de l’Union européenne. Cet avis s’ajoute à l’arrêt Achmea de 2018, qui stipule que ce système d’arbitrage entre investisseurs et États est incompatible avec le droit de l’Union européenne.

Un impact sur la portée du Traité

S’il ne s’agit que d’un avis qui doit être confirmé par une décision juridique pour être appliqué et généralisé, cette décision pourrait néanmoins avoir une répercussion importante sur la portée du Traité. "En octobre 2020, sur les 134 poursuites engagées au nom du TCE, environ les deux-tiers étaient intra-européennes", détaille Maxime Combes, économiste d'Attac France sur les enjeux énergétiques. L’énergéticien RWE a par exemple confirmé en février sa décision d’attaquer les Pays-Bas pour sa politique de sortie du charbon, et demande des milliards d’euros de compensation. En 2016, l’Italie a elle aussi été attaquée par la compagnie pétrolière et gazière Rockhopper Exploration suite à un refus d'attribution d'une concession de forage sur les côtes de l’Adriatique. 

Cet avis pourrait également faire émerger des politiques énergétiques plus ambitieuses. En France, la menace du TCE brandit par l'entreprise pétrolière Vermilion a contribué à amoindrir la loi Hulot de 2017 qui devait permettre de réduire progressivement l’extraction d’hydrocarbures en interdisant la prolongation des concessions existantes.

Pour le collectif Stop Tafta, qui lutte pour une sortie commune de l’Union européenne du Traité, cet avis du CJUE est une victoire. "Du point de vue de l’urgence climatique, les pouvoirs publics doivent en effet pouvoir prendre toutes les mesures qu’ils jugent légitimes sans craindre d’être poursuivis devant une justice parallèle favorable aux intérêts des investisseurs dans les énergies fossiles" estime le Collectif sur son site Internet. En juillet 2021, 400 organisations de l’Union européenne appelaient les États membres à sortir du TCE avant la COP26. Si l'économiste l'espère lui aussi, il estime cette issue "peu probable" compte tenu des négociations actuelles.

Pauline Fricot, @PaulineFricot 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Ministere de la transition ecologique action militante mur de parpaings terres de luttes

La planification écologique vue par Emmanuel Macron à travers la partition des compétences des ministères de l'Écologie et de l'Énergie

Les décrets de répartition des compétences des différents ministères ont été publiés au Journal officiel jeudi 2 juin. La transition énergétique, le nucléaire et la décarbonation des transports routiers reviennent à Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique. Le logement, la...

Duo planification ecologique

Agnès Pannier-Runacher et Amélie de Montchalin : les deux jambes d’Elisabeth Borne pour mener à bien la planification écologique

Après de longs jours d'attente, le gouvernement d'Elisabeth Borne a été dévoilé ce vendredi 20 mai en milieu d'après-midi. Les nominations des deux ministres chargées de mener à bien la transition au côté de la Première ministre étaient très attendues par les spécialistes de l'écologie. Il s'agit...

Ursula von der leyen repower EU 180522 CE

Pour se passer du gaz russe, la Commission européenne relève ses objectifs en matière de renouvelables et d'efficacité énergétique

La Commission européenne a présenté mercredi 18 mai son plan Repower EU pour se passer à terme des hydrocarbures russes et réduire notre dépendance et notre vulnérabilité. Alors que plusieurs directives sont en cours de révision dans le cadre du Green Deal, Bruxelles propose de relever les objectifs...

Ville verte sobriete frugalite pietons velos verdure transition istock Michael Wels

La sobriété, un levier de plus en plus crédible pour atteindre la neutralité carbone

Autrefois taboue, la sobriété fait de plus en plus partie du débat public quand il s'agit d'évoquer les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. La notion a ainsi émergé dans tous les grands rapports publiés depuis un an et commence même à être reprise par certains politiques....