Publié le 17 septembre 2021

ÉNERGIE

Traité sur la charte de l'énergie : la cour de justice européenne veut protéger la transition énergétique des États

La Cour de justice de l'Europe a tranché. Non, le mécanisme permettant à un investisseur d'attaquer un État sur sa politique climatique n'est pas applicable. C'est une victoire pour les organisations environnementales. Peu connu, le Traité sur la charte de l'énergie est accusé aujourd'hui de "protéger les pollueurs". L'avis pourrait influer sur l'issue des procès en cours et permettre à terme des politiques de transition énergétique plus ambitieuses.

bruxelles tce @Friendsofearth
Alors qu'un cycle de négociations s'ouvrait à Bruxelles pour faire évoluer le TCE, des militants écologistes se sont mobilisés pour demander une sortie de l'Union européenne du Traité.
@Friendsofearth

La décision pourrait faire date. Dans un avis rendu le 2 septembre, la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) a estimé qu’un investisseur européen ne pouvait pas attaquer un État sur sa politique climatique en s’appuyant sur le Traité sur la Charte de l’Energie (TCE). Initialement conçu à la sortie de la guerre froide pour protéger et donc faciliter les investissements dans le secteur de l’énergie au sein des pays considérés à risque, comme ceux de l’ex-URSS, il permet aujourd’hui aux acteurs de l’industrie fossile de contester la politique de sortie des énergies polluantes menées par les États.

L’avis du CJUE a été rendu dans le cadre de l’affaire opposant la Moldavie à la société Komstroy. La Cour de justice a estimé que le dispositif de règlement des différends entre investisseurs et États établi par le Traité n’est pas "applicable" au sein de l’Union européenne. Cet avis s’ajoute à l’arrêt Achmea de 2018, qui stipule que ce système d’arbitrage entre investisseurs et États est incompatible avec le droit de l’Union européenne.

Un impact sur la portée du Traité

S’il ne s’agit que d’un avis qui doit être confirmé par une décision juridique pour être appliqué et généralisé, cette décision pourrait néanmoins avoir une répercussion importante sur la portée du Traité. "En octobre 2020, sur les 134 poursuites engagées au nom du TCE, environ les deux-tiers étaient intra-européennes", détaille Maxime Combes, économiste d'Attac France sur les enjeux énergétiques. L’énergéticien RWE a par exemple confirmé en février sa décision d’attaquer les Pays-Bas pour sa politique de sortie du charbon, et demande des milliards d’euros de compensation. En 2016, l’Italie a elle aussi été attaquée par la compagnie pétrolière et gazière Rockhopper Exploration suite à un refus d'attribution d'une concession de forage sur les côtes de l’Adriatique. 

Cet avis pourrait également faire émerger des politiques énergétiques plus ambitieuses. En France, la menace du TCE brandit par l'entreprise pétrolière Vermilion a contribué à amoindrir la loi Hulot de 2017 qui devait permettre de réduire progressivement l’extraction d’hydrocarbures en interdisant la prolongation des concessions existantes.

Pour le collectif Stop Tafta, qui lutte pour une sortie commune de l’Union européenne du Traité, cet avis du CJUE est une victoire. "Du point de vue de l’urgence climatique, les pouvoirs publics doivent en effet pouvoir prendre toutes les mesures qu’ils jugent légitimes sans craindre d’être poursuivis devant une justice parallèle favorable aux intérêts des investisseurs dans les énergies fossiles" estime le Collectif sur son site Internet. En juillet 2021, 400 organisations de l’Union européenne appelaient les États membres à sortir du TCE avant la COP26. Si l'économiste l'espère lui aussi, il estime cette issue "peu probable" compte tenu des négociations actuelles.

Pauline Fricot, @PaulineFricot 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Hiver chauffage penurie sobriete energetique istock Helin Loik Tomson

Réduire sa facture d’énergie et lutter contre la précarité énergétique, c’est possible avec l’appli Don de chaleur

Une nouvelle application, baptisée Don de chaleur, a été lancée en pleine COP27. Il s'agit d'aider les Français à réduire leur consommation d'énergie à travers des défis ludiques. Mais elle va plus loin. Chaque kilowattheure économisé est ensuite reconverti en dons directement versés par des...

Europe union europeenne artJazz 01

Le Traité sur la charte de l’énergie modernisé n’a pas pu être adopté

[Mise à jour le 24 novembre] La modernisation du Traité sur la charte de l'énergie (TCE) devait être entérinée mardi 22 novembre, afin de maintenir en vie un texte accusé d'entraver la transition énergétique européenne. Mais plusieurs États-membres ont fait blocage et entendent bien sortir du TCE....

Tensions reseau electrique hiver RTE Erika Varga de Pixabay

Risque élevé de tensions sur le réseau électrique : le point énergie par énergie

Le gestionnaire du réseau électrique RTE a actualisé ses prévisions pour l'hiver. Si celles-ci prévoient désormais une baisse de la consommation d'électricité, elles tablent aussi sur une baisse de la production d'électricité nucléaire. Cela devrait à peu près se compenser. Malgré tout, RTE prévient...

Centrale nucleaire penly site pour la premiere paire de nouveaux reacteurs EPR 2 CHARLY TRIBALLEAU AFP

Projet de loi d’accélération sur le nucléaire : un texte qui arrive avant le débat sur notre avenir énergétique

Après le projet de loi pour accélérer sur les énergies renouvelables, dont l'examen au Sénat débute ce mercredi 2 novembre, son pendant sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires a été présenté ce même jour en Conseil des ministres. Il s’agit officiellement de pouvoir aller très vite une...