Publié le 14 avril 2016

ÉNERGIE

Denis Baupin : "réorienter la finance vers l’économie verte"

Rapporteur de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (dite TEE) adoptée par le parlement le 17 août 2015, Denis Baupin a intégré, avec son homologue socialiste Arnaud Leroy, des dispositions incitant entreprises, investisseurs et banques à communiquer des informations sur leur gestion des risques liés au climat. Le député écologiste continue à veiller au bon déploiement des mesures intégrées dans l’article 173 (notre dossier spécial est à consulter ici) de la loi sur la TEE dans le cadre de la mission d'information sur son application. Son objectif est clair : faire migrer les flux financiers vers une économie bas carbone.

Denis Baupin, au perchoir de l'Assemblé nationale en 2012.
Jacques Demarthon / AFP

Anne-Catherine Husson-Traore : Quel était votre objectif en tant que législateur, lorsque vous avez introduit dans la loi de transition énergétique cet article 173 ? 

Denis Baupin : Donner de l’intérêt économique à ce qui est écologiquement indispensable. La transition vers une économie bas carbone n’est possible qu’à condition de pouvoir financer cette transformation profonde. Cela suppose que le secteur financier se déplace massivement de l’économie carbonée vers celle qui l’est beaucoup moins et investisse dans les solutions qui facilitent cette décarbonation.

La première étape de cette mutation consiste à imposer la transparence sur les émissions de gaz à effet de serre générées par les activités des entreprises. Cela permet une première prise de conscience, qui conduit les investisseurs à prendre la mesure des risques de vulnérabilité de leurs portefeuilles en cas d’exposition aux entreprises carbo-intensives. C’est pour cela que nous avons introduit des amendements dans la loi sur la transition énergétique incitant les entreprises à publier leurs émissions, les investisseurs à évaluer leur risque carbone et les banques à mettre le sujet à leur agenda.

 

Quels arguments vous ont-ils été opposés ?

Les lobbys financiers traditionnels ont utilisé des arguments classiques sur le handicap de compétitivité que constituerait pour la place de Paris une législation exclusivement française. Ils ont plaidé pour attendre le déploiement de dispositifs européens, voire mondiaux, ce qui est un bon moyen de remettre tout cela à beaucoup plus tard.

Notre chance a été de porter ce sujet dans un contexte où la France, qui accueillait la COP21, souhaitait se montrer exemplaire. Nos amendements ont donc été adoptés et les ministres des finances et de l’environnement ont ensuite porté cet engagement dans le cadre de la conférence climat organisée au Bourget en décembre dernier.

Mais il faut rester vigilants pour que les décrets d’application ne dénaturent pas l’esprit de la loi. Nous y avons veillé pour les obligations des investisseurs. Nous surveillons le décret concernant les obligations des entreprises, qui n’est pas encore sorti, et attendons avec impatience le rapport des banques d’ici la fin de l’année. 

 

Pensez-vous que les investisseurs français sont prêts à intégrer dans leur politique de gestion et leur reporting la notion de risque climat et plus largement des paramètres environnementaux et sociaux ?

Les lignes bougent et la prise de conscience progresse, parce que ces dispositions sont en lien avec un bouleversement de la donne énergétique. Le modèle économique du charbon s’effondre, alors que les énergies renouvelables dépassent toutes les prévisions en termes de développement.

Pour que le phénomène devienne massif, il faut bien sûr trouver les bons indicateurs qui permettent de faire de l’empreinte carbone un élément de différenciation lisible et visible pour les investisseurs et les entreprises, tout comme pour les ONG et les médias. Ces dispositions vont produire progressivement leurs effets, mais elles témoignent d’un phénomène nouveau : l’alliance objective entre l’écologie et la finance, quand elle va dans le bon sens. 

Propos recueillis par Anne-Catherine Husson-Traore
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climat : la "transition juste", défi économique et social

La "transition juste", concept porté par les syndicats, est bel et bien mentionnée dans l’Accord de Paris sur le climat. Mais comment cette nécessité de conjuguer transition énergétique et accompagnement des travailleurs concernés (notamment dans le secteur des énergies fossiles) se...

Climat : division des pays européens sur l’application de l’Accord de Paris

Si les chefs d’Etat européens se sont mis d’accord à Bruxelles sur le principe d’une ratification de l’Accord de Paris "la plus rapide possible", sa mise en application divise les 28 pays membres. Derrière ce processus se profile un enjeu climatique crucial : 2016 est l’année où l’Europe...

Climat : "Il faut donner envie, inciter les entreprises à transcrire leurs engagements en actes"

100 jours après l’adoption de l’Accord de Paris, la donne a-t-elle vraiment changé pour les entreprises ? En amont de la COP21 et pendant l’évènement, elles ont été nombreuses à afficher leur engagement en matière de lutte contre le changement climatique. Mais quid de la mise en œuvre ?...

Transition énergétique : la France oblige les investisseurs institutionnels à intégrer le risque carbone

C’est un tournant majeur vers une finance bas carbone. Les députés français ont adopté cette nuit l’article 48 de la loi de transition énergétique, qui prévoit d’obliger les investisseurs institutionnels à intégrer dans leur rapport annuel une évaluation de leur contribution au financement...

Transition énergétique : les députés veulent élargir le reporting des entreprises et investisseurs aux enjeux climatiques

Le projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte repart pour un tour législatif. En commission spéciale, les députés ont notamment adopté deux amendements élargissant les obligations de reporting environnemental des entreprises aux enjeux climatiques.

Arnaud Gossement : "La loi sur la transition énergétique va permettre un basculement culturel."

Le projet de loi sur la transition énergétique a été adopté en première lecture à l’Assemblée nationale. Le vote a eu lieu le 14 octobre dernier. Arnaud Gossement salue de réelles avancées. Mais cet avocat spécialiste du droit de l'environnement, également membre de la Fabrique écologique,...

Transition énergétique : la loi adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale

Après une semaine de débats agités, les députés ont voté le 14 octobre le projet de loi de transition énergétique pour la croissance verte à 314 voix pour et 219 voix contre. Plus de 110 articles ont été ajoutés aux 64 initiaux. Mais pour les associations écologistes, ces ajouts n’ont pas...

Denis Baupin : "Mobiliser les financements privés pour financer la transition énergétique."

L’Assemblée nationale débat actuellement du projet de loi de transition énergétique. Denis Baupin, co-rapporteur du texte, déplore l’attitude de l’opposition et le manque de lisibilité des débats. Mais pour le député écologiste de Paris, cette loi constitue une "vraie avancée".

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Forsee Power batterie ForseePower

Bpifrance entre au capital de Forsee Power pour développer la filière française des batteries

Alors que la fabrication de cellules de batteries se concentre en Chine, l’Europe veut tirer son épingle du jeu. La France, en particulier, est bien décidée à créer une filière compétitive. C’est pourquoi le fonds "Sociétés de projets industriels" (SPI) de Bpifance vient de monter au capital de...

Grand debat national gouvernement

[Infographie] Grand Débat National : 66 propositions pour concilier crise sociale et environnementale

Dernière ligne droite pour le Grand débat national. Pour faire entendre leur voix, 19 organisations (associations, mutuelles, syndicats), représentant plusieurs millions de Français, ont publié ensemble un "Pacte du pouvoir de vivre". Il se décline sous la forme de 66 propositions qui brassent les...

Brune Poirson centrale a charbon France Info

Le gouvernement revoit sa copie sur sa loi énergie pour rendre le texte plus "ambitieux"… et moins flou

Neutralité carbone, baisse de la consommation, fin du charbon, le gouvernement décale sa présentation de son projet de loi sur l’énergie devant les conseils des ministres. Il tient à préciser ses ambitions, alors que certaines ONG et des élus ont évoqué un texte aux objectifs flous.

Centrale a charbon cordemais EDF C00

À la centrale de Cordemais, EDF tente de remplacer le charbon par des déchets de bois

Menacée de fermeture, la centrale à charbon d'EDF à Cordemais, en Loire-Atlantique, pourrait finalement continuer à fonctionner après la date de 2022 grâce à son projet "Écocombust" de fabrication de biomasse. L'électricien tente de remplacer progressivement le charbon par des granulés de bois issus...