Publié le 18 novembre 2021

ÉNERGIE

Les ventes de véhicules électriques pourraient être freinées par la réglementation et le manque d'infrastructures

Les ventes de véhicules électriques n’ont cessé d’augmenter ces derniers mois en Europe. Pourtant, l’organisation Transport et Environnement craint que le renforcement de la réglementation européenne sur les émissions des véhicules d’ici 2030 soit trop laxiste, et n’incite pas les marques automobiles à poursuivre leur effort vers l’électrique. Pour les constructeurs, c’est plutôt le faible déploiement de l’infrastructure de recharge qui pèche.

Station recharge vehicule electrique renault CCO
Les ventes de véhicules électriques augmentent et vont nécessiter plus de points de recharge.
@CCO

Les ventes de voitures électriques ne cessent d’augmenter en Europe. Elles ont progressé de près de 50 % au troisième trimestre 2021, selon les chiffres de la Plateforme Automobile, avec près de 550 000 véhicules écoulés. Le résultat sur les émissions de gaz à effet de serre du secteur est immédiat, selon l’organisation Transport et Environnement. Celles-ci ont baissé de 18 % depuis l’entrée en vigueur de la réglementation européenne ente 2020 et 2021, qui limite à 95 grammes de CO2 par kilomètre les émissions moyennes des constructeurs.

Mais, selon l’ONG, ce coup d’accélérateur induit par la réglementation pourrait s’essouffler dans les prochaines années. Le Green Deal européen prévoit en effet d’imposer aux constructeurs automobiles une nouvelle réduction de leurs émissions de 55 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2021. Un niveau que Transport et Environnement juge bien insuffisant, les cibles européennes pour 2025 et 2030 étant même en retard par rapport aux plans des constructeurs pour électrifier leurs gammes. Selon les calculs de l’ONG, si les projets des fabricants de voitures arrivent à leur terme, ils permettraient de réduire de 30 à 35 % les émissions d’ici 2025, tandis que la réglementation ne conduit qu’à une baisse de 15 %.

Au risque que les constructeurs n’exploitent pas tout le potentiel de l’électrique. Des flexibilités présentes dans la réglementation leur permettent déjà d’échapper à certaines contraintes, comme l’ajustement des émissions pour les véhicules les plus lourds. "Il est temps d’établir des objectifs réellement ambitieux si nous voulons éviter de perdre cette décennie, cruciale pour réduire les émissions de la voiture", affirme Diane Strauss, directrice France de Transport et Environnement. L’ONG demande de renforcer les objectifs sur les émissions de gaz à effet de serre, pour atteindre une réduction de 30 % en 2025 et jusqu’à 80 % en 2030, tout en supprimant les flexibilités jusque-là permises par la réglementation.

Inquiétude des constructeurs

Les constructeurs ne l’entendent toutefois pas de cette oreille. Le Green Deal a en effet déjà suscité leur inquiétude. Le président de l’ACEA (Association européenne des constructeurs automobiles) pointe le fait que l’augmentation de l’électrification des voitures ne pourra être réalisée que si les infrastructures suivent. Et renvoie la balle vers les autorités publiques. "La proposition actuelle pour une réduction encore plus grande des émissions de CO2 en 2030 nécessite une augmentation massive de la demande de véhicules électriques dans une courte période de temps, explique Oliver Zipse, président de l’ACEA et directeur général de BMW. Sans une augmentation significative des efforts de toutes les parties prenantes – ce qui inclut les États membres et les secteurs impliqués – les cibles proposées ne sont simplement pas viables."

Le lobby européen s’est d’ailleurs associé à Transport et Environnement pour demander à la Commission européenne de revoir la directive sur la performance énergétique des bâtiments. Dans une lettre commune adressée le 18 novembre aux commissaires européens, ils demandent d’instaurer un droit à l’installation d’un point de recharge sur leur lieu de résidence pour les citoyens européens, ainsi que l’obligation pour les immeubles non résidentiels d’être équipés de stations de recharge dès 2035.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Trafic automobile voitures pollution air istock

L’industrie automobile en route vers l’électrification peine encore à changer de modèle

L’industrie automobile apparaît bien engagée pour passer au véhicule électrique, les annonces en ce sens se multipliant sous l'effet du durcissement des normes. Mais la transition se passe moins facilement qu'il n'y parait car les constructeurs automobiles demeurent encore bien accros au moteur...

Sncf alstom

Le secteur ferroviaire s'organise pour rendre le train plus écologique et accessible

Le train est la star de la mobilité écologique. Pourtant, le secteur ferroviaire français doit faire face à plusieurs défis, notamment le vieillissement du réseau. Pour y faire face, l'association Care accompagne des PME sous-traitantes d'Alstom pour qu'elles gagnent en efficacité. À terme, la...

Plan velo france unsplash

Un nouveau plan, doté de 250 millions d’euros, vise à faire de la France "la nation du vélo"

Le plan vélo, dont le succès n'est plus à démontrer, est prolongé. En 2023, ce sont 250 millions d’euros qui vont être débloqués pour soutenir les aides à l’achat de bicyclettes, développer les aménagements cyclables ou encore former les plus jeunes à la pratique. Le dispositif, qui fête son...

Trains gratuits espagne mobilite durable THOMAS COEX AFP

Espagne : des trains gratuits pour encourager la mobilité durable et lutter contre l’inflation

Prendre le train gratuitement, c’est maintenant possible pour des milliers d’Espagnols. Face à l’augmentation des prix du carburant, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures visant à favoriser l’usage des transports publics jusqu’à la fin de l’année 2022. Un dispositif bon pour le porte-monnaie...