Publié le 07 mars 2019

ÉNERGIE

Le véhicule autonome va-t-il sauver le climat ou détruire un peu plus l’environnement ?

Annonciateur, peut-être, d'un avenir plus vert, le véhicule autonome pourrait aussi se révéler un leurre environnemental, faute d'anticipation, selon des chercheurs. Le poids des données générées par ces véhicules est en particulier à prendre en compte.

Intérieur d'une TeslaX autonome.
@Tesla

Moteur électrique, utilisation partagée, conduite plus économe que celle de l'automobiliste moyen... L’émergence en cours de la voiture autonome, qui prend une belle place dans les allées du salon de l’automobile de Genève, porte en elle une mutation large du monde du transport. En particulier, on attend de lui une moindre pollution atmosphérique, du fait d’un désencombrement des villes. Pourtant, l'équation n'est pas si simple.

Selon le cabinet de conseil AT Kearney, qui a interrogé 150 cadres d'industries concernées, "la consommation énergétique devrait être réduite de 30 %, grâce aux sources d'énergie alternatives mais aussi parce que les véhicules communiqueront, assurant la fluidité du trafic". Et puis, "posséder la voiture perdra en pertinence, au profit des services de partage".

"Dans les 10 à 15 prochaines années, l'essentiel de l'utilisation du véhicule autonome sera commercial" : robots-taxis et navettes à la demande, décrit Xavier Mosquet, du cabinet BCG et co-auteur pour la France d'un rapport sur la voiture du futur. Dans un premier temps au moins, au vu de son coût, la voiture du particulier restera "marginale".

Le poids de 3 000 internautes

À terme, "l'utilisation la plus vertueuse sera le partage", dit cet expert à l'AFP. En revanche il ne faudrait pas que ces nouvelles mobilités supplantent les autres transports en commun, prévient-il, relevant que c'est "une préoccupation". Selon l'Institut du développement durable (Iddri), "l'autonomie est loin d'être une baguette magique pour la mobilité durable".

Parmi les incidences du véhicule sans chauffeur, il y a l'empreinte, en consommation d'énergie et matières premières, de l'électronique embarquée. La conduite automatisée consacre le règne du numérique : algorithmes, capteurs, radars, lasers analysent en temps réel routes et alentours (classification des voies, trafic, parkings, météo, prix de l'essence…). Sans compter, la partie divertissement pour les passagers.

Selon Intel, une heure et demie de conduite autonome devrait générer quatre téraoctets de données, autant que 3 000 internautes en une journée. Un phénomène "nécessitant une énorme capacité de calcul pour organiser, traiter, comprendre, partager et stocker", résume-t-on chez le géant des semi-conducteurs. Cela représente un poids énergétique conséquent à travers l’utilisation des datacenters.

Il ne faut pas non plus sous-estimer l’impact environnemental dû à l’extraction des matériaux nécessaires au numérique (cobalt, palladium, cuivre, tungstène…). Les études manquent sur le cycle de vie du véhicule autonome, mais, à titre de comparaison, trois quarts des impacts environnementaux d'un smartphone sont dus à sa fabrication, plus qu'à son usage.

Étalement urbain

Interrogé par l'AFP, Nissan, par exemple, ne répond pas précisément à la question du poids du numérique. "Nous œuvrons pour réaliser notre vision d'un monde à zéro émission et zéro victime (de la route), et croyons que les technologies de conduite autonome joueront un rôle-clé", dit-on chez ce constructeur, qui vise aussi bien l'usage partagé que des modèles accessibles aux particuliers.

Autre inconnu : le risque d'étalement urbain. Les distances deviennent moins contraignantes quand on peut travailler dans sa voiture. "C'est un gros risque, qui inquiète les collectivités", souligne Xavier Mosquet. "Aux États-Unis, dans le passé, les centres-villes se sont vidés. Cela a commencé à s'inverser justement à cause de la circulation. Le véhicule autonome pourrait de nouveau pousser à cela".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Trains ecologie Erich Westendarp de Pixabay

Le retour du Paris-Nice siffle la relance des trains de nuit en France

Après trois ans d'arrêt, l'Intercité Paris-Nice va de nouveau rouler la nuit. Ce 20 mai à 20h52 le train partira en gare d'Austerlitz avec, à son bord, le Premier ministre. Jean Castex entend ainsi montrer la volonté du gouvernement de faire renaître les trains de nuit, alternative écologique...

Google maps itineraires ecolo Deepanker Verma de Pixabay

Quitte à prendre la voiture, Google Maps va indiquer les itinéraires les plus écolos

Au volant de votre voiture, vous aurez désormais le choix : le trajet le moins cher, le plus rapide ou le plus écologique. C’est l’option que va bientôt proposer Google Maps et qui permettra aux utilisateurs de comparer l’impact carbone de leur trajet.

Peugeot voiture electrique AstuceProd

Avec l’essor du véhicule électrique, le secteur automobile français tente de se réinventer

L’industrie automobile est engagée dans une transition à grande vitesse vers le véhicule électrique. Le gouvernement a signé un nouveau contrat avec la filière industrielle automobile française pour accompagner cette transition. Aussi bien au niveau commercial, pour développer les ventes de ces...

Mercier poulidor

[À l’origine] De 1919 à aujourd’hui, les légendaires vélos Mercier reviennent en France

Ils faisaient partis du patrimoine français. Les Cycles Mercier, la marque de Raymond Poulidor dont il arborait le maillot violet lors du Tour de France de 1964, a connu son heure de gloire dans les années soixante mais n'a pas résisté à la concurrence étrangère des années quatre-vingt. Plus de 100...