Publié le 27 mai 2020

ÉNERGIE

Le pari à huit milliards d’euros d’Emmanuel Macron pour sauver la filière auto en grand danger

Passer d’un modèle mondialisé à flux tendu de véhicules thermiques à bas coût, vers un modèle relocalisé de véhicules électriques et hybrides à haute valeur ajoutée… Tel est le plan d’Emmanuel Macron pour sauver la filière automobile française mise à mal par la crise du Covid-19, mais aussi par sa lenteur à prendre le virage de la mobilité propre. En guise d’incitation, Emmanuel Macron met huit milliards d’euros sur la table.

Emmanuel Macron Automibile Valeo LudovicMatin AFP
Mardi 26 mai, Emmanuel Macron a visité une usine de Valéo dans le Pas-de-Calais pour annoncer un vaste plan de relance automobile.
@LudovicMartin/AFP

Le secteur automobile français est en crise, à commencer par son premier constructeur Renault. Depuis le début de la crise du Coronavirus, les ventes de véhicules neufs se sont effondrées de près de 80 % en Europe. Intenable, pour un modèle économique qui repose sur une fabrication à flux tendu et à bas prix pour une vente la plus rapide possible. Emmanuel Macron a donc initié un vaste plan pour réformer le modèle de ce secteur qui représente 400 000 emplois directs et autant d’emplois indirects en France.

Le chemin de crête est étroit pour le Président qui doit sauver une filière très émettrice, tout en favorisant la transition énergétique. Pour y parvenir, pas d’ambition modeste : il s’agit de faire de la France "le premier producteur de véhicules électriques en Europe", avec un objectif d’un million d’unités d’ici 5 ans. "C’est tout le sens du plan de soutien et de relance", explique le Président. Mais, à l’écouter, le nombre d’obstacle à lever pour y parvenir est considérable… sans compter les investissements publics pour près de huit milliards d’euros.

Vider les parkings d’invendus

La première étape est de vider les parkings des constructeurs et des concessionnaires où se sont entassés 400 000 véhicules invendus depuis le début de la crise. Ce nombre atteindra 500 000 fin juin. L’Élysée a donc décidé de soutenir la consommation en premier lieu en augmentant les primes à l’achat de véhicules électriques ou hybrides (jusqu’à 7 000 euros pour les particuliers) et la prime à la conversion pour se débarrasser de vieux véhicules. "Tout renouvellement du parc est bon écologiquement", assure le Président qui justifie qu’un véhicule neuf, même thermique, est bien moins émetteur qu’un ancien modèle.

Le second axe est de soutenir la modernisation des usines des fabricants et des sous-traitants dans les motorisations électriques. Cela passe par 200 millions d’euros de subventions aux sous-traitants pour s’adapter et monter en gamme. L’État porte également un fonds d’investissement de 600 millions d’euros (400 millions de l’État et 200 millions de Renault et PSA) pour intervenir dans les entreprises de la filière afin de les moderniser, les consolider et soutenir leurs programmes de recherche et développement. À noter que le Fonds Avenir Automobile, géré par Bpifrance et abondé par les constructeurs et équipementiers français, a déjà été lancé en 2009 pour moderniser la filière française.

Enfin, la troisième étape de la fusée du "véhicule de demain made in France" est évidemment la relocalisation de la production. En échange de ce gigantesque plan d’aide, "les constructeurs ont pris une série d'engagements forts qui consistent à relocaliser la production à valeur ajoutée (toute la mobilité propre, ndr) en France et à consolider et maintenir la totalité de la production industrielle sur nos sites”. Pour PSA cela veut dire 450 000 véhicules électriques et hybrides produits en France en 2025 et pour Renault, un quadruplement à 240 000 véhicules en 2024.

Une aide conditionnée à l’emploi

Ce plan de relance automobile va très vite se heurter au mur de la réalité alors que Renault est en danger. Quelques jours auparavant, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire l’affirmait : "Renault peut disparaître, les grands constructeurs industriels peuvent disparaître, il faut être lucide", a-t-il estimé. La marque au Losange doit présenter aux partenaires sociaux jeudi 28 mai un plan d’économie de deux milliards d’euros. Selon le Canard Enchaîné, celui-ci entraînerait des fermetures de sites en France.

Si le gouvernement ne s’y oppose pas formellement, il exige que l’emploi soit préservé. Il soumet d’ailleurs le prêt d’État de cinq milliards d’euros aux engagements qui seront pris par Renault. Lundi, le ministre de l’Économie Bruno le Maire doit recevoir Renault et ses partenaires pour définir une "ambition industrielle collective". Sans accord, le prêt de Bercy au constructeur pourrait être remis en cause.

Ludovic Dupin @LudovicDupin

 

 


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Greve ratp questions

Chaos dans les transports publics : le pari risqué de l'ouverture à la concurrence

Journées de 13 heures, conflits à gérer, salaires jugés insuffisants... Les salariés des transports en commun en Île-de-France craignent une dégradation de leurs conditions de travail, déjà difficiles, avec l'ouverture à la concurrence. Celle-ci se déroule progressivement, sous le signe d'une...

Galere transports franciliens

Bus, métros, RER... Les difficultés s'accumulent sur le réseau de transport francilien, freinant la décarbonation de la mobilité

Alors que les transports en commun sont la clé de la décarbonation, le réseau francilien est au bord du chaos. Attentes interminables, foule qui se presse aux portes, rames bondées... Le service, réduit pendant la pandémie de Covid-19, n'a pas repris à 100%. Pourtant, les besoins augmentent chaque...

Covoiturage ecov ligne

Plan covoiturage : le gouvernement veut en faire un transport en commun comme les autres

Le covoiturage prend sa place dans l'arsenal de la mobilité durable et partagée. 150 millions d'euros lui sont alloués par le gouvernement pour tripler son usage d'ici 2027. Lignes de covoiturage avec arrêts dédiés, voies réservées, plateformes en ligne... Tous les moyens sont bons pour encourager...

Trafic automobile voitures pollution air istock

L’industrie automobile en route vers l’électrification peine encore à changer de modèle

L’industrie automobile apparaît bien engagée pour passer au véhicule électrique, les annonces en ce sens se multipliant sous l'effet du durcissement des normes. Mais la transition se passe moins facilement qu'il n'y parait car les constructeurs automobiles demeurent encore bien accros au moteur...