Publié le 05 juillet 2017

ÉNERGIE

[Vidéo] Energy Observer, le navire alimenté au soleil, au vent et à l’eau, baptisé à Paris

Le 6 juillet, le navire Energy Observer est venu se faire baptiser à Paris avant d’entamer un tour du monde pendant six ans. Alimenté au solaire, à l’éolien et à l’hydrogène, ce navire doit prouver l'efficacité  des nouvelles technologies en conditions extrêmes mais aussi sensibiliser le monde à la transition énergétique.


@EnergyObserver

Le navire Energy Observer est arrivé mercredi 6 juillet à Paris pour être baptisé par ses deux parrains : Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et Florence Lambert, directrice du CEA-Liten. Ce catamaran de 30,5 mètres de long pour 28 tonnes doit se lancer dans un tour du monde pendant six ans et une centaine d'étapes "en prélevant son énergie dans la nature sans la modifier", explique le capitaine Victorien Erussard.

Ainsi, à l’instar de l’avion solaire "Solar Impulse", Energy Observer tirera toutes ses ressources des énergies renouvelables. Il est équipé de 130 mètres carrés de panneaux solaires d’une puissance totale de 21kW et de deux éoliennes à axe vertical de 1kW chacune. Surtout, sa coque abrite une chaîne complète de production d’hydrogène (désalinisateur, électrolyseur, compresseur) produit à partir d’eau de mer. Ce gaz permettra d’alimenter une pile à combustible de 22kW.

Le système embarque également deux batteries lithium ion (la même technologie que pour les voitures électriques ou les téléphones portables) de 400 volts. Elles permettront de stocker l’énergie produite et surtout de répondre aux appels de puissance notamment pour les deux moteurs électriques. Fort de ses équipements, le bateau doit être autonome en énergie pendant tout son périple autour du globe.

Les deux membres d’équipage, Victorien Erussard et Jérôme Delafosse donne trois missions à Energy Observer : "Tester, éprouver et optimiser les technologies embarquées en milieu extrême pour permettre leur application en milieu terrestre", "Aller chercher les solutions durables, là où elles se trouvent et participer à leur déploiement", "Prouver au grand public, aux collectivités locales et aux entreprises que la transition énergétique est possible".

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est chaotique un peu partout dans le monde mais les habitudes de production énergétique changent et la promotion des technologies vertes se développent. Photovoltaïque (énergie solaire), éolien, agrocarburants ou encore biodéchets, les possibilités sont nombreuses.

Laurent Vincenti Total

En Corée du Sud, Total accélère sur l’éolien offshore

Le pétrolier français veut se renforcer dans la production d’électricité bas carbone. Cet objectif passe par la Corée du Sud où l’entreprise va déployer 2GW d’éolien offshore. Ce projet s’inscrit dans l’objectif de neutralité carbone en 2050.

Panneaux solaires eoliennes europe pixabay

Les renouvelables deviennent la première source d’électricité en Europe, devant les énergies fossiles

Les énergies renouvelables ont produit plus d'électricité que les énergies fossiles au premier semestre 2020 au sein de l'Union européenne. Une première historique qui envoie un bon signal pour le développement d'une énergie verte. Bien que la baisse de la demande, due au confinement, explique en...

Panneaux solaires covid 19

Énergies renouvelables : pour la première fois en 20 ans, la croissance des installations va ralentir

L'Agence internationale de l'énergie confirme un ralentissement de la croissance de la production d'énergies renouvelables de 13 % cette année en raison de la crise du Covid-19. Celle-ci a entraîné une paralysie de l'économie, mais aussi des blocages financiers avec une baisse des investissements....

Laurent Vincenti Total

[Certifié sans Coronavirus] Total lance le plus grand site de stockage électrique par batterie de France

Total a annoncé mi-mars la construction à Dunkerque d'un site de stockage d'électricité par batterie, le plus grand du pays selon le géant pétrolier qui veut affirmer ses ambitions dans les renouvelables. Un investissement de 15 millions d’euros sur le territoire.