Publié le 17 avril 2018

ÉNERGIE

Éolien offshore : le gouvernement veut une baisse "très significative" des tarifs de rachat de l’électricité

Le gouvernement veut revoir à la baisse les tarifs de rachat de l’électricité des éoliennes offshores, dont les appels d’offres ont été attribués en 2012. Alors qu’aucun mât n’a encore été érigé, les montants alors acceptés sont désormais bien au-delà de la moyenne européenne. Les promoteurs des projets se disent prêts à discuter avec l’exécutif.

Eolienne offshore Haliade de GE
GE

Le gouvernement s'apprête à renégocier les tarifs de rachat de l'électricité qui sera produite par six parcs éoliens en Manche et en Atlantique avec les entreprises concernées, a indiqué lundi 16 avril le ministère de la Transition écologique. "Une négociation va s'engager dans les prochains jours avec l'ensemble des lauréats pour faire baisser les coûts des différents projets", a-t-il dit à l'AFP.

"C'est à la lumière des propositions des professionnels que nous prendrons nos décisions, au plus tard en juillet", a-t-il précisé. Les six parcs éoliens concernés avaient été attribués au français EDF, à l'espagnol Iberdrola et à un consortium mené par Engie, à la suite de deux appels d'offres en 2012 et en 2014. L'État avait accepté de racheter l'électricité de ces futurs parcs à un tarif situé autour de 200 euros le mégawattheure.

"Compte tenu des coûts observés dans les autres pays d'Europe, nous attendons des baisses de tarif très significatives", a souligné le ministère, précisant que les prix de rachat d'électricité des projets éoliens en mer se situaient ces dernières années autour de 80 euros le mégawattheure. Si les prix restaient "trop importants" à l'issue des négociations, le gouvernement prévoit de relancer des appels d'offres.

Un retard considérable

Contacté par l'AFP, Engie s'est dit "ouvert aux négociations". Le groupe, qui pense que l'éolien en mer "a de l'avenir en France", souhaite "trouver des solutions avec l'État". Ailes Marines, une société détenue par Iberdrola et Avel Vor qui est chargée de l'un des projets, a indiqué avoir "toujours répondu favorablement" aux demandes de dialogue du gouvernement. L'entreprise ne fera pas de commentaires "tant que cette période de négociation ne sera pas terminée". De son côté, EDF Energies nouvelles a indiqué rester "dans une démarche d'ouverture à la négociation pour chacun de nos trois projets de parcs éoliens en mer".

Les projets éoliens offshores ont pris un retard considérable en France. Le plan français envisageait de déployer 6 000 MW de turbines au large des côtes françaises d’ici 2020. Mais à cette date, pas une seule pâle ne tournera au-dessus des eaux hexagonales. Les recours contre ces projets ont fait perdre beaucoup de temps, sans compter que les deux principaux pourvoyeurs de technologies, Areva et Alstom, ont disparu ou sont passés entre des mains étrangères.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est chaotique un peu partout dans le monde mais les habitudes de production énergétique changent et la promotion des technologies vertes se développent. Photovoltaïque (énergie solaire), éolien, agrocarburants ou encore biodéchets, les possibilités sont nombreuses.

Total met en service la bioraffinerie de La Mède, malgré l'opposition écologiste

La raffinerie de biocarburants de Total à La Mède (Bouches-du-Rhône), l'une des plus grandes d'Europe, a démarré sa production la semaine dernière. Au grand dam des associations de défense de l'environnement qui s’opposent depuis des années à cette installation. En cause notamment son...

[Bonne Nouvelle] Une usine chimique Arkema passe à 100 % d'autoconsommation électrique solaire

Le monde de la chimie a des process coûteux en énergie. Pour réduire leur impact environnemental, beaucoup misent sur les renouvelables. Ainsi, Arkema vient d’équiper l’un de ses sites Seveso dans les Alpes-de-Haute-Provence d’une centrale solaire de 10 MWc.

énergies renouvelables éoliennes panneaus solaires photovoltaique istock ll28

Les énergies renouvelables emploient 11 millions de personnes à travers le monde

Le photovoltaïque est le principal employeur du secteur, devant l’éolien, tandis que l’offshore est en train de décoller. Selon un récent rapport de l’Agence internationale de l'énergie renouvelable (Irena), 11 millions de personnes travaillaient dans les énergies renouvelables l’an dernier à...

Les pays du G20 prêts à coopérer pour faire de l'hydrogène une énergie clé de la transition écologique

Alors que les chefs d'états se réunissent au Japon dans le cadre du G20 les 28 et 29 juin, les ministres de l’environnement s'étaient déjà concertés quelques semaines auparavant. Ils avaient alors décidé d’accroître leur coopération pour faire émerger une filière mondiale de l’hydrogène. Ce gaz qui...