Publié le 20 avril 2015

ÉNERGIE

Marée noire du Golfe du Mexique : l'industrie pétrolière n'a pas tiré toutes les leçons de la catastrophe

Le 20 avril 2010, l'explosion de la plateforme offshore Deepwater Horizon provoquait la plus grave marée noire de l'histoire américaine. BP et l'ensemble du secteur pétrolier avaient alors été accusés par l'administration américaine d'avoir sacrifié la sécurité sur l'autel du profit. Cinq ans plus tard, des efforts ont été accomplis pour mieux gérer les risques. Mais la menace d'une nouvelle catastrophe plane toujours.

Le 21 avril 2010, la plate-forme Deepwater Horizon, exploitée par BP, explosait en pleine mer. La catastrophe a provoqué une marée noire et un désastsre écologique.
U.S Coast Guards

1er avril 2015 : quatre employés de la compagnie mexicaine Pemex sont tués dans l'explosion d'une plateforme pétrolière dans le Golfe du Mexique. Presque 5 ans jour pour jour après l'explosion de Deepwater Horizon, la plateforme offshore de British Petroleum (BP), qui avait causé la mort de 11 pesronnes.

Ce nouvel accident n'a pas provoqué de marée noire mais, à l’époque quand Najmedim Meshkati, alors conseiller spécial au Secrétariat d’État, a vu les images de la catastrophe, il a eu cette impression de "déjà-vu". Une impression qui saisit ce professeur de l'université de Southern California à chaque nouvel incident mettant en cause la sécurité d'une plateforme offshore.

Celui de Deepwater, le 20 avril 2010, avait pourtant fait l’effet d’un électrochoc à toute la profession. L’explosion de la plateforme avait libéré plus de 4,9 millions de barils de pétrole dans le Golfe du Mexique, provoquant une immense marée noire qui avait ravagé la faune et la flore sur des centaines de kilomètres. BP avait alors mis 87 jours à stopper l'écoulement.

Les conclusions de la Commission chargée par Barack Obama d'étudier les causes de la plus grave marée noire de l'histoire américaine ont accablé la profession. Son rapport pointe du doigt de "telles errances dans la gestion des risques qu'on peut sérieusement de l'industrie pétrolière dans son ensemble".

 

Une nouvelle culture du risque ?

 

"Il y a cinq ans, les pétroliers pensaient que tout était sous contrôle. Ils avaient tort. Depuis, beaucoup de choses ont changé", affirme aujourd'hui Toby Clark, le président de cette Commission sur la marée noire. Les États-Unis ont durci par deux fois leur législation autour du forage offshore. Pour prévenir les risques et éviter de devoir régler en cas d’accident  des amendes et des dommages et intérêts de plusieurs milliards de dollars comme BP, le secteur s'est mis à recruter des spécialistes de la gestion des risques.

BP affirme désormais sur son site internet : "La sécurité de nos exploitations, de nos employés et de ceux qui vivent autour de nous est le fil conducteur de toutes nos actions". Et les plus grandes compagnies pétrolières ont créé le Center for Offshore Safety (Centre pour la sécurité offshore), afin de partager des bonnes pratiques. Son dernier rapport affirme que "l'industrie du pétrole offshore aux États-Unis n'a jamais été aussi sûre".

"J'aimerais les croire mais je cherche toujours des vérifications indépendantes de ces engagements, trop beaux pour être vrais. C'est très difficile de changer la culture des compagnies pétrolières, qui repose sur le profit", assène Najmedim Meshkati, lui-même membre d'une commission d'enquête en 2010.

Tous les experts s'accordent sur ce point : une culture de la sécurité ne s'impose pas en un claquement de doigt. Il faut une volonté ferme, impulsée par le top management, et une attention constante pour former les équipes et maintenir l'effort dans le temps. Toby Clark se souvient d'un dirigeant d'un groupe pétrolier qui discutait devant un public captivé de la prévention des risques. En regardant par la fenêtre, il avait alors aperçu un employé escalader dangereusement l'une des installations... "Même si c'est toujours très lent, j'ai vu des entreprises devenir plus vertueuses. Mais dans l'autre sens, j'ai aussi vu des entreprises abandonner très vite leurs bonnes pratiques", met-il en garde.

 

Un cadre plus sûr mais des pratiques encore risquées

 

Pour maintenir la pression, l'administration Obama vient d'annoncer une nouvelle réglementation autour du pétrole offshore. Elle inclut notamment des normes plus draconiennes pour les blocs obturateurs de puits, ces valves de sécurité mises en cause dans la catastrophe Deepwater. Mais plusieurs associations écologistes n'y voient qu'une piètre précaution, alors que le président américain envisage par ailleurs d'autoriser de nouveaux forages sur la côte atlantique et en Alaska.

Cinq ans après, tous les experts redoutent une nouvelle catastrophe, plus ou moins similaire à Deepwater. "Le forage pétrolier est plus sûr aujourd'hui mais les gens continuent à prendre de mauvaises décisions", résume Toby Clark. La chute des cours du pétrole ces derniers mois l'inquiète aussi. "Ça pousse à faire des économies, et peut-être à rogner sur la sécurité. Il va falloir y faire très attention à l'avenir", ajoute-t-il. Pemex est d’ailleurs l’une des compagnies les plus affectées par la baisse des prix à la pompe…

Pour Najmedim Meshkati, le danger s'est aussi déplacé au large du Brésil, de Cuba ou de l'Angola. "Ces pays n'ont pas le luxe d'avoir des législations comme aux États-Unis". Et qui se charge de les surveiller ? Personne", s'inquiète encore l'universitaire. Comme plusieurs organisations écologistes, il plaide pour la création d'une agence internationale qui serait chargée de coordonner cet effort mondial, pour des forages pétroliers offshore plus sûrs.

Fannie Rascle, correspondante à Washington
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Marée noire du golfe du Mexique : l’argent de BP, un cadeau empoisonné ?

Il y a 4 ans, l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater provoquait une catastrophe écologique. Aujourd’hui, les régions sinistrées aux Etats-Unis, celles situées autour du golfe du Mexique, s’apprêtent à recevoir leur part des dédommagements versés par le pétrolier BP. Une...

USA: l'agence de contrôle du forage pétrolier sur la sellette

La marée noire au large de la Louisiane menace BP mais aussi les fonctionnaires de MMS (Minerals Management Service), l'agence qui était censée contrôler l'industrie pétrolière. Accusés de corruption et de fraude, ils laissent les compagnies pétrolières mener leurs activités comme elles...

États Unis : la Commission marée noire réclame le renforcement de la législation sur le forage pétrolier

La commission qui a planché sur la marée noire causée par l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon dénonce les négligences de toute l'industrie pétrolière et des pouvoirs publics, incapables de contrôler ses excès. Dans son rapport publié le 11 janvier, elle prône un bouleversement...

BP pollue aussi les études sur la marée noire

Un an après la catastrophe de Deepwater Horizon, les scientifiques continuent évaluer l'impact de la marée noire dans le golfe du Mexique. Et, selon le Guardian, BP aurait tenté d'orienter certaines études.

Trois ans après l'explosion de la plateforme de BP, les nettoyeurs inquiets pour leur santé

L'explosion de la plateforme Deepwater Horizon en 2010 a entraîné le déversement de quantités phénoménales de pétrole dans le Golfe du Mexique. Près de 50 000 travailleurs ont été mobilisés pendant des mois par le pétrolier pour participer aux opérations de nettoyage. Certains d'entre eux...

Deepwater Horizon : le procès BP aura-t-il lieu ?

Le procès civil du pétrolier BP dans la catastrophe Deepwater a débuté lundi 25 février à La Nouvelle-Orléans, près de trois ans après la gigantesque marée noire survenue dans le Golfe du Mexique en 2010. Mais BP pourrait aussi conclure un accord à l'amiable avec l'Etat américain, en...

Amende record pour BP dans la catastrophe Deepwater Horizon

4,5 milliards de dollars. C'est le montant de l'amende que le pétrolier britannique va payer aux autorités américaines dans le cadre de l'accord à l'amiable qu'il a passé pour régler une partie du dossier de la marée noire du golfe du Mexique.

Transaction pour éviter à BP un déballage médiatique

Près de deux ans après l'explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique, les habitants des côtes souillées sont fixés sur leur sort. Quelque 116 000 personnes vont se partager près de huit milliards de dollars (six milliards d'euros) de compensation. Les...

Les actionnaires de BP votent en faveur de l’évaluation du risque carbone

Lors de l'Assemblée générale des actionnaires du géant pétrolier BP, qui se déroulait ce jeudi 16 avril à l'Excel Centre de Londres, 98 % des actionnaires ont apporté leur soutien à la résolution proposée par ShareAction en faveur d’une prise en compte du risque carbone dans les prévisions...

Investisseurs et climat : le vent tourne

Le fonds norvégien qui exclut plusieurs dizaines d’entreprises en raison de leurs nuisances environnementales, les actionnaires de BP et Shell qui vont débattre en assemblée générale (AG) de l’évolution du modèle pétrolier... Le risque carbone est devenu une réalité pour bon nombre...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

[Édito Vidéo] "Il n’y a pas d’autres choix que d’investir dans le pétrole"

Après une longue séquence internationale sur le climat en septembre, octobre sonne l'heure de la contre-attaque pour les pétroliers. Lors de leur grande réunion "Oil and Money", bientôt rebaptisée en Energy Intelligence Forum, les pétroliers assurent que la transition énergétique est leur première...

La Chine appuie largement le charbon hors de ses frontières

Les banques et entreprises chinoises continuent de miser sur le charbon... hors de leurs frontières. Alors que Pékin a pris des mesures restrictives sur l'utilisation du charbon, sur son territoire, le pays finance plus de 100 gigawatts de nouvelles capacités au Banglasdeh, en Afrique du Sud ou...

Saudi Aramco petrole attaque AFP

[Édito Vidéo] Attaque en Arabie Saoudite : deux drones qui déstabilisent le monde

En une seule frappe, les commanditaires de l’attaque sur les installations pétrolières en Arabie saoudite ont effacé la moitié de la production du Royaume wahhabite. Et cela a enflammé le monde entier que ce soit sur les plans boursier et diplomatique. Entre la fragilité de l’or noir et notre...

BP se dit prêt à abandonner certains projets pétroliers pour respecter l'Accord de Paris

C'est un premier pas vers la transformation bas-carbone annoncée au printemps dernier. Le géant britannique des hydrocarbures BP s'est dit prêt à se désengager de certains projets pétroliers afin de respecter l'Accord de Paris sur le climat, sans toutefois préciser lesquels. Une gageure pour le...