Publié le 09 juin 2018

ÉNERGIE

Le pape François appelle les pétroliers à respecter l'accord de Paris sur le climat

Le pape François a appelé samedi les industriels du secteur pétrolier et gazier à respecter l'accord de Paris sur le climat de 2015, notamment pour protéger les populations pauvres contre le réchauffement climatique. Il juge que le monde a besoin d’une énergie qui ne détruit pas la civilisation.

Pape Francois MassimoValicchia NurPhoto
La Pape François appelle les pétroliers à respecter l'Accord de Paris.
@MassimoVallicchia/nurphoto

Lors d'une rencontre avec des responsables de plusieurs "majors" dont BP, Shell et Equinor, le pape a jugé "inquiétant" que les émissions de dioxyde de carbone et de gaz à effet de serre "restent très élevées", deux ans et demi après l''accord de Paris. Celui-ci, conclu à l'issue de la COP 21, prévoit que les 196 pays signataires limitent à 2°C la hausse de la température d'ici la fin du siècle par rapport aux niveaux préindustriels.

"Encore plus inquiétant est la recherche continuelle de nouvelles réserves d'énergies fossiles alors que l'accord de Paris appelle clairement à laisser dans le sol la plupart d'entre elles", a déclaré le pape à l'occasion d'une conférence consacrée à la transition énergétique. "La civilisation a besoin d'énergie mais l'énergie ne doit pas détruire la civilisation", a-t-il lancé.

Les populations les plus pauvres

Le pape François a fait de la lutte contre le réchauffement climatique l'un de ses chevaux de bataille. Sa seconde encyclique, en 2015, est consacrée à ce sujet, "l'un des principaux défis auxquels l'humanité est confrontée actuellement".

Le réchauffement climatique affecte en premier lieu les populations pauvres. "Les effets du changement climatique ne sont pas répartis uniformément. Ce sont les pauvres qui souffrent le plus des ravages du réchauffement", a-t-il rappelé, mettant en avant les conséquences sur l'agriculture, l'accès à l'eau et l'exposition aux catastrophes climatiques.

ExxonMobil a récemment annoncé son intention d'augmenter sa production de pétrole aux Etats-Unis et de lancer des dizaines de projets dans le monde. La demande en énergie doit augmenter de 28 % entre 2015 et 2040, selon l'Administration américaine d'information sur les énergies.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Mine charbon Prodeco Colombie Glencore

Mis sous pression par ses investisseurs, le géant minier Glencore va limiter sa production de charbon

Glencore ne sort pas du charbon. Mais en annonçant, à la surprise générale, sa volonté de plafonner sa production, c’est presque tout comme. Poussé par des investisseurs à aligner sa stratégie avec l’Accord de Paris, le Suisse va se concentrer sur le charbon premium, plus résilient et plus...

FPSO Total Angola Clov Angola Total

[Décryptage] L'humanité consomme désormais plus de 100 millions de barils par jour... et sa soif n’est pas étanchée

Transport, énergie, chimie, médecine, agriculture… Le pétrole est présent dans chaque segment de notre civilisation. Et nous sommes loin d’en avoir fini avec cet hydrocarbure. Le passage du seuil des 100 millions de barils de pétrole consommés chaque jour le prouve. Si la sortie du charbon est en...

Plateforme petrole Total Gabon Total

Forage pétrolier de Total en Guyane : la justice rejette le recours des associations environnementales

Engagé depuis plusieurs années sur l’exploration pétrolière en Guyane, Total a fait l’objet d’un recours pour empêcher la réalisation d’un nouveau puits sur son permis maritime. Le recours de sept ONG contre ce projet vient d’être rejeté par la justice.

Centrale charbon Chine

La Chine ne fait pas assez d’efforts pour réduire ses émissions de méthane

Les émissions de méthane issues de l’extraction de charbon demeurent à des niveaux élevés, selon une étude de la Whiting school of engineering Johns Hopkins. La Chine s’était pourtant fixé des objectifs ambitieux de réduction des émissions.