Publié le 09 juin 2018

ÉNERGIE

Le pape François appelle les pétroliers à respecter l'accord de Paris sur le climat

Le pape François a appelé samedi les industriels du secteur pétrolier et gazier à respecter l'accord de Paris sur le climat de 2015, notamment pour protéger les populations pauvres contre le réchauffement climatique. Il juge que le monde a besoin d’une énergie qui ne détruit pas la civilisation.

Pape Francois MassimoValicchia NurPhoto
La Pape François appelle les pétroliers à respecter l'Accord de Paris.
@MassimoVallicchia/nurphoto

Lors d'une rencontre avec des responsables de plusieurs "majors" dont BP, Shell et Equinor, le pape a jugé "inquiétant" que les émissions de dioxyde de carbone et de gaz à effet de serre "restent très élevées", deux ans et demi après l''accord de Paris. Celui-ci, conclu à l'issue de la COP 21, prévoit que les 196 pays signataires limitent à 2°C la hausse de la température d'ici la fin du siècle par rapport aux niveaux préindustriels.

"Encore plus inquiétant est la recherche continuelle de nouvelles réserves d'énergies fossiles alors que l'accord de Paris appelle clairement à laisser dans le sol la plupart d'entre elles", a déclaré le pape à l'occasion d'une conférence consacrée à la transition énergétique. "La civilisation a besoin d'énergie mais l'énergie ne doit pas détruire la civilisation", a-t-il lancé.

Les populations les plus pauvres

Le pape François a fait de la lutte contre le réchauffement climatique l'un de ses chevaux de bataille. Sa seconde encyclique, en 2015, est consacrée à ce sujet, "l'un des principaux défis auxquels l'humanité est confrontée actuellement".

Le réchauffement climatique affecte en premier lieu les populations pauvres. "Les effets du changement climatique ne sont pas répartis uniformément. Ce sont les pauvres qui souffrent le plus des ravages du réchauffement", a-t-il rappelé, mettant en avant les conséquences sur l'agriculture, l'accès à l'eau et l'exposition aux catastrophes climatiques.

ExxonMobil a récemment annoncé son intention d'augmenter sa production de pétrole aux Etats-Unis et de lancer des dizaines de projets dans le monde. La demande en énergie doit augmenter de 28 % entre 2015 et 2040, selon l'Administration américaine d'information sur les énergies.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Extraction gaz Saudi Aramco Arabie Saoudite champs de Shaybah SaudiAramco

Et l’entreprise la plus rentable au monde en 2018 est… le pétrolier Saudi Aramco

111,1 milliards de dollars, tels sont les bénéfices enregistrés par le plus grand pétrolier de la planète en 2018, Saudi Aramco. Soit un tiers de plus que les autres grands pétroliers cumulés ! La plus grande entreprise d’Arabie Saoudite a pour la première fois ouvert ses comptes aux agences de...

Castle Gate Power Plant Utah CC0 David Jolley

Le nombre de centrales à charbon recule partout dans le monde sauf en Chine

C'est une bonne nouvelle en demi-teinte. Selon un tout nouveau rapport, le charbon continue de reculer dans le monde : le nombre de projets a baissé de 60 % depuis 2015 et le nombre de centrales en développement s'est même réduit de 84 % depuis trois ans. Y compris les États-Unis de Donald Trump...

Carburants taxes gilets jaunes ArnaudFinistre AFP

Carburants et Gilets jaunes : pour l’industrie pétrolière, une augmentation de la taxe carbone n'est plus possible

Les représentants de l’industrie pétrolière française estiment que le gouvernement ne pourra pas remettre en place les hausses de taxe carbone prévues jusqu’en 2023. En tout cas, pas tant que les Français dépendant de leur voiture n’auront pas d’alternatives crédibles. De son côté, le gouvernement...

EDF Cordemais2

La centrale à charbon d'EDF à Cordemais fait de la résistance

Dans l’estuaire de la Loire, à une trentaine de kilomètres de Nantes, la centrale à charbon de Cordemais, détenue par EDF, mène une course contre la montre pour repousser la date butoir de 2022, à laquelle elle doit théoriquement fermer ses portes. Pour cela, l’énergéticien tricolore est en train de...