Publié le 17 février 2020

ÉNERGIE

Le nouveau patron BP promet que le pétrolier géant sera neutre en carbone en 2050

C’est inédit. Alors que toutes les majors de la planète sont menacées de perte de valeurs en raison du risque climatique et que nombre de leurs actionnaires leur demandent de rendre des comptes, la troisième major pétrolière au monde annonce la neutralité carbone pour 2050. Et, pour y parvenir, elle assure que sa production pétrolière et gazière va devoir baisser.

Bernard Loomey PDG BP BP
Bernard Loomey, nouveau PDG de BP, veut transformer radicalement le pétrolier.
@BP

Avec le départ de Bob Dudley qui a dirigé BP pendant 10 ans et géré la crise de la marée noire dans le Golfe du Mexique, le pétrolier géant nous promettait du changement. Il aura suffi de sept jours au nouveau patron Bernard Looney pour le prouver. Nommé en poste le 5 février, il a annoncé le 12 février que BP allait s’engager à devenir neutre en carbone en 2050. Une première dans le secteur pour un tel mastodonte.

Selon le PDG, cet objectif implique de "réinventer BP". "Nous avons besoin d'une transition rapide vers la neutralité carbone. Ce sera certainement un défi mais également une fabuleuse occasion", explique-t-il. Il ne s’agit pas que d’effacer les émissions du pétrolier lié à l’extraction de fossiles et à ses propres activités industrielles, mais également de faire disparaître les émissions de gaz à effet de serre dégagées par l'utilisation finale de ses produits.

C’est-à-dire que BP prendra en compte les carburants brûlés dans les transports, le gaz utilisé pour le chauffage, les émissions liées à l’électricité ou la chimie. Au total c’est 365 millions de tonnes de CO2 qui sont concernées. Dans le jargon, c’est ce que l’on appelle les émissions du "Scope 3", c’est le plus large périmètre possible. Seul le petit pétrolier espagnol Repsol a pris le même engagement. Les autres majors ont choisi des ambitions plus modestes. Par exemple, Total, qui est parmi les plus allants, vise une baisse de 40 % de l'intensité carbone de ses produits en 2040.

La question des moyens

Reste à savoir comment sera atteint l’objectif de BP. Là encore Bernard Looney bouscule les lignes en assurant que la production de pétrole et de gaz de BP "va baisser au fil du temps". Pour le reste, "nous donnerons les détails au fur et à mesure", assure le dirigeant interrogé par l’AFP. Pas assez engageant pour Greenpeace. "BP annonce le zéro net mais pas comment le vrai changement va arriver", critique l’ONG. Teresa Anderson, pour ActionAid, a estimé auprès de l'AFP que les annonces de BP montrent "combien il est facile d'utiliser de vagues objectifs de neutralité carbone tout en continuant comme d'habitude".

D’autres, en revanche, marquent leur satisfaction. La coalition d’actionnaires responsables Climate Action 100+, les investisseurs institutionnels de l’IIGCC, le fonds de pension de l’Église d’Angleterre ont tous salué cette annonce et ont appelé à accompagner BP. Même l’ONG Follow This, qui prévoit de déposer des résolutions sur le respect de l’Accord de Paris lors des Assemblées générales 2020 des pétroliers, se réjouit. Cité par Bloomberg, le dirigeant de l’ONG assure que "Looney a pris une décision exceptionnelle (…). Nous, les actionnaires, devons maintenant le soutenir". Le dirigeant de BP a assuré qu'il en dirait plus sur sa stratégie en septembre prochain.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

LNG Boat Shell

Shell va déprécier jusqu’à 22 milliards de dollars d’actifs pétroliers

Quelques semaines après BP, c’est au tour de la major Shell de faire l’opération vérité sur son état. Le groupe vient ainsi d’annoncer une dépréciation d’actifs de 15 à 22 milliards de dollars. Comme l’ensemble des pétroliers, la période d’arrêt économique internationale a pesé très lourd sur la...

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

L’Europe va rapidement devoir se sevrer du pétrole (et pas seulement pour des raisons climatiques)

Une nouvelle étude du Shift Project alerte sur le manque de pétrole qui pourrait frapper l'Union européenne d'ici 2030. Le think tank recommande d'accélérer la sortie des énergies fossiles et la transition énergétique, au risque sinon d'être rattrapé par une autre crise, non plus climatique mais...

Pipeline BP en Azerbadjian

BP déprécie 17,5 milliards de dollars d’actifs afin de refléter la réalité du marché pétrolier

Le pétrole cher ne reviendra pas, la demande pétrolière va se réduire et la taxe carbone va peser lourd sur les prix. Voici ce qu’il faut comprendre de la dernière annonce du pétrolier BP qui revoit la valeur de son portefeuille d’actifs pour l’aligner sur l’état du marché pétrolier durement touché...

Forage petrolier BP en Egypte sur le champs de Maersk

Face aux difficultés du secteur pétrolier, le géant BP annonce la suppression de 10 000 emplois

Au premier trimestre, le pétrolier BP a perdu plus de quatre milliards de dollars. L’effondrement de la demande pendant la crise sanitaire et l’effondrement des cours a mis à mal tout le secteur. Chez le pétrolier BP, c’est un plan drastique qui a été annoncé. L’entreprise va se séparer de 10 000 de...