Publié le 18 novembre 2018

ÉNERGIE

[Le chiffre] Entre 300 et 700 barils de pétrole fuient chaque jour depuis 14 ans dans le Golfe du Mexique

Elle est en passe de devenir la plus importante marée noire de l’histoire des États-Unis, devant Deepwater Horizon (780 millions de litres de pétrole déversées dans l’océan). Depuis 14 ans, l’effondrement d’une plateforme pétrolière située à 20 kilomètres au large de la Louisiane, laisse échapper l’équivalent de 300 à 700 barils chaque jour, dans la plus grande indifférence.

Vue aérienne de la marée noire de la plateforme Taylor Energy.
@Earth Justice

En 2004, l’ouragan Ivan qui frappe le Golfe du Mexique détruit la plateforme pétrolière de l’entreprise américaine Taylor Energy Company, désormais détenue par des sud-coréens. Un glissement de terrain entraîne au fond de l’eau les 26 têtes de forage. Seuls six sont localisées et bouchées. L’année suivante, les ouragans Katrina et Rita mettent un terme aux tentatives de colmatage.

Jusqu’en 2010, aucune information ne fuite sur cette marée noire continue. Ce sont des ONG survolant la zone après la catastrophe de Deepwater Horizon qui découvrent des nappes de pétrole arc-en-ciel qui n’ont rien à voir avec la plateforme de BP. Taylor Energy fait alors valoir qu’il n’existe aucune preuve montrant qu’un de ses puits fuyait.

Pourtant en 2015, l’agence Associated Press révèle que la marée noire est 20 fois plus importante que les estimations rapportées par Taylor Energy. Le mois dernier, le ministère de la Justice américain a soumis une analyse indépendante qui montre également que le déversement est bien supérieur aux 1 à 55 barils par jour annoncés par la société pétrolière.

90 % des côtes accessibles à l’exploitation pétrolière

En janvier dernier, l’administration Trump a annoncé un élargissement des zones maritimes accessibles à l’exploitation pétrolière dès 2019. Alors que Barack Obama les avait limitées à 6 % des côtes américaines (essentiellement le Golfe du Mexique), l’actuel locataire de la Maison Blanche les étend au large de 90 % des littoraux. Les États les plus concernées sont la Californie, la Floride, ou encore Washington, des zones régulièrement frappées par de violents ouragans.

Les ambitions pétrolières de Donald Trump viennent toutefois de subir un premier revers avec la confirmation de l’arrêt de l’oléoduc Keystone XL par un juge fédéral. Donald Trump avait fait de la relance de cet oléoduc un acte symbolique de sa présidence, autorisant par décret ce projet bloqué par son prédécesseur.

Sur 1 000 puits situés dans les eaux fédérales américaines, il y a en moyenne 20 déversements de pétrole non contrôlés chaque année. Un incendie se déclare en mer tous les trois jours en moyenne et des centaines de travailleurs sont blessés chaque année.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Ouganda pxhere

La région des grands lacs africains et ses gisements pétroliers, terrain de jeu glissant pour Total

Total est doublement sous le coup de la loi sur le devoir de vigilance. Le groupe français vient d'être mis en demeure une seconde fois - et à une semaine d'intervalle - pour ne pas avoir pris de mesure de vigilance suffisante pour le climat et pour un méga-projet pétrolier en Ouganda. Des atteintes...

Un nouvel électricien, EPH, débarque en France et mise sur le charbon

Le groupe d'énergie allemand Uniper (ex-Eon) a annoncé la finalisation de la vente de l'ensemble de ses activités françaises à EPH, une holding dans l'énergie aux mains du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. Cela concerne en particulier deux centrales à charbon, dont la fermeture est prévue pour...

Loi énergie et climat : feu vert pour la fermeture des dernières centrales à charbon en France

Les députés ont donné leur feu vert pour la fermeture des quatre dernières centrales à charbon que compte la métropole d'ici 2022. Un décret plafonnera les émissions de gaz à effet de serre émises par les installations de production d'électricité à partir de combustibles fossiles, une façon de se...

[Bonne Nouvelle] Centrales à charbon : l’excellent bilan CO2 de Donald Trump !

Donald Trump avait promis de relancer l’industrie du charbon aux États-Unis, grande pourvoyeuse d’emplois. Mais face à la concurrence du gaz de schiste et des renouvelables, les incitations n’ont pas suffi et 50 tranches ont déjà fermé leurs portes depuis 2015 et 289 depuis 2010.