Publié le 27 septembre 2018

ÉNERGIE

Juste avant d’accueillir la COP24, la Pologne autorise la construction d'une centrale à charbon de 1 000 MW

Dans quelques semaines, en décembre prochain, la Pologne accueillera la COP24, un sommet climatique essentiel. Mais déjà, le pays hôte envoie un signal très négatif en annonçant la construction d’une centrale à charbon de 1000 mégawatts, une puissance équivalente à celle d’un réacteur nucléaire.

Vue aérienne de la mine de charbon à ciel ouvert Belchatow en Pologne.
@dzika_mrowka

L'Assemblée générale des actionnaires du géant d'État de l'énergie Enea a donné son ultime feu vert à la construction d'une centrale à charbon d'une capacité d'environ 1 000 mégawatts, selon un communiqué, malgré les protestations des écologistes et alors que la Pologne s'apprête à accueillir le COP24 sur le climat en décembre.

Enea construira cette centrale à Ostroleka, une ville à 120 kilomètres au nord de Varsovie, située aux portes de la région des lacs et forêts de Mazurie, avec le groupe Energa, appartenant également au Trésor polonais. Ce dernier a déjà donné son accord à ce projet. La construction de cette centrale a été accordée en avril à un consortium formé de GE Power et Alstom pour un coût de plus de 6 milliards de zlotys (1,4 milliard d'euros).

Selon des annonces antérieures, la centrale utilisera 3 millions de tonnes de charbon par an provenant des mines de Silésie (sud) et sa construction pourrait être lancée dès octobre. Le charbon reste la principale ressource énergétique en Pologne. L'an dernier, les mines polonaises ont extrait 65,5 millions de tonnes de charbon. L'investissement confirme la volonté du gouvernement conservateur de Droit et Justice (PiS) d'axer sa politique énergétique sur le charbon au détriment des sources renouvelables.

40 % du mix mondial

Environ 100 000 personnes sont employées aujourd'hui dans le secteur du charbon en Pologne, pays qui produit 90 % de son électricité dans les centrales à charbon et à lignite. Régulièrement, le taux de pollution de l'air en Pologne est parmi les plus élevés d'Europe et selon les estimations citées par le ministère de l'Entrepreneuriat et de la Technologie, environ 40 000 Polonais meurent chaque année à cause de la pollution.

L'Agence européenne de l'environnement parle de 50 000 décès annuels, pour une population de 38 millions d'habitants. Selon les organisations écologistes, la construction de la nouvelle centrale à Ostroleka est un "projet politique" et qui ne sera jamais rentable malgré les aides de l'État polonais. En décembre, la Pologne accueillera à Katowice, au coeur de la région minière de Silésie (sud), la conférence COP24 sur le climat.

La Pologne est loin d’être le seuil pays accroc au charbon. Environ 40 % de l’électricité mondiale provient de cette source d’énergie. Sa part atteint 45 % en Allemagne, 66 % en Chine, 60 % en Inde, 60 % aux États-Unis. En France, le charbon ne représente plus qu’environ 1,5 % du mix électrique et les dernières centrales doivent fermer définitivement en 2022.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Bernard Loomey PDG BP BP

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

Le parapétrolier Schlumberger acte la fin de l’âge d’or du pétrole de schiste en Amérique du Nord

Le pétrole de schiste américain n’est pas mort, loin s’en faut. Mais il n’est plus la machine à cash qu’il fût. Les faillites à répétition, accentuées par la crise du Covid-19, le prouvent. On voit aussi désormais les parapétroliers tourner le dos à la fracturation hydraulique en Amérique du Nord....

Natural gas pixabay anita starzycka

L'empoisonnement de Alexeï Navalny pourrait être fatal au gazoduc russe Nord Stream 2

Déjà fragilisé par des sanctions américaines, le projet de gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Europe se retrouve face à un avenir incertain après l'empoisonnement d'Alexeï Navalny. Son principal promoteur, l'Allemagne, n'exclut plus de lui retirer son soutien en raison du refus de Moscou de...

Ours Blanc CC0

Feu vert pour des forages pétroliers dans une zone naturelle protégée en Alaska

Le gouvernement de Donald Trump a approuvé lundi 18 août un programme ouvrant la voie à des forages pétroliers et gaziers dans la plus grande zone naturelle protégée du pays, en Alaska, où vivent des ours polaires.