Publié le 13 janvier 2020

ÉNERGIE

Le PDG de Siemens confirme "à regret" sa participation à la mine de charbon d’Adani en Australie

Au moment où l’Australie est en feu, Siemens a signé un contrat pour équiper l’une des plus grandes mines de charbon dans le pays, celle de Carmichael développé par l’indien Adani. Mis sous pression par la jeunesse écologiste allemande pour quitter le projet, le PDG Joe Kaeser assure qu’il n’a appris que tardivement l’existence de ce contrat et qu’il est trop tard pour revenir en arrière.

Manifestations Siemens Adani JulianStratenschulte DPA AFP
Vendredi 10 janvier, des jeunes militants écologistes ont manifesté contre Siemens dans une trentaine de villes allemandes.
@JulianStratenschulte/DPA/AFP

L’un des projets les plus controversés au monde est celui de la mine de charbon de Carmichael en Australie, construite et opérée par l’indien Adani. Cet immense projet de deux milliards de dollars fait recours à de nombreux sous-traitants de la construction et de l’ingénierie. Au rang de ceux-ci, on trouve l’allemand Siemens. L’entreprise doit développer les voies de chemin de fer qui conduiront la production des 27 millions de tonnes de charbon annuelles vers les terminaux d’exportation du Queensland.

Le contrat, signé le 10 décembre, alors que l’Australie était déjà en feu sous l’effet des sécheresses accentuées par le changement climatique, est très mal passé outre-Rhin. De nombreuses voix se sont élevées pour protester et une pétition a été signée par 57 000 citoyens. Vendredi 10 janvier, le mouvement "Fridays for Future" (Vendredis pour le futur), a organisé des manifestations contre Siemens dans une trentaine de villes allemandes.

Dans la foulée, le conseil d’administration de l’industriel s’est réuni pour étudier son positionnement. Mi-décembre, le PDG Joe Kaeser avait promis cet examen après avoir assuré qu'il n'était pas au courant du contrat avec Adani, "probablement compte-tenu de la modestie de celui-ci". "Mais peut-être que j'aurais dû", a-t-il ajouté. À l’issue de la réunion, Joe Kaiser a pourtant annoncé que Siemens n'y renoncerait pas.

Tenir ses promesses

"Nous avons évalué toutes les options et avons conclu que nous devons remplir nos engagements contractuels", assure-t-il. "Il existe une responsabilité fiduciaire juridiquement contraignante pour exécuter ce contrat de signalisation ferroviaire", justifie-t-il. Avant d’ajouter : "Si cela avait été ma propre entreprise, j’aurais agi différemment". "Bien que j'aie beaucoup d'empathie pour les questions environnementales, je dois équilibrer les différents intérêts des différentes parties prenantes", précise-t-il dans un communiqué.

"Tenir nos promesses est la priorité absolue de Siemens", insiste-t-il. Si l’obligation commerciale est réelle, la pénalité financière aurait été faible étant donné que le contrat ne s’élève "qu’à" 18 millions de dollars, à mettre en regard du chiffre d’affaires de 87 milliards de dollars du groupe en 2018. En tout cas, d’autres ingénieristes n’ont pas hésité à quitter l’aventure. Selon les données de Market Forces, "la pression publique a permis jusqu'à présent de pousser plus de 60 entreprises a refusé toute implication avec Adani".

Une Assemblée générale tendue en prévision

Ainsi l’Américain Aecom explique avoir démobilisé son personnel après avoir remis ses premiers plans à Adani. L’Australien Cardno témoigne également en ce sens : "Adani a été très controversé, non seulement en externe, mais également avec le personnel et les autres clients de l'entreprise (…). Nous avons décidé de ne plus travailler sur Adani …". Au-delà des ingénieristes, 16 assureurs et 67 banques refusent désormais de s’impliquer dans le projet, comme Allianz, Axa, Barclays, BNP Paribas, Crédit Suisse, Generali, Munich Re…

Ne pas suivre ce mouvement est une énorme erreur pour Siemens, selon Julien Vincent, directeur de Market Forces. "Si le conseil d'administration de Siemens pense que c'est la fin de l’histoire, ils se trompent. Siemens fera face à une énorme opposition publique lors de son Assemblée générale le 5 février et devra expliquer à ses actionnaires pourquoi faire partie d'un des projets les plus risqués au monde est dans le meilleur intérêt de l'entreprise".

Pour apaiser les tensions dans son pays, Joe Kayser a offert à la militante écologiste de 23 ans, Luisa Neubauer, d’intégrer le conseil de surveillance de Siemens. La jeune fille, qui se réclame du mouvement lancé par Greta Thunberg, a refusé. Elle argue qu’elle n’aurait pas voix au chapitre : "Je connais le droit des actionnaires. Je n'aurais plus été en position de commenter les activités de Siemens de manière indépendante". 

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Garanties à l’export : le gouvernement annonce l’arrêt du soutien public pour les projets de pétrole et de gaz

À partir de 2025, la France n’apportera plus aucune garantie publique pour les projets pétroliers portés à l’étranger par des entreprises tricolores. Ce sera 2035 pour le gaz. Pour Bruno Le Maire, c’est une avancée majeure pour faire du pays la première grande économie décarbonée. En revanche, les...

Mine machine vide pixabay

[Bonne nouvelle] La Pologne fermera ses dernières mines de charbon en 2049

La Pologne fait un pas de plus vers la neutralité carbone. Seul état membre de l'Union européenne à ne pas avoir endossé cet objectif, Varsovie multiplie les signaux positifs. Face aux pertes colossales subies par l'industrie du charbon, le gouvernement a annoncé la fin des mines de charbon pour...

Installation solaire de Total au Chili Total

Pour la première fois, Total ne mise plus tout son avenir sur le pétrole

La croissance de Total ne se fera plus dans la production pétrolière, mais dans l’exploitation du gaz et celle des énergies renouvelables. Ce n’est pas l’opinion d’un analyste ou d’un expert, mais la stratégie affichée par le PDG de l’entreprise, Patrick Pouyanné. Une vraie remise en cause du...

Bernard Loomey PDG BP BP

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.