Publié le 25 janvier 2017

ÉNERGIE

Code minier : les enjeux de la réforme

Les député.e.s se prononceront ce soir sur l’interdiction définitive du gaz de schiste. Plus globalement, il s’agit d’instaurer le droit à l’environnement dans le code minier. Responsabilité environnementale des entreprises, droit de regard des populations riveraines, autorisation du gaz de couche… Quels sont les enjeux de cette réforme ? 

Mesure phare de la proposition de loi validée par la Commission développement durable : l’interdiction définitive du gaz de schiste.
Christophe Estassy / Citizenside / AFP

Elle est attendue depuis 5 ans. Ce soir, les député.e.s voteront enfin la réforme du code minier. Un projet ayant pour ambition d’intégrer le droit à l’environnement dans les règles d’exploitation des ressources souterraines ou sous-marines.

Mesure phare de la proposition de loi validée par la Commission développement durable : l’interdiction définitive du gaz de schiste. Plus précisément, de tous les "hydrocarbures non conventionnels", "hormis ceux qui sont piégés dans des veines à charbon et les hydrates de méthane", souligne Jean-Paul Chanteguet, député PS et rapporteur de la loi. 

 

Autorisation du gaz de couche 

 

En bref, la commission souhaite interdire le gaz de schiste mais pas le gaz de couche dans le cas où son extraction ne s’obtiendrait pas par fracturation hydraulique. Cette pratique est en effet interdite en France depuis 2011.

Une proposition controversée qui s’attire les critiques des ONG environnementales. "La libération du gaz de couche, avec ou sans fracturation, c’est l’assurance de produire des fuites de méthane et d’augmenter notablement le réchauffement climatique, sans oublier les impacts sanitaires et environnementaux importants au niveau local", avance l’ONG Les Amis de la Terre.

 

Le principe du pollueur-payeur étendu ? 

 

Autre mesure scrutée : le droit de suite. Il permet à une entreprise ayant obtenu un droit d’exploration d'obtenir automatiquement un titre d’exploitation. La Commission propose d’y ajouter une phase d’expertise. 

Les député.e.s devront également statuer sur l’extension de la responsabilité de l’entreprise concernant les dommages sanitaires ou environnementaux jusqu’à 30 ans après leur découverte.

Même chose pour le principe du pollueur-polluer : il était jusqu’ici cantonné aux déchets des activités extractives, la Commission souhaite l’étendre à l’ensemble des activités gérées par le code minier. 

 

Une concertation publique 

 

Enfin, la proposition de loi mise sur la transparence et la concertation publique. Elle plaide pour une "saisine citoyenne", initiée par au moins "30% des électeurs du territoire, impacté d’un point de vue environnemental, sanitaire ou socioéconomique". Cette saisine pourra déclencher une expertise sur les demandes d’exploitation ou d’exploration des entreprises. Jusqu’ici cette initiative ne pouvait être lancée que par le préfet ou les communes concernées. 

Ce "toilettage" du code minier par l’Assemblée nationale devra ensuite passer par le Sénat. Il reste donc peu de chances que la réforme soit adoptée avant la fin du quinquennat : les travaux parlementaires seront interrompus fin février pour cause d’élection présidentielle. 

Marina Fabre
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Groenland petrole Tina Rolf on Unsplash

Climat : le Groenland met fin à l’exploration pétrolière sur son territoire

Le gouvernement écologiste du Groenland a annoncé interdire l'exploration pétrolière sur son territoire, marquant un tournant dans la politique économique et climatique du pays. Un projet de loi interdisant l'extraction de l'uranium est également en réflexion. Deux décisions qui sont notamment...

Prix Nobel NobelFoundation

Les prix Nobel ne seront plus financés par le pétrole

La Fondation Nobel qui gère un portefeuille de 500 millions d’euros a décidé de verdir un peu son portefeuille. Alors qu’elle s’était déjà désengagée du charbon, celle-ci retire ses billes du pétrole et du gaz. Il s’agit d’agir "avec sagesse" sur les marchés et que les lauréats sachent d’où vient...

bruxelles tce @Friendsofearth

L'Europe est embourbée dans le Traité sur la charte de l’énergie, un frein à la transition énergétique

Le Traité sur la Charte de l'énergie (TCE), signé à la sortie de la guerre froide, est une épine dans le pied de Bruxelles. Le texte, qui permet à des investisseurs de l'énergie, y compris dans les secteurs les plus polluants, d'attaquer un État pour sa politique climatique, doit être modernisé....

Foule rejette keystone LNG Pipeline Petrole Canada Coast to Coast

Le projet controversé d'oléoduc Keystone XL, rejeté par Joe Biden, est abandonné par ses promoteurs

C’est un immense pipeline de plusieurs milliers de kilomètres, capable de transporter 800 000 barils de pétrole par jour entre l’ouest canadien et côtes étasuniennes du Golfe du Mexique. Après de nombreuses péripéties et un violent rejet d’associations écologiste, le Keystone XL a été annulé par son...