Publié le 03 novembre 2017

ÉNERGIE

[Décryptage] COP23 : Raffinage, climat et sécurité… La quadrature du cercle pour l'Europe

Le respect d’un scénario 2°C voulu par l’Accord de Paris va avoir un impact majeur sur l’outil de raffinage mondial. Environ 25 % des raffineries deviendront non viables en raison de la nécessaire baisse de consommation de pétrole en 2035. Et à ce jeu, c’est l’Europe qui va perdre le plus, au point de mettre en péril sa sécurité d’approvisionnement en produits raffinés.

25 % des raffineries vont fermer d'ici 2035, si le monde s'aligne sur un objectif 2°C.

Lorsque l’on parle de lutte contre le réchauffement climatique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre, on pointe généralement du doigt le secteur amont (exploitation des énergies fossiles) et l’aval (utilisation des produits transformés pour le transport et l’industrie). Mais il y a une étape intermédiaire : le raffinage. Or celui-ci va payer un lourd tribut pour conserver une planète habitable.

Selon une étude de Carbon Tracker, "un quart de la capacité mondiale de raffinage pourrait devenir non viable et fermer d'ici 2035, car une vague de réglementations climatiques et les progrès rapides des technologies propres réduisent la demande de pétrole", écrivent les auteurs. Au rang de ces principaux progrès technologiques, on trouve la croissance des motorisations alternatives, électriques en particulier, au détriment des moteurs thermiques pour l’automobile et l’aéronautique.

Pour aboutir à ce chiffre, Carbon Tracker se base sur le "scénario 450" de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), qui "voit la demande de pétrole culminer en 2020 puis diminuer de 23 % au cours des 15 prochaines années", rappellent les auteurs, dont l’étude a porté sur 492 raffineries représentant 94 % de la capacité mondiale.

130 raffineries à fermer

Cela signifie que les bénéfices de l’industrie du raffinage, 147 milliards de dollars en 2015, pourraient diminuer de 50 % en 20 ans. Quelles seront les 130 raffineries à fermer en deux décennies ? "La modélisation du scénario 2˚C a révélé que Total et Eni sont les plus exposés, risquant une chute de 70 % à 80 % des bénéfices de leurs raffineries d'ici 2035 (…) Shell et Chevron risquent une chute de 60 % à 70 % et ExxonMobil et BP une chute de 40 % à 50 %", calcule le think tank concernant les majors.

D'un point de vue géographique, c'est l'industrie européenne, déjà en crise, qui va souffrir le plus. La mise en service de nouvelles méga-raffineries en Arabie Saoudite, en Asie et dans le sud des États-Unis a entraîné des surcapacités mondiales, de l’ordre de 15 %. En conséquence, les marges des outils vieillissants européens ont chuté. La France par exemple ne compte plus que 8 raffineries contre 12 en 2008 et 20 en 1980. Des fermetures qui ont un impact social important.

Au niveau européen, 12 des 79 raffineries sont menacées de fermeture. En 2015, l’Union française des industries pétrolières (Ufip) estimait déjà que 25 à 30 % des capacités de raffinages du Vieux Continent devront fermer à l’horizon 2035-2040. "Les différences dans les tendances de demande régionale peuvent signifier que de nouvelles capacités sont nécessaires dans des zones telles que le Moyen-Orient et l'Asie (...) En conséquence, les régions matures, principalement l'OCDE, auront probablement besoin de réductions plus importantes que la tendance mondiale", confirme le rapport.

Un outil stratégique

Reste que cela pose la question de la sécurité d’approvisionnement. L’Union européenne comme la France estiment que les raffineries sont un outil stratégique. Si le Vieux Continent peut sécuriser son approvisionnement en brut facilement, elle refuse de dépendre d’installations de raffinage situées hors de son territoire, que ce soit au Moyen-Orient ou chez le voisin russe.

Respecter l’objectif de 2°C va forcer le secteur du raffinage européen à une cure d’amaigrissement massive, bien plus importante que n’importe où ailleurs dans le monde. Dans le même temps, garantir la sécurité d’approvisionnement des Européens va demander de maintenir en place des installations non rentables. C’est un choix de politiques énergétiques majeur pour les 27.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Manifestations Siemens Adani JulianStratenschulte DPA AFP

Le PDG de Siemens confirme "à regret" sa participation à la mine de charbon d’Adani en Australie

Au moment où l’Australie est en feu, Siemens a signé un contrat pour équiper l’une des plus grandes mines de charbon dans le pays, celle de Carmichael développé par l’indien Adani. Mis sous pression par la jeunesse écologiste allemande pour quitter le projet, le PDG Joe Kaeser assure qu’il n’a...

Fracturation hydraulique gaz de schiste pixabay

Gaz de schiste : craignant des séismes, l'Angleterre fait marche arrière sur la fracturation hydraulique

Contrairement aux États-Unis, où l'industrie du schiste a connu un boom spectaculaire, en Angleterre, les projets ont vite tourné court. Après plusieurs secousses sismiques et un rapport officiel faisant le lien entre risques de séismes et fracturation hydraulique, le gouvernement britannique a fait...

Baril de petrole annavaczi

[À l’origine] Le pétrole se mesure en baril… comme le whisky

Le système métrique a depuis bien longtemps conquis le monde des échanges commerciaux, y compris dans les pays anglo-saxons. Pourtant le monde continue à parler de la consommation, des réserves et de la cotation du pétrole en termes de baril. Un volume de 42 gallons qui remonte à l’époque où le...

Centrale a charbon a Halle en Allemagne JensSchueter Getty AFP

Le jour n’est pas si loin où les assureurs refuseront de couvrir les mines et centrales à charbon

Il y a encore presque un millier de centrales à charbon prêtes à être construites dans le monde. Mais ces projets ont de plus en plus du mal à trouver des assureurs. Presque tous les acteurs européens et désormais des acteurs américains et australiens refusent de couvrir des centrales et des mines....