Publié le 05 mars 2021

ÉNERGIE

Climat : avis de tempêtes sur les pétroliers américains

Les résultats catastrophiques des pétroliers - 77 milliards de dollars de pertes des cinq majors en 2020 - bousculent considérablement l’écosystème de cette industrie. Les actionnaires mettent la pression sur la stratégie de transition des groupes, tandis que ces derniers mettent en demeure leurs associations professionnelles de changer. Ainsi l’American Petroleum Institute, très rétif à l’idée de toute réglementation climatique jusqu’à très récemment, vient d’évoquer la pertinence d’une taxe carbone.

Capture 02
Publicité de l'American Petroleum Institute : "Le gaz naturel fonctionne de manière plus propre".
@API

Il y a quelques semaines, Total avait frappé un grand coup en quittant l’American Petroleum Institute (API), la plus grande association professionnelle de pétroliers américains et l’une des plus influentes au monde. La major française estimait alors que l’Association avait adopté des positions éloignées des ambitions de l’Accord de Paris en demandant par exemple des déréglementations en matière d’émissions de méthane ou en s'opposant à l’essor des véhicules électriques. Moins engagés, d’autres pétroliers expliquaient mener une revue de leurs engagements dans les associations professionnelles.

Cette pression porte ses fruits. L'API, bousculé, affirme songer à soutenir l'instauration d'une taxe carbone pour lutter contre le changement climatique, un signe majeur de changement de l’ensemble du secteur. "L'API et ses membres continuent de discuter et de réfléchir à une taxe carbone parmi d'autres solutions afin de réduire les émissions et d'atteindre les ambitions de l'Accord de Paris" sur le climat, a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'organisme.

Mise sous pression

Le Wall Street Journal s'est procuré un projet de déclaration dans lequel l'API se prononce concrètement en faveur d'une telle taxation, décrite comme "le principal instrument de politique gouvernementale pour réduire les émissions de CO2 tout en aidant à maintenir des prix de l'énergie abordables". La fédération se garde néanmoins d'avancer tout chiffre au sujet d'une possible tarification.

Mais le chemin va être encore long pour convaincre. À l’occasion de cette annonce, l’ONG influence Map a fait un bilan de l’histoire de l’organisation en matière d’opposition aux politiques climatiques. Ainsi, en janvier 2021, le PDG de l'API, Mike Sommers, militait encore contre toute action gouvernementale visant à engager une transition énergétique du pays.

Faye Holder, porte-parole d’Influence Map, doute de la sincérité de la démarche de l’API : "Tout changement de position de l'API sur un prix du carbone doit être envisagé dans le contexte plus large de son lobby toujours négatif sur de nombreuses autres politiques liées au climat (…). Il est clair que suite à la décision de Total de sortir de l'API, et de nombreuses autres majors pétrolières annonçant des objectifs net zéro, l'association industrielle a été mise sous pression".

Destruction de valeur

Au même moment, c’est Exxon qui a plié sous la demande d’investisseurs responsables, en particulier Engine N°1, et a dû montrer des gages sur son engagement environnemental. Ainsi, le géant pétrolier, qui a annoncé plus de 20 milliards de dollars de pertes en 2020, a été contraint de nommer à son conseil d’administration deux nouveaux membres : Michael Angelakis, directeur général de la société d'investissement Atairos et ancien président de la Réserve fédérale de Philadelphie, et Jeff Ubben ancien président du fonds activiste ValueAct Capital Partners.

Engine N°1 assure que la nomination de nouveaux administrateurs indépendants avec une expérience dans l’énergie permettra "d’assurer une rupture nette avec une stratégie et un état d'esprit qui ont conduit à des années de destruction de valeur et ont mal positionné la société pour l'avenir". Une position visiblement partagée par l'agence de notation S&P qui avaient abaissé les notes de Exxon, Chevron et ConocoPhillips en janvier dernier.

Ludovic Dupin @LudovicDupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Un puits de petrole onshore en fonctionnement a la peripherie de Muanda a la pointe sud ouest de la Republique democratique du Congo ALEXIS HUGUET AFP

COP27 : L’Afrique, eldorado pour le développement de nouveaux projets fossiles qui profitent aux autres

En pleine COP27 sur le climat, une COP africaine qui se déroule en Egypte, un nouveau rapport de l'ONG Urgewald vient pointer le niveau très élevé de projets d'énergies fossiles sur le continent. TotalEnergies apparaît comme le premier développeur de projets fossiles en Afrique. Des projets le plus...

Antilope eacop

"Le pipeline de Patrick" scrute les avancées du mégaprojet Eacop

Impossible de se cacher. "Le pipeline de Patrick" cartographie les avancées du mégaprojet pétrolier Eacop, dénoncé par de nombreuses ONGs et par le Parlement européen pour ses atteintes à l'environnement et aux droits humains. Les données numériques deviennent un outil puissant non seulement de...

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Budget 2023 : pourquoi la fin des crédits à l’export sur les énergies fossiles est décisive

C’est l’une des principales décisions du projet de loi de Finances pour 2023 sur le plan environnemental : la fin des crédits à l’export pour les projets d’énergie fossile à l’étranger sur l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis l’exploration-production jusqu’au transport et au stockage. Un...

Universite de Cambridge KirstenDrew via unsplash

L’Université de Cambridge ne veut plus être financée par les énergies fossiles

Sous pression de ses étudiants et de ses professeurs, la prestigieuse université de Cambridge au Royaume-Uni envisage de couper les liens avec les entreprises des énergies fossiles. Un vote initié par l’un des comités de direction de l’établissement aura lieu à l’automne pour savoir si la recherche...