Publié le 28 septembre 2015

ÉNERGIE

Carbon Risk : une application pour mesurer l'urgence climatique

Comment rendre concrets les impacts économiques et financiers du réchauffement climatique? C'est en essayant de répondre à cette question que notre application "Carbon Risk"est née. Ses objectifs : dresser le constat d'une dépendance des économies du monde aux énergies fossiles, mettre en lumière la part du pétrole, du gaz et du charbon devant rester inexploitée pour contenir le réchauffement global sous les 2° Celsius d'ici la fin du XXIe siècle et montrer quels sont les engagements des États, des investisseurs et des entreprises pour y parvenir.

Cette carte présente, en pourcentage, la quantité des énergies fossiles devant rester dans le sol pour contenir le réchauffement climatique sous les 2° Celsius d'ici 2100.
Novethic

Le coup d'envoi de la COP 21 sera donné dans deux mois. Dans 63 jours précisément, c'est un sommet historique qui s'ouvrira au Bourget, à proximité de la capitale française. 

Les 195 acteurs de cette 21e conférence des parties (COP) n'ont pas le choix. Les chefs d'État et de gouvernement devront s'accorder sur une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre. Faute de quoi, le réchauffement climatique dépassera les +2° Celsius d'ici la fin de ce siècle.

Le franchissement de cette ligne rouge, définie par les experts du GIEC, aurait pour conséquence de rendre le monde instable tant d'un point de vue économique que financier. C'est en tout cas ce qu'affirment aujourd'hui les plus grandes compagnies d'assurance, à l'instar d'AXA, le n°1 mondial du secteur.

 

Illustrer l'urgence

 

L'obligation de limiter l'extraction et la combustion des énergies fossiles se fait chaque jour plus pressante.

Mais comment matérialiser cette urgence? Comment la rendre concrète, lui donner corps ?

C'est en tentant de répondre à cette question que Carbon Risk est née :

 

 

 

 

Carbon Risk est une application web qui raconte, en 5 chapitres, une histoire.

Au travers de ses 5 cartes interactives, elle vise d'abord à montrer le degré de dépendance des économies mondiales aux énergies fossiles, sur une période s'étalant de 1971 à 2012. Puis la proportion de gaz, de pétrole et de charbon à laisser dans le sol pour rester sous la barre fatidique des 2° Celsius. Et enfin, quelles sont les actions prises par les États, les investisseurs et les entreprises pour faire face à cette urgence climatique. 

 

Gratuité et transparence 

 

Alors que la question du désinvestissement des énergies fossiles commence - enfin - à être publiquement débattue, Carbon Risk veut nourrir le débat : c'est la raison pour laquelle nous avons créé un outil aussi didactique, ludique et pédagogique que possible. Un outil qui sera réactualisé chaque semaine.

La donnée climatique reste en effet difficile à manier. Surtout quand elle est mâtinée de chiffres économiques. C'est pourquoi nous avons souhaité être transparents : la méthodologie que nous avons utilisé - et parfois créé - est à la disposition de chacun.

Cette application est totalement gratuite. Mieux : les médias et les organisations qui le souhaitent peuvent l'intégrer, gratuitement, sur leur plate-forme ou leur site web.

Notre travail, qui compile 14 bases de données référentes et plus de 58 000 chiffres, peut-être partagé par mail ou via les réseaux sociaux.

Il a vocation à mettre au premier plan le débat, necessaire, sur les énergies fossiles.

Antonin Amado
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Gazprom NIKOLAY DOYCHINOV AFP

Coupures de gaz à la Pologne et la Bulgarie : l'étau se resserre sur l'Union européenne pour accélérer son indépendance énergétique

La pression s'accroît sur l'Union européenne. Alors qu'un sixième train de sanctions est en préparation à Bruxelles, la Russie a mis ses menaces à exécution en suspendant ses livraisons de gaz à la Bulgarie et à la Pologne. Les deux pays avaient refusé de payer en roubles, comme l'exige Moscou...

La centrale à charbon de Saint-Avold pourrait finalement ne pas fermer au 31 mars

À Saint-Avold, en Moselle, c'est l'incompréhension la plus totale. La centrale à charbon, l'une des deux dernières encore en fonctionnement en France, doit officiellement s'arrêter au 31 mars, soit dans deux jours. Mais la pénurie d'électricité nucléaire, et la guerre en Ukraine qui menace...

Methanier Christophe de Margerie a quai a Yamal pour bapteme Total maria chernenkova

Guerre en Ukraine : TotalEnergies renonce au pétrole russe, mais reste présent dans le gaz

Un mois après le début de la guerre en Ukraine, TotalEnergies annonce qu'elle va cesser d'acheter du pétrole et des produits pétroliers à la Russie. La major maintient cependant ses positions dans le gaz et assure que partir serait contre-productif et reviendrait à soutenir davantage les intérêts...

Torchage thailande Love Krittaya CC0

Alors que les prix flambent, les industriels continuent de laisser échapper du gaz qui pourrait être valorisé

Cette semaine, une vidéo montrant le rejet volontaire de centaines de milliers de mètres cube de gaz sur un site français a provoqué l'indignation alors que les prix flambent. Depuis des années, les industriels pétroliers et gaziers sont incités à lutter contre les rejets et les fuites de méthane en...