Publié le 17 septembre 2019

ÉNERGIE

BP se dit prêt à abandonner certains projets pétroliers pour respecter l'Accord de Paris

C'est un premier pas vers la transformation bas-carbone annoncée au printemps dernier. Le géant britannique des hydrocarbures BP s'est dit prêt à se désengager de certains projets pétroliers afin de respecter l'Accord de Paris sur le climat, sans toutefois préciser lesquels. Une gageure pour le groupe dont plus de la moitié du Capex d'ici 2030 est exposé au risque climat.

@BP
Les dirigeants de BP (ici Helge Lund, le président, et Bob Dudley, le directeur général) ont incité à voté en faveur de la résolution de Climate Action 100+.

"Nous sommes certains d'avoir emprunté un chemin, peut-être pas linéaire, afin de respecter les objectifs de Paris", a déclaré le directeur général du groupe, Bod Dudley, selon Bloomberg. "Il va y avoir des projets que nous ne ferons pas, des choses que nous aurions pu faire dans le passé. Certaines catégories de pétrole par exemple, qui ont une empreinte carbone différente", a complété le dirigeant, sans préciser quels actifs pourraient être concernés.

Lors de son Assemblée générale, en mai, l'entreprise avait été visée par une résolution déposée par Climate Action 100+ et demandant plus de transparence sur ses émissions de gaz à effet de serre. Celle-ci avait été soutenue par la direction et votée à 99,14 % par les actionnaires. Le président Helge Lund s'était même fendu d'une tribune dans le Financial Times pour exprimer son soutien à la résolution et annoncer la transformation rapide de la société vers un modèle bas-carbone. 

Difficile de les prendre au sérieux

Quatre mois plus tard, les bonnes intentions de BP peinent encore à convaincre. "Il est difficile de les prendre au sérieux alors qu'ils continuent de rechercher du pétrole et du gaz. Affronter l'urgence climatique nécessite un modèle radicalement différent et un basculement à 100 % vers les énergies renouvelables", explique Paul Morozzo, de l'ONG Greenpeace au Royaume-Uni.   

Le groupe, qui investit dans l'énergie électrique et a acquis l'année dernière le plus important réseau de bornes de recharge à usage public pour les voitures électriques dans le pays, continue de miser massivement sur les énergies fossiles. Il a ainsi négocié auprès du groupe minier anglo-australien BHP le rachat de ses actifs dans le pétrole et le gaz de schiste pour 10,5 milliards de dollars.    

Selon une récente étude de Carbon Tracker, BP fait partie des pétroliers qui continuent d'investir dans des infrastructures incompatibles avec l'Accord de Paris, tel que le projet Zinia 2 d’offshore profond en Angola, d’une valeur totale de 1,3 milliard de dollars. 57 % des investissements pétroliers et gaziers entre 2019 et 2030 de BP sont ainsi considérés à risque par le think tank, dans un scénario 1,6°C de réchauffement. Sa mue va devoir se concrétiser plus rapidement pour être crédible.

Concepcion Alvarez avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Les majors pétrolières ont approuvé 50 milliards de dollars de projets incompatibles avec l’Accord de Paris

Pour respecter les objectifs climatiques, la demande de combustibles fossiles devra inexorablement diminuer. Pourtant, les principales majors pétrolières et gazières continuent de parier contre l'Accord de Paris. Selon une nouvelle étude publiée le 6 septembre par Carbon Tracker, celles-ci...

Les actionnaires de BP suivent l'avis de la direction et votent pour une résolution sur le climat

Helge Lund, le président de BP, a rédigé une tribune dans le Financial Times pour expliquer que la transformation de la compagnie pétrolière vers un modèle bas carbone est dans le meilleur intérêt de ses actionnaires. Et cette transformation doit se faire rapidement, plus l’entreprise...

Assemblées générales 2019 : les douze résolutions qu'il ne fallait pas louper

BP prévoit la fin de la suprématie du pétrole pour 2040

En 2040, il n’y aura plus d’énergie dominante dans le monde comme le sont aujourd’hui le pétrole et le charbon. À cette date, renouvelables, gaz, pétrole et charbon représenteront chacun un quart de la production d’énergie primaire.

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Baisse historique du charbon dans la production électrique mondiale en 2019

C'est un premier signal positif de la mutation qu'est entrée d'opérer le secteur énergétique vers un monde bas-carbone. Le charbon est en passe de connaître un recul historique dans la production électrique mondiale en 2019, selon les premières estimations de Carbon Brief. L'Union européenne, les...

Centrale charbon chine Kleineolive

À la veille de la COP25, la Chine pointée du doigt pour son addiction au charbon

Après la sortie officielle des Etats-Unis de l'Accord de Paris, c'est un bien mauvais signal envoyé à la communauté internationale à quelques jours de la COP25. Dans un nouveau rapport du Global Energy Monitor, la Chine est de nouveau pointée du doigt pour sa production électrique au charbon. Après...

Export : la France officialise la fin des aides au charbon, mais préserve le pétrole et le gaz

Dans le projet de loi de Finances 2020, voté par les députés en première lecture mardi 15 novembre, le charbon est désormais officiellement exclu des garanties à l'export, à quelques exceptions près. Il est rejoint par les hydrocarbures non conventionnels et le torchage de routine, qui sont...

Divest invest go fossil free 350 org fossil free

[Génération climat] Les jeunes mettent les énergies fossiles au ban et ça marche !

Ce qui a démarré par la révolte d’une poignée d’étudiants américains est devenu en quelques années un mouvement international baptisé "Go Fossil Free" (Sortir des énergies fossiles). Aujourd’hui, il se targue de réunir plus de 1 100 institutions, pesant 11 500 milliards de dollars, et 58 000...