Publié le 10 juillet 2017

ÉNERGIE

[Vidéo] 17 réacteurs nucléaires pourraient être mis à l'arrêt par Nicolas Hulot

Pour atteindre l’objectif de 50 % de nucléaire dans le mix électrique français, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, juge qu’il faudra arrêter jusqu’à 17 réacteurs sur les 58 que compte le parc français.

Nicolas Hulot chez RTL le 10 juillet.

Le jeudi 6 juillet, certaines associations s’étaient émues que le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, soit passé un peu vite sur le sujet nucléaire lors de la présentation de son plan climat. Il avait simplement assuré que son objectif est de réduire la part du nucléaire de 75 % à 50 % à l'horizon 2025 comme prévu par la loi de transition énergétique.

L’ancien animateur a rectifié le tir, lors d’un entretien sur RTL le 10 juillet, en affirmant qu’il fermerait jusqu’à 17 réacteurs. "Chacun peut comprendre que pour tenir cet objectif, on va fermer un certain nombre de réacteurs (...). Laissez-moi planifier les choses, ce sera peut-être jusqu'à 17 réacteurs, il faut qu'on regarde", explique-t-il (voir vidéo ci-dessous à partir de la 11e minute).

Pour l’instant, il ne pointe du doigt aucune tranche, précisant que "chaque réacteur a une situation économique, sociale et même de sécurité très différente". Lors de la présentation du plan climat, il expliquait déjà : "Je dois identifier avec mes services quels réacteurs on va fermer, en fonction de critères de sécurité, de critères sociaux et économiques. Cela ne se décide pas sur un coin de table".

Une estimation cohérente avec celle de la Cour des comptes

Les associations écologistes comme France Nature Environnement (FNE) se réjouissent d’avoir enfin "du concret" à se mettre sous la dent, même si l’ONG parle plutôt de 20 à 30 réacteurs à fermer sur les 58 que compte la France. De son côté, le réseau Sortir du nucléaire souhaite que le nombre de 17 réacteurs soient un minimum.

L’annonce du ministre se rapproche plutôt de l’estimation de la Cour des comptes. "A hypothèses constantes de consommation et d'exportation d'électricité à cet horizon, [l’objectif de la loi de transition énergétique] aurait pour conséquence de réduire d'environ un tiers la production nucléaire, soit l'équivalent de 17 à 20 réacteurs", estimaient les sages de la rue Cambon dans un rapport de février 2016.

Reste que le ministre va devoir suivre un vrai parcours du combattant. François Hollande et ses différents gouvernements s’étaient engagés sur la fermeture des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) pour fin 2016 puis pour début 2017. A l’issue d’un bras de fer intense avec EDF et avec les partenaires sociaux, la centrale alsacienne fonctionne encore. Elle devrait s’arrêter au mieux en 2019 en contrepartie d’une indemnité financière de 446 millions d’euros.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Emmanuel Macron allocution ADRIEN FILLON HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Le cap nucléaire d’Emmanuel Macron pourrait déstabiliser le Green Deal européen

En pleine COP26, le président français a annoncé lors de son allocution du 9 novembre sa volonté de relancer "la création de réacteurs nucléaires pour garantir la souveraineté électrique de la France" et "atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050". Cette stratégie nationale n’est pas celle...

Small modular eactor rolls royce

La France continue de miser sur le nucléaire malgré les déboires de la filière

Dans son plan France2030, Emmanuel Macron a annoncé vouloir investir un milliard d'euros dans le nucléaire et notamment dans les petits réacteurs nucléaires (SMR, small modular reactor), plus agiles que les réacteurs classiques. Mais beaucoup critiquent ce choix alors que la filière multiplie les...

Premier aimant Iter fusion nucleaire ITER

Fusion nucléaire : l'aimant le plus puissant du monde en route pour le réacteur Iter

La fusion nucléaire progresse en France. Le réacteur Iter, en construction dans le sud du pays, vient d'accueillir une pièce essentielle à son fonctionnement. Il s'agit de la première partie d'un gigantesque aimant, annoncé comme le plus puissant au monde. Iter devrait atteindre sa pleine puissance...

Centrale nucleaire de Chooz EDF

Climat : La France, prête à monter à l’assaut de Bruxelles pour imposer le nucléaire

La Commission européenne a amoché la filière nucléaire française en décidant d’exclure le financement de l’électricité électronucléaire de son obligation verte (Green Bond) de 750 milliards d’euros. Un scandale pour le gouvernement français, d’autant plus que le gaz, lui, y a droit. La diplomatie...