Publié le 28 mai 2018

ÉNERGIE

EDF et l’Ademe affichent des visions très éloignées sur la consommation d'électricité et le nucléaire

Depuis le 19 mars, se déroule le débat public sur la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Il s'agit de définir la politique énergétique du pays d'ici 2028. Deux contributions récentes émanant de deux entités étatiques, EDF et l’Ademe, montrent de fortes disparités sur les prévisions de consommation et sur l’avenir du nucléaire.

L'Ademe vise 40 % de renouvelables en 2035, tandis qu'EDF juge qu'aucun réacteur nucléaire ne doit fermer avant 2029.
@RTE

C’est – sans doute – un hasard du calendrier. À 24 heures d’intervalles deux contributions, dit "cahiers d’acteurs", ont été déposés au débat sur la programmation pluriannuelle de l’énergie. Elles émanent de deux acteurs majeurs de l’énergie en France. La première provient de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), la seconde d’EDF. Or l’institution publique et l’entreprise détenue à 84 % par l’État affichent des positions très divergentes.

Tous les observateurs de l’énergie l’assurent : définir une politique énergie à 5, 10, 15 ans sans savoir ce que sera la consommation d’énergie en France est une gageure. Cela dépend bien sûr des progrès technologiques, mais aussi de la démographie et de la croissance économique. Ceci explique comment EDF et l’Ademe arrivent à des visions opposées.

Consommation en croissance pour EDF

Pour l’Ademe, la France doit réduire sa consommation d'énergie de 30 % d'ici à 2035, y compris celle d'électricité. La réduction de la demande d'énergie passera par l'amélioration de l'efficacité énergétique, notamment dans l'industrie, la rénovation du parc de bâtiments, et l'évolution des "comportements de mobilités" des personnes et du transport de marchandises.

De son côté, EDF table sur une augmentation de la consommation d'électricité "entre 0 et 0,5 % par an" sur les deux prochaines décennies, du fait du développement de certains usages (véhicules, chauffage). EDF semble écarter les hypothèses de sa filiale RTE (Réseau de Transport électrique), qui, fin 2017, avait présenté quatre scénarios sur l’énergie en France affichant une consommation au mieux stable, plus vraisemblablement en baisse.

Autre point de divergence, le nucléaire. EDF défend l’utilité de son parc de 58 réacteurs, en particulier en vue de l’objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Dans ce cadre, l’électricien réitère sa volonté de ne fermer aucun réacteur nucléaire avant 2029, hormis ceux de la centrale de Fessenheim. L’entreprise rappelle aussi sa volonté d'obtenir l'autorisation d'en garder certains en service jusqu'à 60 ans, mais sans préciser combien.

L’objectif nucléaire repoussé

L'Ademe de son côté prend grand soin de ne pas même écrire le mot nucléaire dans sa contribution. Mais en creux, nous pouvons lire sa volonté de le réduire rapidement. Alors que la part de l’atome dans le mix électrique s’établit aujourd’hui à 75 %, l’agence propose une trajectoire qui amènerait à près de 40 % d’énergies renouvelables (ENR) en 2035. "Ainsi, pour 2028, l’Ademe estime qu’une augmentation de 70 % de la production ENR par rapport à 2016 est techniquement possible et économiquement souhaitable", peut-on lire dans le cahier d'acteurs.

La fin du débat national aura lieu dans un mois. Dans la foulée début juillet, le gouvernement présentera sa feuille de route sur l’énergie. Une source élyséenne affirme qu’une date précise d’objectif de réduction du nucléaire à 50 % sera indiquée dans ce document. "Ce ne sera pas 2025 (comme indiqué dans la loi de transition énergétique, ndr), mais ce sera un horizon visible", explique-t-elle. Par la suite, la PPE doit être adoptée en fin d’année.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

[Décryptage] Pourquoi la chute du réacteur nucléaire EPR ne devrait réjouir personne

Le nouveau retard de l’EPR, qui ne devra pas démarrer avant 2022 au mieux, est un terrible coup de boutoir pour EDF et pour tout le programme de nouveau nucléaire en France. Mais c’est aussi une très mauvaise nouvelle pour la politique climatique française. Car sans la puissance de l’EPR et alors...

Le nouveau retard annoncé sur l’EPR de Flamanville met la pression sur de futurs réacteurs nucléaires en France

L’EPR de Flamanville est confronté à des écarts de qualité sur des soudures découvertes il y a plus d’un an. La remise en conformité de celles-ci est clé pour EDF afin de mettre en service le réacteur avant 2021, date à laquelle le gouvernement prendra des décisions sur l'opportunité de construire...

Pour l’Agence internationale de l’énergie, le déclin du nucléaire est un obstacle à la lutte contre le changement climatique

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a plaidé mardi 28 mai pour des mesures de soutien à l'énergie nucléaire, s'inquiétant des conséquences de son déclin sur les émissions de gaz à effet de serre. Aujourd’hui l’atome compte pour 10 % du mix électrique planétaire, mais sa part est en recul.

La centrale nucléaire de Three Mile Island, où a eu lieu le troisième plus grave accident nucléaire, va fermer

40 ans après le plus grave accident nucléaire des États-Unis, le réacteur restant de la centrale de Three Mile Island va définitivement fermer ses portes en septembre prochain. Les élus locaux ne sont pas parvenus à sauver cette installation en perte, malgré son impact sur l’emploi et les émissions...