Publié le 14 décembre 2018

ÉNERGIE

La Chine met en service le premier réacteur nucléaire EPR au monde

Pour la première fois au monde, un réacteur nucléaire EPR a été mis en service, dans le sud de la Chine. Pour les promoteurs et constructeurs, c’est la démonstration que cette technologie française de troisième génération "est une promesse d'avenir", malgré des déboires sur d’autres chantiers.

Le premier réacteur nucléaire EPR de Taishan en Chine a été mis en service le 13 décembre 2018.
@EDF

Raccordé en juin avec succès au réseau électrique chinois, le premier des deux réacteurs EPR construits à Taishan, dans la province du Guangdong, a depuis passé toute une phase d'essais et de simulations d'incidents.

À l'issue d'un dernier test de fonctionnement en continu et à pleine puissance pendant 168 heures, achevé jeudi 13 décembre, il a été déclaré prêt à entrer en service, ont annoncé le français EDF (actionnaire à 30 %) et le chinois CGN (actionnaire à 30 %) lors d'une conférence de presse.

Le réacteur "a réuni l'ensemble des conditions de sa mise en service commerciale. C'est un jalon majeur de la coopération d'EDF avec CGN ; cela démontre la maturité de la technologie EPR qui est une promesse d'avenir pour l'ensemble des technologies nucléaires", a estimé Fabrice Fourcade, président d'EDF Chine.

 

Retours d’expérience

"Le succès du projet montre la performance technologique de l'EPR. C'est une technologie totalement fiable", a renchéri Guo Limin, directeur général de la coentreprise franco-chinoise, Taishan Nuclear Power Joint Venture Company. Le second réacteur de Taishan devrait être opérationnel en 2019, précisent les industriels.

Troisième EPR mis en chantier dans le monde, Taishan avait vu sa construction démarrer en 2009, quatre ans donc après le tout premier chantier, celui d'Olkiluoto en Finlande... dont la mise en service n'est désormais prévue qu'en 2019, avec 10 ans de retard. "Nous avons beaucoup bénéficié des retours d'expérience en Finlande et en France", a souligné Guo Limin.

2020 pour la France

À l'inverse, alors que l'EPR a essuyé surcoûts, retards et déboires, notamment en Finlande et à Flamanville (France), les partenaires estiment que "le succès" de Taishan peut aujourd'hui servir de leçon. Un succès établi en particulier grâce à la "synergie des industries françaises et chinoises".

Le projet de réacteur en construction France est aussi dans sa phase finale. Après de lourds écarts dans le calendrier du chantier au début des années 2010, EDF avait optimisé ses méthodes de travail avec l’espoir de lancer le réacteur en 2019. Mais en juillet dernier, des "écarts de qualités" sur des soudures du circuit secondaire ont cassé la dynamique. Désormais, le chargement en combustible est attendu pour le quatrième trimestre 2019 et sa mise en service au premier trimestre 2020.

Par ailleurs, même une fois lancée, le réacteur français devrait engager le changement du couvercle de la cuve. Après la découverte de teneur anormal de carbone dans l’acier de cet élément, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a imposé un remplacement en 2024. Or la fabrication de cette délicate pièce de forge d’environ 100 tonnes demande plusieurs années de travail.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Rejets de futs de dechets radioactifs manche INA

[Les monstres des abysses] Quand l’humanité noyait ses déchets nucléaires au fond de l’océan

La gestion des déchets nucléaires est un vrai casse-tête. Lors du déploiement de l’atome civil sur la planète, la solution de l’immersion de déchets en mer a été employée par plus d’une dizaine du pays. Ce sont des milliers de tonnes de ces bombes à retardement qui reposent aujourd’hui sur le...

Centrale nucleaire de Barakah Qatar AIEA

Le premier réacteur nucléaire du monde arabe entre en service

Les Émirats arabes unis ont annoncé, le 1er août, la mise en service de leur premier réacteur dans la centrale de Barakah. Une première dans cette région du monde dont les besoins énergétiques ont été assurés historiquement par le pétrole et le gaz. Mais le démarrage de cette unité interroge alors...

Cour des comptes EPR CourdesComptes

La Cour des Comptes appelle à prendre du recul sur le nucléaire avant d'engager la France jusqu'au XXIIe siècle

Alors que le calendrier et les coûts de l’EPR de Flamanville, le réacteur nucléaire en construction en Normandie, ont complètement dérivé, la Cour des Comptes appelle à un exercice de vérité sur la filière avant de lancer de nouveaux chantiers de réacteurs en France. Pour les magistrats, le pays...

La centrale de Fessenheim est désormais à l'arrêt mais la reconversion industrielle n’est toujours pas là

Demandée dès l’accident de Fukushima en 2011, la fermeture des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim est désormais effective. Si d’aucuns craignent une hausse des émissions de CO2 sur le territoire, d’autres sont soulagés de voir ce site situé en zone sismique et inondable à l’abri de tout...