Publié le 10 décembre 2014

ÉNERGIE

Etats-Unis : où stocker les déchets nucléaires à haute valeur radioactive ?

Les Etats-Unis ne possèdent aucun site pour enfouir les déchets nucléaires les plus radioactifs, qui sont entreposés le plus souvent aux abords des centrales. Un projet de stockage de ces déchets est dans les cartons, celui du centre d’enfouissement à Yucca Mountain, dans le Nevada. Mais il fait figure de serpent de mer depuis plus de trente ans. Les Républicains, aujourd’hui majoritaires au Congrès, espèrent le voir enfin aboutir. Selon des anti-nucléaires, la sécurité de ce projet n’est que "pure fiction".

L'entrée du site d'enfouissements de déchets nucléaires de Yucca Mountain
© DR

Les Etats-Unis concentrent sur leur territoire le plus grand parc nucléaire du monde: 100 réacteurs, répartis dans 31 Etats et qui produisent 20% de l’énergie du pays. Pourtant, il n’est assorti d’aucune solution d’enfouissement des déchets à haute valeur radioactive. Un projet, controversé depuis une trentaine d’années, refait surface: celui de Yucca Mountain, dans le Nevada. Barack Obama, qui en avait fait un argument de campagne en 2008, et les élus démocrates locaux ont tout fait pour le bloquer jusque-là. Mais ils n’ont plus la majorité au Congrès

 

Séisme et infiltration d’eau, deux risques majeurs

 

Début octobre, la Commission en charge du nucléaire (NRC) a ouvert à la consultation une partie d’un rapport mis aux oubliettes depuis 2010. Sur 800 pages, il certifie que Yucca Mountain est un site parfaitement sûr. "Le site est exposé aux séismes", rétorque Marta Adams, l’une des représentantes du bureau du procureur général du Nevada, mobilisée de longue date contre ce projet. "Je suis allée à l’intérieur du tunnel expérimental déjà creusé et j’avais de l’eau jusqu’aux chevilles à certains endroits", témoigne de son côté Mary Olson, de l’organisation anti-nucléaire Nuclear Information and Resource Service, pour qui la sécurité de ce projet n’est que "pure fiction".

 

70 000 tonnes de déchets à haute valeur radioactive

 

Pour se rendre à Yucca Mountain, il faut quitter Las Vegas par le nord et rouler deux heures jusqu’à atteindre des montagnes désertiques. C’est là, dans ces sous-sols aussi utilisés pour tester des bombes nucléaires, que pourraient être stockées 70000 tonnes de déchets à haute valeur radioactive et de combustible usé, à 300 mètres sous terre.

Ce scénario diffère de celui imaginé en France avec le projet Cigéo sur un point crucial: "Les Etats-Unis ont fait le choix de stocker les combustibles usés directement. En France, ils sont retraités. L’une des conséquences est une diminution importante du volume à stocker. Par ailleurs, dans le projet français, il n’y a pas de matière fissile stockée, donc il n’y a pas de risque d’intrusion pour récupérer les matières à d’autres fins, par exemple le terrorisme", détaille Gérald Ouzounian, directeur international de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).

L’ouverture de Yucca Mountain a initialement été prévue en 1998. Puis réenvisagée en 2017. Mais tous les travaux ont été officiellement stoppés en 2010. "Avec la nouvelle majorité républicaine au Congrès, dont deux élus ont déjà exigé un vote au Sénat sur ce dossier, le projet a des chances d’être relancé", confirme Everett Edmond, représentant du lobby pro-industrie nucléaire Nuclear Energy Institute.

 

Les déchets en attente s’accumulent

 

En attendant, les déchets sont entreposés dans 74 sites, le plus souvent à proximité des réacteurs où ils sont produits. "Nous avons par endroit l’équivalent de 30 ou 40 ans de déchets accumulés dans des piscines conçues pour durer cinq ou dix ans", s’alarme Mary Olson, qui n’hésite pas à parler de "Fukushima en puissance".

Cette situation à haut risque environnemental coûte par ailleurs très cher aux Etats-Unis. Car dans une loi de 1982, l’Etat s’est engagé à fournir une solution d’enfouissement aux opérateurs privés qui gèrent les réacteurs. Il collectait pour cela une redevance. Une cagnotte jamais utilisée et que les principaux groupes nucléaires sont allés réclamer devant la justice. Ils ont obtenu gain de cause, l’Etat pourrait leur rembourser jusqu’à 20 milliards de dollars.

Pour sortir de l’impasse, le ministère de l’Energie a dessiné un plan de bataille qui remet tout à plat: depuis la nécessité d’établir de nouveaux critères de sécurité jusqu’à l’obligation de trancher la question du transport des déchets. L’idée d’un "lieu de stockage géologique permanent" est maintenue, avec une livraison envisagée pour 2048. Mais le nom de Yucca Mountain n’est pas cité. Et une nouvelle certitude est apparue: le processus de décision devra être basé sur le "consensus".

Fannie Rascle
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Premier ministre Suga Japon Fukushima Tepco

À Fukushima, l’eau contaminée va bientôt être rejetée en mer

Fukushima déborde. Les centaines de milliers de mètres cubes d’eau contaminée s’accumulent sur le site de la centrale nucléaire détruite. Neuf ans après la catastrophe, l’opérateur Tepco arrive au bout de ses capacités de stockage. Depuis des années, des experts appellent à diluer cette eau...

Rejets de futs de dechets radioactifs manche INA

[Les monstres des abysses] Quand l’humanité noyait ses déchets nucléaires au fond de l’océan

La gestion des déchets nucléaires est un vrai casse-tête. Lors du déploiement de l’atome civil sur la planète, la solution de l’immersion de déchets en mer a été employée par plus d’une dizaine du pays. Ce sont des milliers de tonnes de ces bombes à retardement qui reposent aujourd’hui sur le...

Centrale nucleaire de Barakah Qatar AIEA

Le premier réacteur nucléaire du monde arabe entre en service

Les Émirats arabes unis ont annoncé, le 1er août, la mise en service de leur premier réacteur dans la centrale de Barakah. Une première dans cette région du monde dont les besoins énergétiques ont été assurés historiquement par le pétrole et le gaz. Mais le démarrage de cette unité interroge alors...

Cour des comptes EPR CourdesComptes

La Cour des Comptes appelle à prendre du recul sur le nucléaire avant d'engager la France jusqu'au XXIIe siècle

Alors que le calendrier et les coûts de l’EPR de Flamanville, le réacteur nucléaire en construction en Normandie, ont complètement dérivé, la Cour des Comptes appelle à un exercice de vérité sur la filière avant de lancer de nouveaux chantiers de réacteurs en France. Pour les magistrats, le pays...