Publié le 06 septembre 2019

ÉNERGIE

[Édito vidéo] Sans Astrid, le nucléaire français ne tourne pas rond

Appliquer l’économie circulaire au nucléaire, telle était l’ambition du réacteur nucléaire Astrid. Créer un vrai cycle fermé, où les déchets sont un combustible, était même l’ambition originelle des pères du nucléaire civil dans les années 70. Mais l’officialisation de l’abandon du réacteur de quatrième génération met fin à cette idée et pose in fine la question de la poursuite du développement de l’atome dans l’Hexagone.

Deconstruction surgenerateur superphenix Creys malville EDF EDF
Le surgénérateur Superphénix de Creys-Malville, arrêté en 1997, est en cours de déconstruction.
@EDF

C’est un nouveau coup de boutoir dans la filière nucléaire française. Le gouvernement et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) ont confirmé l’abandon du projet de réacteur nucléaire Astrid. Il ne s’agit pas d’un réacteur comme les autres. Celui-ci, dit de quatrième génération, est capable d’utiliser l’uranium appauvri et le plutonium, issus des réacteurs actuels, comme combustible. Double avantage : réduire considérablement le danger et la radioactivité des combustibles usés et donner une indépendance énergétique à la France.

Astrid était une deuxième chance. Dans les années 90, la France avait mis en service deux réacteurs à neutrons rapides, basés sur le même principe : Phénix et Superphénix. Des démonstrateurs, certes complexes, mais qui devaient donner naissance à une filière. Ils seront cependant sacrifiés sur l’autel de la gauche plurielle en 1997, à une époque où la France avait 20 ans d’avance sur le reste du monde.

Un cycle fermé

La renaissance d’un projet de surgénérateur a eu lieu en 2010, à l’occasion de la relance de la filière nucléaire par le gouvernement Fillon. Mais plusieurs éléments sont venus étouffer les flammes de ce phénix. D’une part, le mandat de François Hollande a freiné tous nouveaux projets dans un contexte post-Fukushima très défavorable.

Ensuite les retards et surcoûts de l’EPR de Flamanville et du réacteur Jules Horowitz, destiné à la recherche et la médecine, ont rendu frileux l’État pour financer les 5 milliards d’Astrid. Enfin, l’actuel gouvernement juge que l’uranium, actuellement abondant et bon marché, ne justifie pas de développer une nouvelle génération de réacteurs avant la seconde moitié du XXIe siècle.

Sans surgénérateur de type Astrid, on peut se demander s’il est encore légitime de développer le nucléaire français. Les pères de l’atome civil - Chaban-Delmas, Boiteux, Mesmer, Yvon et bien d’autres - avaient une idée claire à l’origine. Celui d’un cycle fermé du nucléaire qui serait une véritablement circulaire. Les déchets des uns, étant le combustible des autres. Mais en annulant Astrid, des matières valorisables vont être reclassées comme des déchets… et des déchets sacrément complexes à traiter.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Fondation de l EPR de Flamanville en Normandie en 2007 N BMychelleDaniau ConvertImage

[À l’origine] L’EPR, la naissance difficile d’un réacteur nucléaire pensé pour rapprocher la France et l’Allemagne

L’EPR a été pensé comme un grand projet franco-allemand marquant l’alliance des deux pays après la chute du mur de Berlin. Mais l’entente entre Framatome et Siemens sera difficile alors que l’Allemagne va peu à peu s’éloigner de l’atome et que la filière nucléaire française va se déchirer.

EPR Flamanville EDF 01

Le gouvernement fait plancher EDF sur six nouveaux réacteurs EPR

Officiellement rien n’est arrêté mais ce courrier envoyé par le gouvernement à la direction d'EDF a mis leu feu aux poudres. Les ministres de l'Économie et de la Transition écologique demandent à l'énergéticien de présenter d'ici mi-2021 un dossier complet sur les forces et les faiblesses de la...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Un nouveau surcoût de 1,5 milliard d’euros pour l’EPR de Flamanville, dont la facture s’élève désormais à 12,4 milliards

Il n’en finit pas le chantier de l’EPR de Flamanville. Les anomalies découvertes sur des soudures du circuit secondaire, dont certaines sont très difficiles à réparer, alourdissent la facture de 1,5 milliard d’euros et reporte le démarrage d’au moins un an. EDF compte utiliser des robots téléopérés...

La centrale nucléaire de Fessenheim sera fermée le 30 juin et cela coûtera 400 millions d'euros à l'État

Le premier réacteur de Fessenheim fermera le 22 février 2020, le second le 30 juin. Cela en sera fini de l’aventure atomique en Alsace. EDF recevra au moins 400 millions d'euros à l'État pour la fermeture anticipée de cette installation dès l'an prochain, auxquels s'ajouteront des sommes variables...