Publié le 06 septembre 2019

ÉNERGIE

[Édito vidéo] Sans Astrid, le nucléaire français ne tourne pas rond

Appliquer l’économie circulaire au nucléaire, telle était l’ambition du réacteur nucléaire Astrid. Créer un vrai cycle fermé, où les déchets sont un combustible, était même l’ambition originelle des pères du nucléaire civil dans les années 70. Mais l’officialisation de l’abandon du réacteur de quatrième génération met fin à cette idée et pose in fine la question de la poursuite du développement de l’atome dans l’Hexagone.

Deconstruction surgenerateur superphenix Creys malville EDF EDF
Le surgénérateur Superphénix de Creys-Malville, arrêté en 1997, est en cours de déconstruction.
@EDF

C’est un nouveau coup de boutoir dans la filière nucléaire française. Le gouvernement et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) ont confirmé l’abandon du projet de réacteur nucléaire Astrid. Il ne s’agit pas d’un réacteur comme les autres. Celui-ci, dit de quatrième génération, est capable d’utiliser l’uranium appauvri et le plutonium, issus des réacteurs actuels, comme combustible. Double avantage : réduire considérablement le danger et la radioactivité des combustibles usés et donner une indépendance énergétique à la France.

Astrid était une deuxième chance. Dans les années 90, la France avait mis en service deux réacteurs à neutrons rapides, basés sur le même principe : Phénix et Superphénix. Des démonstrateurs, certes complexes, mais qui devaient donner naissance à une filière. Ils seront cependant sacrifiés sur l’autel de la gauche plurielle en 1997, à une époque où la France avait 20 ans d’avance sur le reste du monde.

Un cycle fermé

La renaissance d’un projet de surgénérateur a eu lieu en 2010, à l’occasion de la relance de la filière nucléaire par le gouvernement Fillon. Mais plusieurs éléments sont venus étouffer les flammes de ce phénix. D’une part, le mandat de François Hollande a freiné tous nouveaux projets dans un contexte post-Fukushima très défavorable.

Ensuite les retards et surcoûts de l’EPR de Flamanville et du réacteur Jules Horowitz, destiné à la recherche et la médecine, ont rendu frileux l’État pour financer les 5 milliards d’Astrid. Enfin, l’actuel gouvernement juge que l’uranium, actuellement abondant et bon marché, ne justifie pas de développer une nouvelle génération de réacteurs avant la seconde moitié du XXIe siècle.

Sans surgénérateur de type Astrid, on peut se demander s’il est encore légitime de développer le nucléaire français. Les pères de l’atome civil - Chaban-Delmas, Boiteux, Mesmer, Yvon et bien d’autres - avaient une idée claire à l’origine. Celui d’un cycle fermé du nucléaire qui serait une véritablement circulaire. Les déchets des uns, étant le combustible des autres. Mais en annulant Astrid, des matières valorisables vont être reclassées comme des déchets… et des déchets sacrément complexes à traiter.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Visite Creusot nucleaire Framatome Emmanuel macron LaurentCipriani Pool AFP

Pour Emmanuel Macron, l’avenir de l’atome en France passe par le nucléaire militaire

Emmanuel Macron voulait apporter des gages de pérennité et des perspectives à la filière nucléaire, à l’occasion d’une visite dans une usine emblématique de cette industrie mardi 8 décembre. S’il ne s’est pas engagé sur la construction de nouveaux réacteurs ou la prolongation du parc existant, il a...

Piscine de refroidissement la hague CA

Déchets nucléaires : en Europe, 60 000 tonnes de combustibles usés hautement radioactifs attendent un stockage définitif

Le premier réacteur nucléaire a été mis en service en 1954. Pourtant, près de 70 ans plus tard, aucune solution de stockage définitif n'a encore été mise en place pour accueillir les déchets les plus radioactifs. Ceux-ci représentent plus de 60 000 tonnes rien qu'en Europe, dont un quart se trouve...

Premier ministre Suga Japon Fukushima Tepco

À Fukushima, l’eau contaminée va bientôt être rejetée en mer

Fukushima déborde. Les centaines de milliers de mètres cubes d’eau contaminée s’accumulent sur le site de la centrale nucléaire détruite. Neuf ans après la catastrophe, l’opérateur Tepco arrive au bout de ses capacités de stockage. Depuis des années, des experts appellent à diluer cette eau...

Rejets de futs de dechets radioactifs manche INA

[Les monstres des abysses] Quand l’humanité noyait ses déchets nucléaires au fond de l’océan

La gestion des déchets nucléaires est un vrai casse-tête. Lors du déploiement de l’atome civil sur la planète, la solution de l’immersion de déchets en mer a été employée par plus d’une dizaine du pays. Ce sont des milliers de tonnes de ces bombes à retardement qui reposent aujourd’hui sur le...