Publié le 26 avril 2019

ÉNERGIE

[Édito vidéo] 50 % de nucléaire, une marche trop haute pour la France ?

Pas plus de 50 % de nucléaire en France. Tel est l’objectif de la programmation pluriannuelle de l’énergie. Si en 2035, ce taux semble accessible, à plus long terme, ce seuil sera difficile à maintenir sans décider de nouvelles constructions dès 2021. Reste à savoir si Emmanuel Macron prendra cette responsabilité.

La France compte 58 réacteurs nucléaires sur son territoire.
@urcisxtrime

Pendant quatre décennies, le nucléaire a été hégémonique en France, représentant 75 % du mix électrique. La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit son abaissement à 50 % à l’horizon 2035. Pour certains, ce taux est encore trop élevé… Mais la vraie question est plutôt : est-ce que la France peut maintenir 50 % alors que son parc actuel de réacteurs va être massivement fermé ?

C’est ce qui apparaît à la lecture du dernier rapport de la société française d’énergie nucléaire, la SFEN, qu’on ne peut taxer d’être opposée à l’atome. Le parc a été construit en très grande majorité dans les années 80. Même en prolongeant les réacteurs de 10 ou 20 ans, les fermetures vont s’enchaîner rapidement entre 2030 et 2050, sans compter les 12 réacteurs de 900 MW dont le gouvernement a déjà annoncé la fermeture avant 2035.

15 ans entre décision et mise en service

Sans anticipation, la part du nucléaire ne va pas diminuer à 50 % à terme... Elle va s’effondrer bien en deçà ! On parle d’effet falaise. La SFEN calcule que l’objectif de 50 % nécessite la mise en service échelonné de trois à quatre paires de réacteurs EPR entre 2035 et 2050, des réacteurs du type de celui en construction à Flamanville.

Le problème est qu’au regard des chantiers actuels, de l’exigence technique de cette industrie et des procédures administratives, il faut compter une quinzaine d’années entre la prise de décision et l’entrée en fonction. Cela implique que, pour maintenir le nucléaire à 50 %, il faut que des décisions soient prises en 2021.

Est-ce que d’ici deux ans, Emmanuel Macron pourra engager une telle décision qui, outre sa complexité en termes d’acceptation du public, représente des dizaines de milliards d’euros ? Difficile à dire. Si ce n’est pas le cas, cela voudra dire que la France devra atteindre la neutralité carbone en 2050, un grand objectif national, en se passant presque entièrement de l’atome. Se posera alors la question de savoir si les renouvelables peuvent le faire seuls.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Visite AIEA demantelement Fukushima Tepco

Au Japon, le nouveau ministre de l'Environnement veut se "débarrasser" du nucléaire

Le Japon ne survivrait pas à un nouvel accident nucléaire. Tel est le sentiment du nouveau ministre de l’Environnement qui veut faire sortir son pays de l’atome. S’il devait avoir lieu, ce sera cependant un processus à long terme puisque le gouvernement mise sur la relance de son parc de réacteurs...

Acierie metal acier CC0

Afin de préserver les sites de stockage de déchets nucléaires, EDF propose de réemployer les métaux très faiblement radioactifs

La déconstruction des réacteurs nucléaires nucléaire dans les 20 ans à venir va générer beaucoup de déchets, classés nucléaires quel que soit leur niveau de radioactivité. Afin d’économiser l’espace précieux des sites de stockages, EDF propose, dans le cadre du débat public sur la gestion des...

Déchets nucléaires ou matières valorisables : une question à 18 milliards d’euros, selon Greenpeace

Greenpeace a voulu frapper un grand coup. Alors qu’une réunion publique est organisée ce mercredi 11 septembre à Paris sur le coût des déchets nucléaires dans le cadre du débat public sur la gestion des matières et déchets radioactifs, l’ONG publie un rapport choc sur les coûts cachés du nucléaire....

Deconstruction surgenerateur superphenix Creys malville EDF EDF

[Édito vidéo] Sans Astrid, le nucléaire français ne tourne pas rond

Appliquer l’économie circulaire au nucléaire, telle était l’ambition du réacteur nucléaire Astrid. Créer un vrai cycle fermé, où les déchets sont un combustible, était même l’ambition originelle des pères du nucléaire civil dans les années 70. Mais l’officialisation de l’abandon du réacteur de...