Publié le 17 avril 2019

ÉNERGIE

Nucléaire : plongée dans l'un des plus grands centres de retraitement du monde, à la Hague

C’est la première fois que les déchets et matières radioactifs vont faire l’objet d’un débat national à l’occasion de la 5e édition du Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs. Il débute ce 17 avril pour se terminer le 25 septembre. Pour comprendre ce que deviennent les combustibles nucléaires une fois utilisés dans nos centrales pour produire de l’électricité, Novethic s’est rendu à La Hague, où se situe la seule usine de retraitement en France et l’une des plus importantes au monde.

Le site de la Hague compte quatre piscines comme celles-ci où "dorment" 10 000 tonnes de combustibles usés en attente d'être traités.
@CA

Le cliché est devenu emblématique pour illustrer le débat sur les déchets nucléaires. Une piscine à l’eau bleu turquoise surplombée d’un pont métallique jaune. C’est là, à neuf mètres de profondeur, que "dorment" les combustibles usés ayant servi à produire de l’électricité dans les 58 réacteurs nucléaires que comptent le territoire. De la passerelle où je me trouve, seuls quatre mètres d’eau me sépare de ces tiges métalliques ultra radioactives. Ils sont suffisants pour ne pas être contaminée.

Vpaniers de combustibles uses piscine la hague @CA

Les combustibles usés sont rangés par 9 dans des paniers métalliques qui sont plongés dans l'eau. @CA

C’est le point d’orgue de ma visite à l'usine de la Hague, dans la presqu'île du Cotentin. Et malgré la combinaison blanche, le masque à oxygène accroché à ma ceinture, le dédale de portiques et tourniquets, les badgeuses qui scannent ma carte visiteur puis ma "dosicard" qui va mesurer la radioactivité avant et après mon passage en zone radioactive, l’excitation et le stress retombent. L'endroit est bien plus petit et sécurisant que ce à quoi je m'attendais.

La Hague est la seule usine de retraitement des combustibles nucléaires en France et contient à ce titre l'ensemble de ceux qui ont été utilisés dans les centrales du pays. En dehors du calme qui règne autour de la piscine, le site est une véritable ville dans la ville. Étendu sur 300 hectares, il dispose d'une équipe de sécurité et de protection physique active 24h/24 et 7 jours/7, composée de 150 à 200 personnes, d'un réseau de bus interne, et même de deux restaurants. Créé en 1966, il emploie 4 000 salariés directs et 1 000 sous-traitants, ce qui propulse l’exploitant Orano (ex-Areva) comme premier employeur industriel de Normandie, devant EDF.

Sur la route des "châteaux" … nucléaires

Chaque jour, douze nouveaux assemblages de combustibles usés (contenant six tonnes de matière nucléaire) sont acheminés à l'usine par train ou par bateau, puis par camions, reconnaissables à leurs grandes bâches blanches. Ils parcourent 40 kilomètres sur une route dont le tracé a été spécialement pensé et le revêtement renforcé pour ces mastodontes de 140 tonnes. Les habitants du coin l'ont baptisée "la route des châteaux" en référence à ces énormes blocs d'acier sécurisés dans lesquels voyagent les combustibles. 

Vchateaux de combustibles usés la hague @CA

Voici deux "châteaux" : ce sont dans ces blocs de 110 tonnes que sont transportés les combustibles usés par camion. @CA

À partir de la réception de ces "châteaux" très spéciaux, tout est automatisé. Derrière une vitre d’1m20 d’épaisseur, mélange de verre et de plomb, je peux apercevoir les trappes par lesquelles ceux-ci sont hissés et désossés pour récupérer les assemblages combustibles. "Aucun humain n’a plus jamais pénétré cette zone de déchargement depuis 1986" commente Mélanie Charles, directrice de la communication pour Orano à La Hague. La maintenance des machines se fait de l’extérieur, grâce à des bras articulés.

Vzone de dechargement pilotage la hague @CA

Un opérateur vérifie les réglages depuis l'extérieur de la zone de déchargement grâce à des bras articules. @CA

C’est ensuite une partie de Tetris qui démarre au fond de la piscine pour trouver une place aux derniers venus. Les combustibles usés tout juste arrivés vont refroidir dans une eau déminéralisée qui reste à une température constante de 35°C. C'est là qu'ils vont perdre peu à peu en radioactivité avant d’être traités et entreposés dans des hangars, d'ici quatre à cinq ans. À ce jour, 10 000 tonnes de combustibles - sur les 14 000 autorisées - sont en attente dans les quatre piscines ultra-sécurisées de La Hague.

25 ans de déchets nucléaires entreposés dans deux bâtiments

Place ensuite au retraitement : le plutonium récupéré (1% du combustible) est envoyé dans l’usine de Melox (Gard) où il est transformé en Mox pour être immédiatement réutilisé dans les centrales. L’uranium (95 %) est quant à lui acheminé jusqu’à l’usine du Tricastin (vallée du Rhône) en attendant que son propriétaire, EDF, n’en fasse usage. L’énergéticien dispose aujourd’hui d’un stock de 30 000 tonnes d’uranium de retraitement qu’il prévoit en partie de réutiliser dans les quatre réacteurs de Cruas (Ardèche) à partir de 2023, puis dans quatre autres réacteurs en 2027.

Vcolis en inox la hague @CA

Voici les colis en inox dans lesquels sont coulés les déchets ultimes vitrifiés mais aussi, comme ici, les déchets métalliques des assemblages combustibles. @CA

Enfin, les déchets ultimes (4%), les plus radioactifs, ceux qui ne peuvent pas être valorisés, sont vitrifiés et coulés dans des "colis" en inox de 1,3 mètre de haut. Chacun de ces colis correspond aux déchets nucléaires annuels de 100 000 habitants. "Grâce à la vitrification, nous arrivons à diviser le volume des déchets par cinq", précise Mélanie Charles. Ces colis sont entreposés dans des puits creusés au sol sous deux mètres de béton qui permettent de contenir les radiations. Pour montrer l'innocuité du lieu, le personnel d'Orano m'invite à marcher dessus, comme sur un sol tout ce qu'il y a de plus classique.

Vpuits dechets ultimes entreposage la hague @CA

Rien que deux de ces puits, où sont entreposés les colis de déchets ultimes, contiennent les déchets nucléaires annuels d'un million d'habitants. @CA

Au total, 25 ans de déchets nucléaires français tiennent finalement dans seulement deux bâtiments. Des travaux sont en cours pour construire une extension et ainsi voir venir dix ans de déchets supplémentaires, en attendant que le site de stockage profond de Bure (Meuse/Moselle) ne voit le jour. Avant de quitter la zone verte – potentiellement radioactive – je mesure une dernière fois ma radioactivité. Ouf, l'appareil indique 0,1 microsievert, c’est moins qu’une radiographie. 

Vnon contamine la hague @CA

Concepcion Alvarez @Conce1, envoyée spéciale à La Hague


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Nucléaire : que faire des matières et déchets radioactifs ?

Enfouissement, entreposage en piscine ou à sec...Un débat public sur la gestion des matières et déchets radioactifs, commence ce mercredi 17 avril pour six mois. Au-delà des controverses techniques, il ambitionne de poser les bases d’un débat sur un choix de société : quel héritage...

[Reportage] Déchets radioactifs : le projet Cigéo à Bure nous montre ce qu’il a dans le ventre

Le gouvernement annonce le lancement d'un nouveau débat public sur la gestion de l’ensemble des déchets radioactifs du pays, entre décembre et mars prochains. Parmi les dossiers brûlants, il y a le projet Cigéo à Bure aux confins de la Meuse et la Moselle. Le site teste depuis le début des...

[Infographie] Déchets radioactifs : la France doit faire face à des volumes qui s'accroissent rapidement

Le nucléaire continue d’être un sujet clivant en France. Si cette énergie est vantée pour ses faibles émissions de CO2, les critiques sont de plus en plus vives concernant la gestion des déchets. La France a dépassé les 1,5 million de mètres cubes de déchets radioactifs en 2016. Pour les...

50% de nucléaire en 2035 ou 2040 ?

A quel horizon, la part du nucléaire va-t-elle baisser à 50% du mix électrique de la France ? Dimanche, le ministre de la Transition écologique François de Rugy, avait parlé de 2035, confirmant un horizon évoqué en septembre par le Premier ministre. Mais dans un nouveau document...

Déchets nucléaires : enquête sur le centre de retraitement de la Hague

C'est un centre unique au monde. Dans l'usine de la Hague-Beaumont exploitée par Areva, quelque 5 000 personnes s'occupent de la valorisation du combustible et de l'entreposage des déchets ultimes. Un centre où la puissance d'une centaine de réacteurs est concentrée dans 3 piscines...

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Fondation de l EPR de Flamanville en Normandie en 2007 N BMychelleDaniau ConvertImage

[À l’origine] L’EPR, la naissance difficile d’un réacteur nucléaire pensé pour rapprocher la France et l’Allemagne

L’EPR a été pensé comme un grand projet franco-allemand marquant l’alliance des deux pays après la chute du mur de Berlin. Mais l’entente entre Framatome et Siemens sera difficile alors que l’Allemagne va peu à peu s’éloigner de l’atome et que la filière nucléaire française va se déchirer.

EPR Flamanville EDF 01

Le gouvernement fait plancher EDF sur six nouveaux réacteurs EPR

Officiellement rien n’est arrêté mais ce courrier envoyé par le gouvernement à la direction d'EDF a mis leu feu aux poudres. Les ministres de l'Économie et de la Transition écologique demandent à l'énergéticien de présenter d'ici mi-2021 un dossier complet sur les forces et les faiblesses de la...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Un nouveau surcoût de 1,5 milliard d’euros pour l’EPR de Flamanville, dont la facture s’élève désormais à 12,4 milliards

Il n’en finit pas le chantier de l’EPR de Flamanville. Les anomalies découvertes sur des soudures du circuit secondaire, dont certaines sont très difficiles à réparer, alourdissent la facture de 1,5 milliard d’euros et reporte le démarrage d’au moins un an. EDF compte utiliser des robots téléopérés...

La centrale nucléaire de Fessenheim sera fermée le 30 juin et cela coûtera 400 millions d'euros à l'État

Le premier réacteur de Fessenheim fermera le 22 février 2020, le second le 30 juin. Cela en sera fini de l’aventure atomique en Alsace. EDF recevra au moins 400 millions d'euros à l'État pour la fermeture anticipée de cette installation dès l'an prochain, auxquels s'ajouteront des sommes variables...