Publié le 29 août 2022

ÉNERGIE

Guerre en Ukraine : Des experts attendus dans la plus puissante centrale européenne pour éviter une catastrophe nucléaire

Plusieurs experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sont en route vers la centrale de Zaporijia, située dans le sud de l’Ukraine, la plus puissante d’Europe. Au cœur du conflit, cette installation occupée par les Russes depuis le début de l'invasion, est régulièrement visée par des bombardements faisant craindre un accident du type de celui de Fukushima. Pour l’instant, aucune fuite radioactive n’a été relevée mais l’objectif de l’AIEA est de démilitariser le site et ses alentours et ainsi faire retomber la tension.

Exercice incident nuclaire centrale de zaporijia ukraine DIMITAR DILKOFF AFP
Un secouriste ukrainien assiste à un exercice dans la ville de Zaporijia le 17 août 2022, en cas d'un éventuel incident à la centrale nucléaire située près de la ville.
DIMITAR DILKOFF / AFP

Après de long mois d’attente, une mission de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) est désormais en route vers la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijia, la plus grande et puissante d’Europe, au cœur du conflit entre l’Ukraine et la Russie. Occupée par Moscou peu après le lancement de l'invasion, l’installation compte six réacteurs de 1 000 mégawatts chacun et fait régulièrement l’objet de tirs et de bombardements, faisant craindre un accident majeur.

"Le jour est venu, la mission de l'AIEA vers Zaporijia est désormais en route. Nous devons protéger la sécurité de l'Ukraine et de la plus grande centrale d'Europe", a écrit sur Twitter Rafael Grossi, le directeur général de l'AIEA, précisant que la mission arriverait sur place "plus tard cette semaine". "Cette mission sera la plus dure de l'histoire de l'AIEA en raison de l'activité de combat menée par la Russie sur le terrain", a de son côté estimé le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba lors d'un déplacement à Stockholm.

La centrale déconnectée du réseau pendant plusieurs heures

Les pays du G7, "profondément préoccupés" par les risques d’accident nucléaire, ont demandé la garantie de l’accès "en toute liberté" du personnel de l’AIEA à la centrale. "Toute tentative de la Russie de déconnecter la centrale du réseau électrique ukrainien serait inacceptable", prévient le G7. La tension est montée d’un cran en fin de semaine dernière. Jeudi 25 août, les deux réacteurs de la centrale encore en fonctionnement ont été totalement déconnectés du réseau national à cause de dommages sur les lignes électriques, avant d'être reconnectés et remis en route dans la soirée. Une première dans l’histoire de la centrale.

"L'infrastructure de la centrale a été endommagée et il existe des risques de fuite d'hydrogène et de pulvérisation de substances radioactives", avait alerté samedi Energoatom, l'opérateur des centrales ukrainiennes. Ce lundi 29 août, il indique sur son compte Telegram que la centrale de Zaporijia "fonctionne avec le risque de violer les règles de sécurité en matière de radiations et d'incendie". Par ailleurs, selon l'opérateur "10 habitants ont été blessés" à la suite des bombardements qui se sont produits au cours des dernières 24 heures, dont quatre employés de la centrale.

Devant cette situation, le président Volodymyr Zelensky avait pressé vendredi 26 août le gendarme onusien du nucléaire d'envoyer au plus vite une équipe. De son côté, le président russe Vladimir Poutine a accepté l'organisation d'une mission passant "par l'Ukraine" et non par la Russie, ce qu'il exigeait auparavant et juge "nécessaire" la mission d’inspection de l'AIEA. Les deux pays ne cessent de s'accuser mutuellement de procéder à des bombardements à proximité du complexe, sur le fleuve Dniepr, et de mettre ainsi le site en péril. 

"Des rejets de type Fukushima"

"Une catastrophe nucléaire sur ce type de réacteurs ne conduirait pas à des mécanismes de rejets radioactifs identiques à ceux du réacteur numéro 4 de Tchernobyl. (…) Cependant, on peut envisager sérieusement des scénarios (…) conduisant à des rejets de type Fukushima", estime Bruno Chareyron, directeur du laboratoire de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), cité par Le Monde.

La centrale dispose d’une vingtaine de générateurs de secours, qui pourraient prendre le relais en cas de rupture de l’approvisionnement en électricité afin d’assurer le refroidissement des réacteurs. Mais l'installation n’a pas été conçue pour prendre en compte les dommages potentiels dus à un conflit armé. Par précaution, les autorités régionales ont lancé une campagne d’information expliquant à la population comment utiliser l'iode, en cas de fuite radioactive, dans un rayon de 50 kilomètres autour de la centrale. La mairie de Zaporijjia a également fait distribuer des comprimés d'iode aux habitants.  

Concepcion Alvarez @conce1 avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

"Terreur nucléaire" en Ukraine après le contrôle par l'armée russe de la plus puissante centrale européenne

C'est inédit. Jamais un pays aussi nucléarisé que l'Ukraine n'avait été au cœur d'un conflit aussi important. Après avoir bombardé la plus grande centrale nucléaire d'Europe, à l'origine d'un incendie sur un bâtiment mais sans fuite radioactive, l'armée russe a pris le contrôle du site....

La guerre en Ukraine, une crise humanitaire et deux millions de réfugiés

Alors qu'un hôpital pédiatrique et qu'une maternité ont été touchés le 9 mars par des bombardements russes en Ukraine, les chefs des diplomaties des deux pays se retrouvent en Turquie pour des pourparlers. La question de la sécurité des civils devrait être abordée alors que deux millions...

Pourquoi le changement climatique et la guerre en Ukraine sont liés

"Le changement climatique et les conflits ont les mêmes racines : les combustibles fossiles". C'est ce qu'a déclaré la météorologue et membre du GIEC ukrainienne Svitlana Romanko en pleine invasion russe. Plusieurs ONG dénoncent en effet une "machine de guerre" alimentée par les industries...

Ukraine : La destruction de l’environnement, victime collatérale des guerres

Au fil de l'histoire, l'environnement a toujours été une arme de guerre. Si sa destruction volontaire est aujourd'hui interdite, elle est malgré tout une victime collatérale des conflits. Et la guerre en Ukraine n'y échappe pas. Derrière un lourd bilan humain, se cache des pipelines, des...

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Centrale nucleaire de penly dieppe seine maritime LOU BENOISTAFP

Après les renouvelables, le gouvernement accélère sur le nucléaire : un agenda à marche forcée dénoncé par les ONG

Le gouvernement entend présenter courant octobre un projet de loi pour accélérer sur le nucléaire, deuxième pilier de la stratégie énergétique portée par Emmanuel Macron, avec les énergies renouvelables. L'objectif est de poser la première pierre du futur EPR avant 2027. Mais pour les ONG, ce...

Centrale nucleaire Zaporijia Ukraine Ralf1969

Guerre en Ukraine : Les craintes autour de la centrale de Zaporijia peuvent-elles freiner le développement du nucléaire ?

Occupée par la Russie depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, la centrale de Zaporijia, au sud du pays, est au cœur des préoccupations. Elle est utilisée comme une arme de guerre et fait régulièrement l’objet d’attaques. De quoi interroger la sûreté des installations nucléaires dans un tel...

Exercice incident nuclaire centrale de zaporijia ukraine DIMITAR DILKOFF AFP

Guerre en Ukraine : Des experts attendus dans la plus puissante centrale européenne pour éviter une catastrophe nucléaire

Plusieurs experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sont en route vers la centrale de Zaporijia, située dans le sud de l’Ukraine, la plus puissante d’Europe. Au cœur du conflit, cette installation occupée par les Russes depuis le début de l'invasion, est régulièrement visée par...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Corrosion, changement climatique, retraitement… Voici les cinq risques auxquels est confronté le nucléaire

Le nucléaire est l'un des axes privilégié par Emmanuel Macron sur le plan énergétique. Le président réélu a opéré une volte-face sur le sujet. Alors qu'il souhaitait fermer une douzaine de réacteurs d'ici 2035, au début de son premier quinquennat, il vise désormais la construction de six nouveaux...