GIEC

Le GIEC, Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat, a été créé en 1988, par l’Organisation météorologique mondiale et le Programme pour l’environnement des Nations-Unies. Ses membres sont des pays et non pas des personnes physiques. A l’heure actuelle quasiment tous les pays du monde participent aux travaux. Le GIEC doit évaluer « sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation ».

En d’autres termes, le Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat étudie les changements climatiques, et plus précisément l’impact de l’Homme, de l’activité humaine, sur le climat. Au cours de ses analyses, le GIEC a affirmé de manière de plus en plus solide que les activités humaines sont responsables du réchauffement planétaire. Le nom anglais du GIEC est IPCC, pour Intergovernmental Panel on Climate Change.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Climat : Danone aligne son business model sur la science

Danone fait partie des rares entreprises françaises à avoir aligné ses objectifs climatiques avec la trajectoire 2°C, suivant le seuil retenu dans l’Accord de Paris. Danone s’inscrit ainsi dans l’initiative Science-Based Targets lancée en mai 2015. L'industriel prévoit d’être neutre en...

Dans un monde à +4°C, 11 % de l’économie mondiale est menacée

Les événements extrêmes liés au changement climatiques se multiplient sous l'effet du réchauffement et font courir des risques majeurs aux États, entreprises et acteurs financiers. Leur impact est toutefois difficile à mesurer. Carbone 4, un cabinet de conseil spécialisé sur la transition...

[LE CHIFFRE] Huit îles du Pacifique englouties à cause du changement climatique

Des chercheurs ont découvert que plusieurs îles inhabitées avaient tout simplement disparu ces dernières années, englouties par l’océan Pacifique. Les experts y voient une alerte de ce qui nous attend avec une montée des océans qui pourrait atteindre 1,3 mètre d’ici la fin du siècle. En...