Mix électrique

Le mix électrique désigne les sources d’énergie utilisées dans la production d’électricité d’un pays. Leur utilisation se fait en proportions différentes. Trois critères entrent en ligne de compte : les décisions politiques, la disponibilité des ressources et les besoins à couvrir.

Pour cette raison, le mix électrique varie d’un pays à l’autre. De manière générale, on observe une domination du charbon. Dans les années à venir, la tendance devrait voir la part des énergies renouvelables et du gaz naturel augmenter.

Comme il n’est pas possible de stocker l’énergie à grande échelle et que les énergies renouvelables sont des énergies intermittentes (le soleil ne brille pas constamment par exemple), les énergies thermiques et nucléaires ne disparaitront pas à court terme.

Le mix électrique français est constitué de 77% d’énergie nucléaire, 17% d’énergies renouvelables (hydraulique compris) et 5% d’énergie thermique. La France est le pays le plus nucléarisé au monde. Dans le mix électrique mondial, cette ressource ne concerne que 14 % de toute la production. Cela fait de la France l’un des pays les plus faiblement émetteur de CO2 pour ses besoins électriques.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Les trottinettes électriques vont-elles sauver les villes et la planète ?

Elles font la Une des journaux depuis plusieurs mois, soit pour annoncer le lancement d’un nouveau modèle, l’arrivée d’un énième opérateur, la mise en place de mesures régulant leur usage ou l'expérience d'un crash-test par un assureur. Les trottinettes électriques en plein essor sont...

[Édito vidéo] 50 % de nucléaire, une marche trop haute pour la France ?

Pas plus de 50 % de nucléaire en France. Tel est l’objectif de la programmation pluriannuelle de l’énergie. Si en 2035, ce taux semble accessible, à plus long terme, ce seuil sera difficile à maintenir sans décider de nouvelles constructions dès 2021. Reste à savoir si Emmanuel Macron...

Le gouvernement revoit sa copie sur sa loi énergie pour rendre le texte plus "ambitieux"… et moins flou

Neutralité carbone, baisse de la consommation, fin du charbon, le gouvernement décale sa présentation de son projet de loi sur l’énergie devant les conseils des ministres. Il tient à préciser ses ambitions, alors que certaines ONG et des élus ont évoqué un texte aux objectifs flous.