Empreinte carbone

Mesurer les émissions de carbone générées indirectement par les divers modes de gestion financière : c’est ce qui définit l’empreinte carbone.

Cela fait une dizaine d’années que cette démarche se développe. Pour calculer cette empreinte carbone (carbon footprint en anglais), on "pèse" les émissions de carbone d’un portefeuille actions en fonction des émissions que génèrent les entreprises détenues dans ce portefeuille et du nombre d’actions. Ce mode de calcul peut être adapté aux obligations d’Etat ou à d’autres modes de placements, comme l’immobilier.

Concrètement, quand un investisseur détient des actions de compagnies pétrolières ou finance des centrales à charbon, il émet plus de gaz à effet de serre que s’il investit dans des entreprises aux activités vertes.

La démarche est en train de se généraliser, notamment en Europe du Nord.

En France, le seul investisseur institutionnel à avoir réalisé cette empreinte carbone est l’ERAFP, l’Etablissement de retraite additionnelle de la fonction publique, qui l’a fait sur son portefeuille actions.

La position dominante chez les investisseurs institutionnels français est globalement de "financer l’économie telle qu’elle est", qui se traduit par un "pourquoi ne pas acheter des actions de compagnies pétrolières tant que les gens roulent en voiture ?".

L’intérêt de ces empreintes carbone est de faire prendre conscience aux investisseurs du poids qu’ont leurs choix de placements dans l’orientation de l’économie et, donc, du rôle clef qu’est le leur pour "décarboner" l’économie et se tourner vers les entreprises les plus vertueuses dans ce domaine.

Pour éviter d’être exposé aux pertes financières que pourrait entrainer l’interdiction progressive des énergies fossiles, les investisseurs font réaliser leur empreinte carbone et décident éventuellement de désinvestir les sources d’émissions les plus fortes.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Les Français optent de plus en plus pour la crémation, mais est-ce vraiment plus écolo ?

[Mise à jour le 29 octobre 2018] 63 % des Français affirment préférer la crémation pour leurs obsèques. Un choix motivé notamment par des préoccupations environnementales. Mais son impact environnemental est-il vraiment moins important que les rites funéraires traditionnels ? Une étude de...

"173 nuances de reporting" : l’Article 173 bientôt en version européenne ?

Novethic publie ce matin "173 nuances de reporting Saison 2", son analyse approfondie du reporting des 100 premiers investisseurs institutionnels français, sur leur approche des risques climatiques et l’intégration de critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG). Le bilan des...

[Infographie] Téléphone, réfrigérateur, garde-robe... un quart des émissions de CO2 des Français viennent du foyer

Acheter une télévision, un nouveau frigo, un nouveau pantalon... Des gestes loin d'être anodins à en croire une nouvelle étude de l'Ademe. Elle pointe l'empreinte carbone de nos objets du quotidien. Ils représenteraient un quart des émissions de CO2 des Français. En moyenne, chaque foyer...