BoP

L'expression "Bottom Of the Pyramid" (en français, la base de la pyramide) a été popularisée par les travaux des économistes, CK Pralahad et Stuart L. Hart qui ont réfléchi, à la fin des années 90, à l'adaptation du modèle capitaliste pour les 4 milliards d'humains qui vivent avec moins de deux dollars par jour.

Dans son livre, devenu un « best-seller » : The Fortune of the Bottom of the Pyramid, CK Pralahad développe l'idée qu'à l'échelle de la planète, les entreprises n'adressent leurs produits qu'aux 800 millions de personnes les plus riches, qui constituent le haut de la pyramide. Sa théorie consiste à montrer qu'en ciblant les populations les plus pauvres avec des produits adaptés, on peut réduire la pauvreté. Stuart L. Hart défend des idées similaires avec son concept du social business. Tous deux souhaitent créer un nouveau système économique qui sera adapté aux populations ayant de bas revenus, pour construire avec elles une relation « gagnant-gagnant » et pas simplement la mise en place d'une aide pour les plus démunis.

Il existe un énorme gisement commercial non exploité puisque la pauvreté n'élimine pas les besoins. C'est pourquoi certaines entreprises ont décidé de lancer des initiatives destinées à vendre, de manière profitable, des biens adaptés aux besoins des individus en situation de pauvreté. On peut rapprocher ce modèle de social business, qui allie profit et impact social, de l'idée de RSE (responsabilité sociale des entreprises). L'initiative BoP, c'est de lutter contre la pauvreté, tout en faisant du profit.

Cette expression est même devenue un sigle « BoP », employé par les acteurs qui s'intéressent à cette catégorie de la population mondiale.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Projets « BoP » dans les pays du Sud : quel impact social ?

Projets « BoP » dans les pays du Sud : quel impact social ?

Utiliser la voie du marché pour lutter contre la pauvreté, augmenter l'autonomie des femmes ou réduire la malnutrition : ce sont les projets « Bottom of the pyramid » des multinationales. Mais quelle est leur véritable ampleur ?

Nouvelles perspectives pour la finance solidaire

Nouvelles perspectives pour la finance solidaire

Alors que l'économie sociale et solidaire dispose aujourd'hui d'un ministère, confié à Benoit Hamon, les finances solidaires affichent cette année encore des chiffres en progression, selon le dernier Baromètre Finansol publié le 23 mai. Le secteur veut désormais élargir son périmètre.

Veolia et la Grameen Bank tirent les enseignements de leur projet au Bengladesh

Veolia et la Grameen Bank tirent les enseignements de leur projet au Bengladesh

Le service de distribution d'eau aux populations rurales mis en œuvre par Muhammad Yunus et le géant français de l'eau a connu des difficultés depuis son lancement en 2009. Les deux partenaires cherchent désormais à mieux prendre en compte le contexte socioculturel local, un élément...