Biopiraterie

La biopiraterie (ou biopiratage) est l'appropriation illégitime des ressources de la biodiversité et des connaissances traditionnelles des peuples autochtones qui peuvent y être associées, sans que ceux-ci ne soient consultés et/ou n’expriment leur consentement ; ni n’en tirent avantage.

Elle correspond à la privatisation de la biodiversité et des savoirs traditionnels autochtones qui y sont liés. Il est souvent qualifié de « marchandisation du vivant », car il s’agit d’une appropriation par le biais de brevets ou de marques sur des noms d’espèces qui peuvent être le fait d’entreprises ou de centres de recherche.

Le mot a été inventé par Pat Roy Mooney, un militant écologiste de la RAFI (Rural Advancement Foundation International) durant l’année 1993. Il a par la suite été relayé par d’autres militants et des organisations de la société civile.

La biopiraterie est une menace pour la biodiversité, mais aussi pour les producteurs locaux et les peuples autochtones qui se voient dépourvus de moyens pour faire face à la concurrence et au dépôt d’un brevet par des multinationales.

Le Protocole de Nagoya entend lutter contre la biopiraterie en instaurant des règles de partage juste et équitable des avantages retirés de la biodiversité et des connaissances traditionnelles des communautés d’habitants. 

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Stévia : la campagne contre la biopiraterie porte ses fruits

[Mis à jour le 19 juin 2017] Utilisée pour son pouvoir sucrant et faiblement calorique, la stévia a conquis le marché de l’allégé. Mais son utilisation par les multinationales de l’agro-alimentaire relève de la biopiraterie, selon les communautés Guaranis, détentrices de ce savoir...

Traité sur les semences (Tirpaa) : le biopiratage des multinationales en ligne de mire

Le Traité international sur les ressources phytogénétiques (Tirpaa) plie sous les intérêts des industries des semences. En dix ans, ces dernières n’ont pas versé un sous au fonds destiné au partage des avantages liés à l'utilisation de la biodiversité des semences paysannes. La réforme du...

Loi sur la biodiversité : la France encadre le partage des avantages tirés de l’exploitation des ressources génétiques

Loi sur la biodiversité : la France encadre le partage des avantages tirés de l’exploitation des ressources génétiques

Un volet de la loi sur la biodiversité encadre désormais le partage des avantages tirés de l’exploitation des ressources génétiques sur le territoire français. L’enjeu est de contrôler l’accès à la biodiversité exceptionnelle des territoires d’outre-mer et du domaine maritime français (le...