Alors que le secteur de l’aviation a pris collectivement un engagement net-zéro pour 2050, les stratégies climat du secteur s’appuient largement sur le recours à la compensation carbone. Dans l’attente du développement des technologies de propulsion électrique ou à hydrogène, les carburants alternatifs (ou SAF pour l’acronyme anglais Sustainable Aviation Fuels) semblent être l’élément le plus pertinent pour réduire les émissions liées aux vols d’ici à 2050.

L’aviation durable dans la taxonomie européenne : une inclusion critiquée

L’entrée de l’aviation dans la Taxonomie européenne d’activités durables soulève de nombreuses questions. Les progrès technologiques ne permettent pas à l’heure actuelle des gains suffisants pour équilibrer l’effet de la démocratisation des voyages en avion, et encore moins d’envisager une baisse des émissions. L’industrie aéronautique défend sa capacité à rationaliser son empreinte carbone, mais de nombreuses incertitudes planent sur les méthodes qui ouvriront la perspective d’un transport zéro émission, notamment les carburants alternatifs.

Au regard des enjeux propres à ce secteur considéré comme difficile à décarboner, les critères choisis dans la Taxonomie pour encadrer une aviation plus durable ont essuyé de vives critiques pour leur manque d’ambition.

Engagements des investisseurs et contestation des solutions de financement vert

Dans cette étude, nous faisons le point sur les jalons économiques, technologiques et climatiques qui guideront le secteur aérien vers son objectif net-zéro en 2050.

Nous abordons également le point de vue des investisseurs qui restent méfiants face aux émissions de dette durable d’entreprises du secteur aérien qui sont confrontées à d’importants risques de transition. En parallèle, des organisations d’investisseurs incitent tous les acteurs du secteur à s’inscrire dans une trajectoire d’émissions compatibles avec les objectifs climatiques. Dans un tel contexte, quelle stratégie adopter ?

Neste et Shell Aviation : deux stratégies de développement des SAF

Pour apporter des éléments de réponse concrets, cette étude est également composée d’analyse de cas qui permettent de comprendre les pratiques qui sont en train de se mettre en place. Le repositionnement de Neste, issu du secteur des biocarburants et premier producteur de SAF à l’heure actuelle, et la stratégie de Shell Aviation, un acteur majeur du marché du kérosène, offrent des éclairages sur les investissements requis et les mécanismes de production/distribution sur ce marché de nouveaux carburants pour l’aviation.

Le point de vue de Safran

Enfin, vous trouverez dans cette étude une interview de Thibaud Normand, directeur climat chez Safran. Il y évoque le positionnement du groupe dans la transition verte de l’industrie aéronautique, les stratégies mises en place pour réduire ses émissions et ses perspectives sur l’avenir décarboné du secteur.

 

x5
Croissance du nombre annuel de passagers anticipée par l’International Air Transport Association d’ici à 2050 (2 milliards en 2021). Cela entraînerait un doublement des émissions annuelles de CO2 du secteur dans un scénario de laisser-faire.
2035
Date de mise en service d’un avion à hydrogène promise par Airbus.
73% à 99%
Réduction des émissions de CO2 permise par le recours aux carburants alternatifs par rapport au kérosène classique.
Découvrir l'intégralité de cette étude

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Déjà abonné ? Se connecter
Vous avez aussi la possibilité de l’acheter à l’unité.

Acheter l’étude

Accédez au contenu de l’étude en quelques clics.

S’abonner À partir de 250 €/an

Rejoignez la communauté Novethic en choisissant l’offre qui vous correspond.