La voiture électrique représente pour l’industrie automobile un certain chamboulement. Secteur à hauts risques climatiques, celui-ci est aujourd’hui poussé par les régulateurs pour accélérer sa transition. De l’ajustement des gammes et des chaînes de valeur à l’innovation en passant par l’économie circulaire, constructeurs automobiles, fournisseurs et infrastructures ont des marges de manœuvre pour mener une trajectoire de développement durable à la hauteur des enjeux climatiques.

L’automobile, un secteur proche de la sortie de route

Les voitures particulières représentaient plus de 50 % du total des produits pétroliers consommés dans l’UE en 2017 et seuls deux constructeurs (Tesla et Mercedes-Benz) se sont fixé des objectifs de production de véhicules zéro-émission pour 2030 en ligne avec les objectifs de +1,5°C. Alors que les échéances réglementaires se rapprochent, le secteur pose encore beaucoup de questions sur son électrification.

Un engagement partagé entre lobbying intense et électrification durable

Dans cette étude, nous faisons le point sur les dynamiques contrastées autour du développement durable de l’industrie automobile. Les actionnaires essayent de faire entendre leur voix face à des groupes qui font du lobbying climatique, pour essayer notamment de ralentir la progression des voitures électriques au profit de l’hybride. Certains actionnaires engagés en matière de RSE font aussi pression pour que l’extraction des matières premières s’effectue dans le respect des droits de l’Homme.

Les stratégies des constructeurs pour s’adapter à la transition du marché

De manière plus concrète, cette étude comporte également des analyses de cas qui permettent de comprendre les mouvements en cours dans le secteur. D’une part, des constructeurs historiques comme Renault ou Ford ont fait le choix d’une segmentation de leurs activités avec un objectif de meilleure valorisation financière de leurs filiales électriques. D’autre part, General Motors et Hyundai ont été confrontés aux nouveaux risques posés par l’électrification des mobilités en 2021 lorsque des batteries de leurs véhicules se sont avérées être défectueuses. Comment ont-ils réagi ? L’étude propose une explication de la situation qui a entraîné le rappel de plus de 200 000 véhicules.

Le point de vue de Valeo

Vous trouverez enfin dans cette étude une interview de Jean-Baptiste Burtscher, External affairs and sustainable development manager chez Valeo. Il y évoque la stratégie de Valeo pour répondre aux besoins de l’électrification du secteur, le rôle des équipementiers dans la réduction des émissions liées à la production des véhicules et la vision du groupe quant à la gestion durable des ressources dans l’industrie automobile.

 

2035
Date d’interdiction des ventes de véhicules thermiques dans l’Union européenne.
526 Md $
Le montant des investissements engagés par les constructeurs automobiles d’ici 2026 dans le développement de voitures électriques.
15 000
Le nombre de chargeurs à déployer dans l’Union européenne chaque semaine pour répondre à la demande qu’induit l’objectif de 30 millions de véhicules électriques en Europe d’ici à 2030.
Découvrir l'intégralité de cette étude

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Déjà abonné ? Se connecter
Vous avez aussi la possibilité de l’acheter à l’unité.

Acheter l’étude

Accédez au contenu de l’étude en quelques clics.

S’abonner À partir de 250 €/an

Rejoignez la communauté Novethic en choisissant l’offre qui vous correspond.