Publié le 29 juin 2017

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[VIDEO] Une piscine parisienne chauffée grâce à des data centers

Drôle d'endroit pour héberger des data centers. Dans les sous-sols de la piscine de la Butte-aux-Cailles dans le 13ème arrondissement de Paris, des chaudières numériques abritent les données de TeamTo, un studio de dessin animé. Les calories récupérées sur les data centers permettent de chauffer l'eau de la piscine à 27°C. Cette méthode, développée par l'entreprise Stimergy, évite l'émission de 45 tonnes de CO2 par an et réduit la facture d'électricité de la Mairie de Paris. Une première mondiale.

Piscine

L'affluence est forte ce vendredi 23 juin. Pic de chaleur oblige, le thermomètre affiche 36°. Les Parisiens sont venus se rafraîchir dans cette piscine du 13ème arrondissement, classé monument historique. Ce qu'ils ignorent, pour la plupart, c'est que l'eau dans laquelle ils nagent est chauffée avec les data centers de TeamTO, un studio d'animation indépendant. 

"On sait qu'un ordinateur dégage de la chaleur. On va donc utiliser l'énergie qu'ils dégagent pour chauffer la piscine", explique Arnaud Guillen de Stimergy, l'entreprise qui a développé cette technologie. Six chaudières numériques ont ainsi été installées sous la piscine. Les serveurs informatiques sont immergés dans un bain d'huile à 50°C. Un jeu d'échangeurs thermiques permet de récupérer cette chaleur et de réchauffer l'eau des bassins extérieur et intérieur.

"Au début, lorsqu'on disait aux entreprises qu'on allait mettre leurs données dans des chaudières, elles nous riaient au nez", raconte Arnaud Guillen. Pour ce directeur marketing, "l'idée est de réconcilier la transition énergétique et la transition numérique"

45 tonnes de CO2 évitées par an

Et les bénéfices sont multiples. TeamTo n'a plus besoin de climatiser ses data centers, une solution très énergivore et coûteuse. "Nous avons dans l'ADN de notre studio une préoccupation environnementale forte", explique Jean-Baptiste Spieser, directeur technique de TeamTo. "Plutôt que de continuer sur le modèle de surconsommation d'électricité pour refroidir une salle serveurs, nous préférons un modèle de récupération de la chaleur produite par nos machines". 

"Nos salles serveurs sont deux fois moins chères que les salles classiques puisque nous n'utilisons pas la climatisation", souligne Arnaud Guillen. Les six chaudières permettent de plus de réaliser une économie de 45 tonnes de CO2 par an. Pour la Mairie de Paris, le prix de cette énergie est de 15 à 20% moins élevé que celle vendue par la CPCU, Compagnie parisienne de chauffage urbain. Et cela lui permet de se rapprocher un peu plus de ses objectifs Paris Climat. D'ici 2020, la municipalité devra couvrir 30% de sa consommation grâce à des énergies renouvelables. 

Dernier avantage : le silence. En 2016, des habitants de la rue Poissonnière à Paris, avaient entamé une procédure judiciaire contre Zayo une entreprise américaine qui stockait ses données sur le toit de l’immeuble. Problème : le bruit du système de ventilation générait dépassait largement le seuil autorisé. Ici, sans système de climatisation, la salle serveurs n'est à l'origine d'aucune nuisance sonore. 

Un concept décliné pour chauffer les logements

Quatre autres piscines parisiennes devraient, dans les prochains mois, être alimentées par le même procédé. Et plusieurs grosses entreprises de l'énergie se montrent très intéressées par le concept. "On croule sous les commandes", assure Arnaud Guillen. L'entreprise a également développé plusieurs chaudières numériques dans les sous-sols de logement.

Marina Fabre @fabre_marina

Marina Fabre
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

Vidéos

Chaque semaine, Novethic vous emmène, en vidéo, au coeur des nouveaux modes de consommation, des nouveaux modes de production et de la transition énergétique.

Pour un Noel responsable Rejoue donne une seconde vie aux jouets Pixabay

[La vidéo des solutions] Rejoué donne une seconde vie aux jouets pour un Noël responsable et solidaire

Des Playmobils au Monopoly en passant par les licornes... L'association Rejoué a collecté en 2018 plus de 43 tonnes de jouets. Dans un grand atelier de 2000 mètres carrés à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) elle leur donne une seconde vie pour les revendre à petits prix. Une manière de lutter contre la...

La reserve des arts responsable

[La vidéo des solutions] La Réserve des Arts donne une seconde vie aux déchets de la culture

C'est la caverne d'Alibaba des professionnels de la culture. La Réserve des Arts récupère chaque année à la fin des défilés de mode, des expositions et des événements culturels des tonnes de matériaux destinés à la poubelle. Elle les revend un tiers du prix dans son entrepôt de 1 000 mètres carrés...

Jules et jenn mode responsable black friday

[La vidéo des solutions] Jules & Jenn, la marque slowfashion qui propose des sacs et chaussures indémodables

En plein black Friday, à contre-courant de la surconsommation, la petite marque française Jules & Jenn propose des chaussures et sacs durables au style indémodable. L'objectif : pousser les consommateurs à garder leurs produits le plus longtemps possible. En prime, les pièces sont confectionnées...

Safran sur les toits de Paris

[La vidéo des solutions] Du safran cultivé sur les toits de Paris

Quatre sœurs ont eu l'idée de planter leurs bulbes de Safran sur le toit d'un Monoprix du 13ème arrondissement. Ici pas de pesticide, ni d'irrigation, mais beaucoup d'attention. Car le safran, épice la plus chère au monde, est fragile. La récolte sera vendue en circuit ultra-court, quelques étages...